Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affiche les résultats de 1 à 10 sur 18

Sujet : Mishima et vous

  1. #1
    Senior Member
    Inscrit
    janvier 2004
    Lieu
    Musashi-Sakai
    Messages
    442
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 4 Messages

    Par défaut Mishima et vous

    J’aime beaucoup Nosaka Akiyuki, et particulièrement « La vigne des morts sur le col des dieux décharnés ». C’est un texte incroyable, une grosse nouvelle, qui se lit très vite jusqu’à ce qu’on se demande ce qu’on vient de lire tellement c’est incroyable, petit retour en arrière, oui, c’est bien ça, il a osé. C’est jubilatoire, mais à ne pas mettre entre toutes les mains. Pour ceux qui ne connaîtraient que La Tome des lucioles (excellent aussi) du même Nosaka, il y a de quoi être surpris. Entre les deux on peut lire « Les pornographes », mais on reste dans le sulfureux. Ce n’est pas vraiment un autour consensuel. Il n’est plus lu au Japon aujourd’hui.

    Dans ses débuts il a été soutenu par Mishima (qui a signé la préface pour « Les Pornographes »), mais Mishima je n’aime pas. Pourtant j’ai essayé, j’ai commence Le Temple d’or mais j’ai arrêté au bout de 100 pages tellement c’était lourd. Sur sa demande, ses romans ne sont pas traduits du japonais mais de l’anglais, je ne sais pas si cette double traduction, qui ne peut qu’être préjudiciable au respect de l’intégrité de l’œuvre originale, entre en cause dans le côté artificiel de son style.
    J’ai retrouvé cette même lourdeur dans l’adaptation cinématographique de Ichikawa.
    J’ai refait une tentative avec Neige de printemps, le titre me plaisait, c’est tiré de sa tétralogie « La Mer de la fertilité », c’est en principe que j’aime bien, les séries. J’ai réussi à en terminer la lecture, mais avec peine. Pour moi ça sonne faux, les personnages, les histoires, on est très loin de la finesse de l’analyse psychologique d’un Sôseki par exemple. C’est un roman « historique », qui se passe avant la guerre, à l’époque des premiers romans de Tanizaki, et ça sonne faux, un peu comme si ç’avait été écrit par un étranger, un étranger qui aurait eu la même distance entre lui et le Japon, que Mishima entre le Japon réel et le Japon qu’il imagine, qu’il sublime, une vision d’un Japon qui n’a jamais existé et qui n’a pu le mener qu’à une impasse. Chez Mishima on est dans le faux-semblant, le paraître (son culte du corps), la recherche de chimères, le culte de la souffrance. Toutes choses qui ne m’intéressent pas. J’ai fait une dernière tentative avec une nouvelle, mais je n’ai pas eu de chance, on sombrait dans le ridicule total avec une histoire d’anges avec des ailes.
    Mais je ne désespère pas, quand j’aurais le niveau suffisant, je referais une tentative pour voir de quoi il retourne en version originale. Juste pour voir, et pour essayer de comprendre pourquoi il plaît tant en occident, et si peu au Japon




    › Lire Plus: Mishima et vous

  2. #2
    Modératrice
    Inscrit
    juin 2003
    Messages
    860
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut Re: Nosaka et Mishima

    Citation Envoyé par Yukumizu
    Mishima ... Sur sa demande, ses romans ne sont pas traduits du japonais mais de l’anglais, je ne sais pas si cette double traduction, qui ne peut qu’être préjudiciable au respect de l’intégrité de l’œuvre originale, entre en cause dans le côté artificiel de son style.
    Tu es sûr ? Il est précisé sur les deux livres de Mishima que je possède Le Pavillon d'Or et Pèlerinage aux Trois Montagnes (Poche Folio) qu'ils ont été "traduits du japonais" (respectivement par Marc Mécréant et Brigitte et Yves-Marie Allioux).

    Je te rejoins cela dit sur le fait que la lecture du premier s'avère plutôt ennuyeuse et que j'ai du me forcer à le finir. J'ai bien aimé par contre les nouvelles du second, enfin, certaines sont très belles car plutôt sobres ("Pèlerinage aux trois montagnes") et d'autres souffrent d'un style un peu trop ampoulé et pompeux ("Ken", vision très esthétisante du kendô)...

  3. #3
    Senior Member
    Inscrit
    janvier 2004
    Lieu
    Musashi-Sakai
    Messages
    442
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 4 Messages

    Par défaut

    C’était le cas pour Neige de printemps, et j’ai eu la confirmation récemment qu’il s’agissait bien d’une demande de sa part. Je ne sais pas si cela concerne tous ses livres ou seulement sa tétralogie. Et je trouve cette idée tellement extravagante que j’ai toujours du mal à y croire. Je ne vois pas l’intérêt.

  4. #4
    Junior Member
    Inscrit
    janvier 2004
    Messages
    3
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Ca me rassure de voir que je ne suis pas le seul à m'être ennuyé à la lecture du Pavillon d'or qui m'avait un peu dégouté de Mishima.
    Je devrais peut être en essayer un autre (Pèlerinage aux Trois Montagnes ?)...

  5. #5
    Junior Member
    Inscrit
    juin 2004
    Messages
    1
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Bonsoir à tous, lecteurs (du moins potentiels) de Mishima !

    Je reconnais que "le Pavillon d'or" est loin d'être le livre idéal pour attaquer Mishima, même si je le trouve pour ma part d'une très grande beauté et d'une puissance psychologique et symbolique à couper le souffle.

    Toutefois, le mieux reste probablement de commencer par lire des nouvelles de Mishima pour se familiariser avec son style et deux de ses grandes thématiques : le rapport tradition /modernité croisé avec le rapport Japon/occident d'une part, et la préadolescence et la découverte de la vie et des plaisirs d'autre part. Mishima est à mon sens (et dans tout ce que j'ai lu) l'écivain qui a fait les + belles pages concernant cet "âge ingrat" de l'existence humaine où l'on n'est plus tout à fait enfant et pas encore vraiment adolescent.

    Pour les recueils de nouvelles( tout en Folio), je conseille "la Mort en été", avec entre autres la nouvelle qui a donné son titre au recueil, très belle sur le deuil ; et aussi "Patriotisme" (je crois bien qu'elle se trouve dans ce recueil), qui est une véritable fulgurance sur le rituel du seppuku. Je conseill aussi "Pélerinage aux trois montagnes", ne serait-ce que pour "Martyre", un texte sublime sur la méchanceté de ces enfants qui prennent conscience qu'ils n'en sont plus.

    Et si ça vous motive pour vous risquer dans un roman pas trop long, n'hésitez pas à lire "le Marin rejeté par la mer" : tout y est ; l'enfance, le désir d'absolu, l'amour, la modernité, la perversion... Un chef-d'oeuvre qui, je pense, enthousiasmera davantage les foules que "le Pavillon d'or".

    *Celeborn

  6. #6
    Junior Member
    Inscrit
    avril 2004
    Messages
    27
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Et bien je sens que je vais faire dans l'original, mais je viens de terminer la lecture du pavillon d'or et je dois dire que je ne me suis pas ennuyer le moins du monde ! :P
    J'aime beaucoup toute l'attention que porte Mishima a la description et a l'analyse du caractere de ses personnages, il s'y prend avec beaucoup (voir peut etre trop ) de minutie et de precision, me rappellant les descriptions Balzacienne !
    Cependant je conçois aisement que Kinkakuji peut etre assez difficile d'acces par rapport à d'autres romans mais je crois que cela est du a l'ecriture et au style de Mishima ...
    Ne nous laissons donc pas intimidé par celui ci !

  7. #7
    Modérateur
    Inscrit
    mai 2001
    Lieu
    Le monde entier
    Messages
    14 319
    Merci
    0
    Remercié 383 Fois dans 335 Messages

    Par défaut

    D'accord avec Celeborn quant au "Marin rejeté par la mer". Cet ouvrage me semble d'une approche plus évidente que d'autres oeuvres de Mishima Yukio.
    Cela étant dit, tout comme Aychan, je ne me suis nullement ennuyé à la lecture du "Pavillon d'or" qui, à mon humble avis reste un incontournable. Cet ouvrage aide à la compréhension de son auteur, ce qui n'est pas un mince exploit.

    A titre personnel ce roman m'a donné l'envie de voir le Kinkakuji. Et quand je me suis retrouvé devant le célèbre pavillon, croyez moi, le roman m'est revenu à l'esprit et m'a aidé à saisir la beauté du lieu. De la meme façon la vision devant mes yeux m'a fait comprendre bien des points de l'ouvrage.
    Une certaine révélation en quelque sorte...

  8. #8
    Senior Member
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Bordeaux
    Messages
    423
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Ma mère vient de m'amener un "coffret" (enfin c'est un livre regroupant 4 oeuvres) de Mishima qui vient de sortir chez Gallimard Quarto :



    LA MER DE LA FERTILITÉ : Neige de printemps - Chevaux échappés - Le Temple de l'aube - L'Ange en décomposition [1989], trad. de l'anglais par Tanguy Kenec'hdu , préface de Marguerite Yourcenar, 1536 pages, rel., sous couv. ill., 150 x 210 mm. Collection Biblos (198, Gallimard -rom. ISBN 207071456X. 35,10 €
    le même ouvrage , préface de Marguerite Yourcenar, 1204 pages, 1 ill., sous couv. ill., 140 x 205 mm. Collection Quarto (2004), Gallimard -rom. ISBN 2070768430. Parution : 24/06/04. 24,50 €




    Résumé
    La Mer de la fertilité, testament littéraire de Mishima, réunit quatre romans qui couvrent l'histoire du Japon de 1912 à 1970, sur quatre générations : Neige de printemps, Chevaux échappés, Le temple de l'Aube et L'Ange en décomposition.

    «"Et pouvez-vous dire avec certitude que, tous les deux, nous nous sommes déjà rencontrés ?
    - Je suis venu ici il y a soixante ans.
    - La mémoire est comme un miroir fantôme. Il arrive qu'elle montre des choses trop lointaines pour qu'on les voie, et elle les montre parfois comme si elles étaient présentes.
    - Mais si, dès le commencement, il n'y avait pas Kiyoaki..." Honda tâtonnait à travers un brouillard. Cet entretien ici, avec l'abbesse, semblait à moitié un rêve. Il parlait à haute voix, comme pour recouvrer le moi qui s'éloignait comme les traces d'une haleine à la surface d'un plateau de laque. "S'il n'y avait pas Kiyoaki, il n'y a pas eu non plus Isao. Il n'y eut pas Ying Chan, et - qui sait - peut-être n'y a-t-il pas eu moi."
    Pour la première fois, il y avait de la force dans les yeux de l'abbesse. "Cela aussi est tel que dans le cœur de chacun."»
    Yukio Mishima, L'Ange en décomposition, chap. 30.

    Biographie
    Yukio Mishima (pseudonyme de Kimitake Hiraoka) est né en 1925 à Tôkyô. Son œuvre littéraire est aussi diverse qu'abondante : essais, théâtre, romans, nouvelles, récits de voyage. Il a écrit aussi bien des romans populaires qui paraissent dans la presse à grand tirage que des œuvres littéraires raffinées, et a joué et mis en scène un film qui préfigure sa propre mort.
    Il a obtenu les trois grands prix littéraires du Japon. En novembre 1970, il s'est donné la mort de façon spectaculaire, au cours d'un seppuku, au terme d'une tentative politique désespérée qui a frappé l'imagination du monde entier.
    Mishima fut un grand admirateur de la tradition japonaise classique et des vertus des Samouraïs. Dans ses œuvres, il a souvent dénoncé les excès du modernisme, et donné une description pessimiste de l'humanité.


    (SOURCE : http://www.gallimard.fr)

    C'est bien d'avoir sorti un "coffret" (désolé, je trouve pas de mot plus approprié)
    La difficulté n'existe pas, c'est l'esprit de l'homme qui la crée!

    http://www.solan.fr.st : Solan, Jeux en réseau sur Bordeaux les 9-10-11 juillet 2004

  9. #9
    Senior Member
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Bordeaux
    Messages
    423
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    (On dirait que je parle tout le temps de ma mère ici Mais bon, c'est elle qui m'amène les bouquins donc forcément....)

  10. #10
    Member
    Inscrit
    avril 2002
    Lieu
    Tokyo
    Messages
    98
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Bonjour.

    Pour ma part, j'ai decouvert Mishima grace...au cinema ^_^ J'ai vu le court metrage adapte de la nouvelle "patriotisme" dans lequel Mishima joue le role principal. Je l'ai vu dans des conditions un peu particulieres: concert de musique underground (dans le sens propre du terme car c'etait dans une cave ^_^) ambiance electrique, chaleur etouffante, nous avons attendu plus d'une heure debout, bref tout cela a ajoute a la grande impression qu'a fait sur moi ce film (ou la scene centrale est une scene de sepuku tres realiste). Je me suis donc jetee aussitot sur les romans et j'ai commence par "Confessions d'un masque" car c'est un roman largement autobiographique et que je voulais mieux comprendre le personnage de Mishima. J'ai vraiment aime ce livre, j'y ai trouve des choses qui m'ont parle (je suis d'ailleurs etonnee que personne ne l'ait cite) Ensuite, j'ai poursuivi avec "La mort en ete" puis des romans plus "classiques" comme "Le pavillon d'or" (j'ai beaucoup aime, je suis surprise de voir que tant de gens se sont ennuyes a sa lecture. La these de Mishima quand a l'incendie du temple est tres interessante, la psychologie des personnages est decrite de facon tres fine...)
    Je pense que mon interet pour cet auteur tient aussi a l'ordre dans lequel j'ai decouvert son oeuvre. Si j'avais commence par "Une soif d'amour" par exemple, peut-etre que je n'aurais pas ete aussi enthousiaste... Ensuite, generalement, je dissocie la vie d'un artiste de son oeuvre mais dans le cas de Mishima, pour moi cela fait un tout. Et j'ai conscience que l'interet que j'eprouve pour lui est aussi fortement lie a sa personnalite. Enfin, je suis bien incapable de lire Mishima en japonais (grosse frustration...) donc je n'ai aucun jugement sur son style. Pas mal de mes amis japonais qui n'aiment pas Mishima m'ont dit en premier "son style est trop pedant", ce que je ne suis pas en mesure de juger. Ce que j'aime c'est son style engage, provocateur et en ca c'est pour ca que j'apprecie enormement Nosaka aussi.
    A part ca, comme Pop Kun, je suis dans la tetralogie mais ca n'avance pas vite car le livre est trop lourd pour l'emporter dans le metro

    Bonne journee,
    Marie

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Sujets similaires

  1. Divers Reportages sur Yukio Mishima
    Par Max Demian dans le forum Littérature
    Réponses: 6
    Dernier message: 25/08/2009, 13h08
  2. Divers un endroit ou vous vous sentez comme chez vous
    Par Tokyoko dans le forum Japon - Questions générales
    Réponses: 10
    Dernier message: 10/09/2008, 16h18
  3. DVD Yukoku de Mishima
    Par Ikebukuro dans le forum Cinéma
    Réponses: 2
    Dernier message: 13/08/2006, 08h36
  4. Auteur Mishima - vidéo
    Par JM dans le forum Littérature
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/08/2005, 15h36
  5. Divers Hommage a Yukio Mishima
    Par ToyamaNoKinsan dans le forum Littérature
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/07/2004, 18h59

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé