Page 1 sur 4 123 ... DernièreDernière
Affiche les résultats de 1 à 10 sur 32

Sujet : sabres de marto...

  1. #1
    Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    59
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut sabres de marto...

    Salut à toutes celles et à tous ceux qui me liront et qui contribueront à faire avancer le débat.

    Comme je le lis la plupart du temps dans les livres, les revues et les forums, les katanas Marto sont totalement exclus de toutes pratiques sérieuses. J'en comprends FORTEMENT bien les raisons fondamentales qui sont en premiers lieux d'ordre qualitatif, mais, je considère que la recherche et la connaissance du ken doit passer par de nombreux cheminements afin de se completer.
    Sans vouloir raconter ma vie, ma première expérience du ken s'est réalisée avec un sabre tout ce qu'il y a de médiocre, une belle saleté de chez marto mal équilibrée, munie d'un fourreau métalique, d'une garde avec de beaux dragons collés dessus et une poignée indémontable.

    N'ayant pas la possibilité d'exercer le ken en Dojo, faute de Dojo, je me suis tourné vers d'autres disciplines qui m'ont elles permis d'avancer dans ma recherche.

    En clair, ma période Marto m'a au moins permis d'apprendre à dégainer avec un sabre de m... tout en en tirant parti. En effet, dégainer avec un fourreau en alu n'a pas que des côtés négatifs en ce qui concerne la comprehension du geste. L'enjeu est de dégager la lame et de la replacer avec le plus de fluidité et là, aucune triche n'est possible, pas de demi-mesure, l'alu le fait bien entendre.

    Je suis par contre totalement convaincu de la nécessité de pratiquer le iai avec une lame coupante. Bien que très tenté par leurs aspects estétiques, je n'ai jamais acheté de iaito japonais(tres chers) sans tranchant.

    Je suis par contre tres satisfait des prestations des sabres de Paul Chen qui permettent une pratique avancée et cela pour un coût relativement bas. Cela faisait plusieurs années que j'attendais ce type de production qui allie [color=red]une certaine efficacité aux caracteres qualitatifs de bases qui incombent au fourreau, à la garde(lisse de preference), à la poignée(impérativement en

    bois et démontable). Pour des sabres de base, la lame reste basique, ne pas s'attendre à la merveille du siecle. Mais tant que celle-ci est correctement equilibrée, pas besoin pour une pratique normale de posséder une lame d'une qualité excessive.

    J'ai lu ça et là des commentaires de personnes qui pratiquent le iai et le ken en dojo ne s'attacher qu'a l'aspect estétique de leur sabre tout en rejettant le côté dangereux de l'objet. Ils parlent de l'achat de sabres made in japan sans tranchant pour des coûts de plus de 5000 fr.

    En ce qui me concerne, je préfere pratiquer avec un zeste de danger afin de ne pas dénaturer la fonction de l'exercice.

    Tout cela pour dire aux debutants de ne pas trop cracher sur les sabres de qualités inférieures aux leurs car ils ont eux aussi des secrets à dévoiler.

    Merci.

  2. #2
    Modérateur Avatar de tcha
    Inscrit
    juillet 2001
    Lieu
    Paris
    Messages
    1 375
    Merci
    0
    Remercié 6 Fois dans 6 Messages

    Par défaut

    le saya de mon katana (un vrai de coupe) est en metal et je peux dire que je le préfère à un saya en bois !
    Vas où tu veux, meurs où tu dois.
    http://www.lebujutsu.net

  3. #3
    Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    59
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    merci

  4. #4
    Senior Member
    Inscrit
    janvier 2004
    Messages
    742
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Si je peux me permettre, cette notion de danger se retrouve également dans d'autres disciplines. Je me souviens que du temps (très loin) où je pratiquait le karaté, aolrs qu'n compétition le port de la coquille était obligatoire pour les assurances), notre senseï nous interdisait d'en porter au cours, ni pour les ju-kumité pourtant très "viril". Il disait qu'il fallait resté vigilant concernant ces parties ... heu sensibles et que des protections était néfaste pour cette pratique.

  5. #5
    Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    59
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    L'esprit est à l'image du sabre, il brille de trancher, mais le doute l'érode telle une perfide corrosion.

    Je suis tout à fait d'accord!![/b]

  6. #6
    Junior Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    21
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Un katana "vrai de coupe" avec saya métallique? Ca n'a aucun sens.

    Un katana ca coupe. Si ca ne coupe pas c'est un iaito, ou un bibelot. Je n'ai rien contre un iaito, il vaut mieux apprendre avec un sabre non tranchant mais corectement équilibré qu'avec un bibelot généralement vulgaire et d'un poids, d'une cohésion (équilibre et raideur de la lame) qui n'ont aucun sens pour la pratique. Les sabres de chez marto sont définitivement des fléaux concernant l'enseignement sérieux d'une quelconque forme de iaido ou de kenjutsu. Il vaut encore mieux un bokken de bonne facture, n'en déplaise à Tcha (à vos souhaits)

  7. #7
    Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    59
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Citation Envoyé par sakamoto-ryoma
    Un katana "vrai de coupe" avec saya métallique? Ca n'a aucun sens.

    Un katana ca coupe. Si ca ne coupe pas c'est un iaito, ou un bibelot. Je n'ai rien contre un iaito, il vaut mieux apprendre avec un sabre non tranchant mais corectement équilibré qu'avec un bibelot généralement vulgaire et d'un poids, d'une cohésion (équilibre et raideur de la lame) qui n'ont aucun sens pour la pratique. Les sabres de chez marto sont définitivement des fléaux concernant l'enseignement sérieux d'une quelconque forme de iaido ou de kenjutsu. Il vaut encore mieux un bokken de bonne facture, n'en déplaise à Tcha (à vos souhaits)
    Salut,

    Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le manque de sérieux que représentent les sabres de Marto dans le suivi de la pratique,( j'en examine souvent les productions dans des magasins asiatiques et à chaque fois, je me dis que c'est de plus en plus abérant).
    J'étaye totalement la pratique du Bokken, qui selon moi, reste l'outil fondamental de la pratique du ken, faut il encore en trouver des bons(meme dans les boutiques spécialisées, c'est dur)...
    Parcontre, je suis fermement convaincu qu'un pratiquant(non débutant)doit tout de même examiner certaines productions de qualité médiocre, sans toute fois bien sûr pratiquer avec durablement. Tu sais même au 16eme siècle, ils faisaient des sabres de m... pour les fantassins. Seuls les Samuraîs riches ou très méritants avaient accès à des lames coûteuses!!
    Enfin, je parts du principe qu'un sabre s'il coupe et s'il pique est un sabre, donc est utilisable, même si la qualité de l'utilisation n'est pas la même.
    Quand on s'est entrainé avec de la m..., on apprécie énormément la qualité.. , mais on sait encore utiliser la m... ce qui est dans certains cas, un atout...

    a ++

  8. #8
    Junior Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    21
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Ce ne serait pas faux ce que tu dis là, si il n'était pas évident que le pire des sabres japonais sera meilleur que la melleure réplique de chez Marto. Car je ne crois pas qu'on puisse dire que tout ce qui coupe et pique soit un sabre, en core moins un sabre japonais. Un sabre c'est en acier, les répliques espagnoles sont en alliage de cuivre (en général) recouverte de chrome. Un sabre japonais c'est une forge d'acier composite, avec une trempe sélective, ce n'est pas un morceau de métal usiné au laminoir du coin...

    a part ca, que pour des raisons évidentes de commodité financière et de rareté de l'objet on ait envie pratiquer avec qqe chose qui ressemble à un katana, pourquoi pas ca n'est pas condamnable, mais assimiler ces objets à des sabres japonais serait à tout le moins, un abus de langage

    Je précise que j'ai attendu assez longtemps de pouvoir m'offrir un katana ancien quoiqu'assez modeste, et que j'ai moi aussi commencé avec une réplique espagnole, la moins ridicule que j'aie pu trouver!

    Salutations martiales.

  9. #9
    Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    59
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Salut,

    Oui, c'est sûr qu'une réplique de chez marto n'est pas à considérer comme japonais,elle n'en possède qu'un semblant extérieur et encore, certains articles sont tellement ridicules qu'ils ne présentent aucun intéret, même aux yeux d'un chercheur de déco asiatique pour salon!!

    Je pense que la plupart des gens qui touchent au sabre l'on connu physiquement pour la 1ere fois par le biais d'un Marto.
    Mon 1er sabre était de ce type, une belle meringue.
    Totalement inexpérimenté en la matière, le vendeur n'a eu aucune difficulté à me convaincre de la qualité de la lame(il faut dire qu'à cette époque, les sabres Marto etaient moins presents sur le marché).
    Par la suite, j'ai compris ma douleur.. C'est de là que j'ai réussi à dégoter un modele Marto tres soft en deco, tres simple... du provisoir.
    Depuis, j'ai des paul chen... j'en suis assez satisfait bien qu'un katana japonais serait plus intéressant, authentique.
    Tiens, je ne sais pas si tu es au courant, mais il y a eu tellement d'arnaques en matière de ventes de sabres nippons dits "anciens" que certains acheteurs(fortunés) font appellent à la radiographie afin de déterminer si le sabre est véritablement de qualité.
    Vive la science!!

    A++

  10. #10
    Junior Member
    Inscrit
    décembre 2004
    Messages
    21
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Salut
    Bien sur, mais ca ne présente un intérêt que pour des armes vraiment très chères. En effet, les procédés pour maquiller une lame (lui adjoindre une fausse signature, lui souder une soie ancienne, faire passer une lame raccourcie pour une forge intacte etc...) sont suffisemment couteux pour qu'on ne les applique qu'à des lames dont le faussaire èspère tirer un vrai bon prix, ce qui est peu le cas des lames qu'on vend habituellement à des pratiquants. Finalement les lames pour collectionneurs et celles destinées à des budoka constituaient (à l'époque ou il en restait quelques unes en Europe) des marchés assez séparés, même si bien sur parfois ces marchés se croisent.
    C'est important aussi avant d'acheter une lame ancienne (et d'ailleurs c'est de l'ancien à partir de quand?) de se renseigner sur le vendeur. Tous les antiquaires n'ont pas la même réputation, les mêmes tarifs non plus d'ailleurs. C'est vrai que la prudence s'impose, mais après tout si des gogos fortunés sont prèts à casser leur tirelire sans s'être un peu renseigné sur les méthodes d'expertise de lames, et s'être fait accompagner par quelqu'un de compétent... Ca fait marcher le commerce comme dirait ma grand-mère.
    En tous cas je ne crois pas que le risque de la "grosse arnaque" soit sérieux pour un pratiquant sensé. En effet. Il a besoin d'une lame solide, équilibrée, répondant à ses critères physiques, et pour laquelle il ne tremblera pas à chaque instant de sa pratique: Il ne doit pas acheter au dessus de ses moyens. C'est d'aileurs important avant d'acheter une lame ancienne de bien avoir à l'esprit que l'on se fait un cadeau empoisonné. Les lames même de l'entre deux guerres sont fragiles, exigentes au niveau entretien, et finalement se dégradent assez vite entre les mains de budoka qui n'ont à l'esprit que la gloriole: "Je sors ma lame à chaque occasion, pour me faire reluire, et je ne prends pas la peine de l'entretenir." Si on dit qu'elle est l'ême du guerrier c'est aussi pour signifier qu'il faut la polir et la maintenir dans un état de pureté aussi proche que possible de la perfection: il faut l'exposer le moins possible. Finalement les forges modernes, les aciers composites tels que ceux qu'utilisent Paul CHEN sont beaucoup plus avantageux pour les pratiquants qui veulent un travail technique intense. J'en viens à me dire que je ferai bien de m'offrir une arme neuve, et de garder mon katana dans son étui.
    Par ailleurs le travail spirituel autour de l'arme me paraît tout aussi possible avec une arme neuve qu'avec une arme "ancienne". Et en lisant dans le forum les propos des gens qui cherchent à s'acheter une arme, je crois me reconnaître il y a quinze ans. quand pour moi le fantasme était de devenir "un vrai samouraï" (on est long à s'avouer ces choses-là) Auourd'hui, je crois avoir admis qu'être un budoka accompli passe par autre chose que par la possession d'un objet qui ne vous transmet rien d'autre que des douleurs aux poignets parceque la pointe en est lourde et que les hommes qui l'ont porté avant vous s'en servaient plus et mieux!

    Martialement. Joyeux Réveillon!

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Sujets similaires

  1. Divers Sabres/Furoshiki
    Par asagiri dans le forum Histoire et traditions
    Réponses: 3
    Dernier message: 12/06/2006, 21h16
  2. Divers Sujets sur les sabres.........
    Par tcha dans le forum Arts martiaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 24/01/2006, 16h42
  3. Site Sabres sur ebay
    Par C2 dans le forum Katana et Autres questions
    Réponses: 9
    Dernier message: 31/05/2005, 18h27
  4. Arme LES SABRES ET LES GAUCHERS!!!
    Par friand dans le forum Arts martiaux
    Réponses: 12
    Dernier message: 07/01/2005, 11h55
  5. Arme sabres droits ??!!!
    Par Sanono dans le forum Arts martiaux
    Réponses: 8
    Dernier message: 16/02/2004, 22h39

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé