Affiche les résultats de 1 à 6 sur 6

Sujet : Japon, société camisole de force

  1. #1
    Senior Member
    Inscrit
    novembre 2004
    Lieu
    Tokyo - Mejiro
    Messages
    1 089
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut Japon, société camisole de force

    Bonjour a Tous !

    Alors voila, j'ai lu le bouquin, et je vous fait une brève présentation du livre, et de l'auteur (Indissociable pour comprendre son livre)



    Masao Miyamoto suit des études de médecine à Tokyo avant de partir aux Etats Unis pour se spécialiser en psychiatrie et devenir psychanalyste. Il travaille pendant plus de trois ans à l'université Cornell. Après dix ans passés à l'étranger, il revient s'installer au Japon et devient haut fonctionnaire au ministère de la santé. Il décade en France en 1999 et est enterré au pere lachaise.
    ____________________________

    Présentation de l'éditeur : Un haut fonctionnaire, révoqué du ministère de la Santé, dénonce dans ce livre iconoclaste la bureaucratie et le conformisme qui minent la société japonaise, une « société camisole de force ». De nombreux Japonais se sont reconnus dans ce portrait au quotidien et sans pitié d’un système qui montre en pleine lumière une face cachée du Japon.
    Dans le cadre de mon cours de "Politique et institution" a l'Inalco, j'ai décidé de faire un travaille sur ce bouquin, car je l'ai beaucoup apprécié.

    Malheureusement, je me suis engagé un peu vite, et je n'ai pas trouvé grand chose en Français, au sujet de Miyamoto ou de son livre.
    J'ai déjà fait pas mal de traduction (Biographie, résumé de son 2e livre...) mais il ne me reste que quelque jours, et je ne vais pas pouvoir traduire tout ce que je voulais (des analyses du livre du point de vue Japonais entre autre...
    Je cherche aussi des témoignages de personne qui travaille dans le privé et qui peuvent témoigné de la similitude entre le milieu de l'administration et les entreprises privées.

    Je cherche aussi, quelqu'uns des articles que Miyamoto a écrit pour le Times, ou Asahi Shinbun... Mais, je ne trouve rien! Je pensais qu'il y avait des archives des journaux en lignes... mais je n'ai pas trouvé.
    Et j'ai beaucoup de mal avec google en Japonais... (Je doit absolument tout traduire pour savoir si li y a quelque chose d'intéressent et je suis très mauvais en Kanji....

    Bref, si quelqu'un a des informations, une analyse personnel, déjà lu un de ses articles... Je suis intéressé par toutes informations !


    Merci beaucoup,




    › Lire Plus: Japon, société camisole de force

  2. #2
    Modérateur Avatar de Heiho
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Sur sa moto...On the road again
    Messages
    1 701
    Merci
    1
    Remercié 2 Fois dans 2 Messages

    Par défaut

    Salut je ne suis pas certain que cela puisse t'aider mais dans le doute !



    Société, camisole de force (Poche)
    Poche: 240 pages
    Editeur : Philippe Picquier (28 mars 2001)
    Collection : Picquier poche
    Langue : Français
    ISBN-10: 2877305317
    ISBN-13: 978-2877305310

    -->LIEN<--

    Extrait:


    Critique de JPRI, Vol. II, Numéro 10 Décembre 1995
    Groupe-Pensez l'Individualisme de Rassemblements : La Saga de Dr. Masao Miyamoto et la bureaucratie japonaise
    par le personnel et le Masao Miyamoto de JPRI

    Dr. Masao Miyamoto a été soutenu en 1948 à Tokyo et reçu un diplôme de l'université médicale d'université de Nihon. En 1975, après qu'une année de travail universitaire supérieur en pathologie, il se soit déplacé aux ETATS-UNIS, où il a passé trois ans effectuant le travail universitaire supérieur dans la psychiatrie et la psycho-analyse. En plus de la psychiatrie de pratique à New York, il a également enseigné pendant six années à l'université médicale de Cornell et à l'université médicale de New York. En 1986, il est revenu au Japon pour des raisons de famille et est devenu le directeur adjoint de la Division mentale de santé du ministère de la santé et du bien-être. Pas étonnamment, la résidence de ses onze années aux ETATS-UNIS, sa formation psychoanalytique, et son sens de l'humour espiègle malade-l'avaient préparé pour le monde exclusif et rigide de la bureaucratie du Japon. En 1992, il a commencé à écrire une série d'articles amusants et perspicaces concernant ses expériences de et observations de la bureaucratie, qui ont été éditées dans le magasin Gekkan Asahi. Ces articles ont causé le grand outrage parmi ses supérieurs et ont mené à sa première dégradation : il a été fait à directeur de quarantaine pour le port de Tokyo, une position précédemment inexistante. En avril, 1993, les articles ont été édités comme un livreOyakusho aucun Okite (code de Bureaucrats)-et étonnant l'auteur en devenant un best-seller. Il a semblé avoir frappé un nerf cru d'irritation publique avec officieux, obstructioniste, bureaucrates hautains. Mais même pendant qu'il était interviewé dans les magasins et invité à aérer ses vues sur la TV japonaise parler-montre, son ministère était des grades de fermeture contre lui. Comme il a plus tard écrit dans divers discours il a aimablement rendu disponible à JPRI:

    Un de directeur général [ du ministère ] m'a déjà indiqué que je devrais démissionner immédiatement après que j'aie indiqué les conditions de travail au ministère dans un article. Il a dit, le "Dr. Miyamoto, vous et moi ont une religion différente. Je me rendais entièrement compte de votre long séjour en Amérique, et j'ai pensé que vous avez juste eu besoin d'une période d'ajustement. Mais nous sommes distants trop lointain. Vous êtes un étranger. Beaucoup de gens vous regardent en tant que hérétique." Ainsi j'ai dit à lui, "analysant notre rapport d'un point de vue social-psychologique, vous êtes absolument correct. Mais cela ne signifie pas que je devrais démissionner. Après tout, le ministère n'est pas Kremlin. Nous courons censément une administration démocratique." Mais le mot 'étranger 'ou 'hérétique 'décrit tout à fait correctement n'importe qui qui va à lencontre les traditions ou l'orientation établies de groupe du Japon.

    Le ministère de la position de santé et d'assistance sociale a été également reflété dans le fait que depuis la publication d'Oyakusho aucun Okite, le ministère n'avait éludé tout le commentaire sur le contenu de mon livre. C'est une tragédie qu'autant que le livre a reçu l'appui répandu dans les mass media et des lecteurs, il n'a pas stimulé la discussion au sein du ministère. Le ministère a simplement indiqué que ce que j'ai édité était l'opinion personnelle. Au lieu de réfléchir sur les problèmes que j'ai précisés, il a juste essayé de se débarasser de moi.

    La pression sur moi est devenue implacable. En septembre de 1993, un fonctionnaire de ministère a demandé à un professeur de pathologie de l'école médicale au Japon où j'ai étudié sur il y a 20 ans, de me prendre dessus en tant que membre de corps enseignant. Tandis que j'avais étudié là en tant qu'étudiant gradué, il serait ridicule pour que je devienne un membre de corps enseignant en pathologie, quand ma spécialité est psycho-analyse.

    En mars de 1994, l'ordre est venu pour que je transfère à Kobe. Cependant, donné mon fait de situation-le de famille que ma mère avait souffert une course et avait eu besoin de surveillance-Je quotidienne a dit au ministère que je ne pourrais pas accepter le transfert. Mais si je n'obéissais pas l'ordre de transfert ils pourraient me mettre le feu. Par conséquent, puisque j'ai voulu continuer ma lutte pour aider la bureaucratie à changer, j'ai décidé d'aller à Kobe.

    Ce qui m'attendait dans Kobe était harcèlement. J'avais été transféré beaucoup de fois avant, mais quand je suis allé la première fois au bureau de quarantaine de Kobe, qui est situé dans un extérieur, secteur d'isolement, je me suis senti comme j'étais entré dans une prison.

    Laissez-moi décrire mon premier jour dans le bureau. Pas une personne simple a souri des salutations à moi, et j'ai été donné les ordres suivants :

    "n'acceptez aucun appel téléphonique entrant, et utilisez un téléphone public pour tous les appels personnels." "arrivez promptement à 8:30 le matin et ne partez pas avant que le déjeuner de 5:00 P.M. doive être pris de le dièse de 12:00 à de 1:00." "ne partez pas pour un rendez-vous sans obtenir d'abord la permission spéciale." "tous les fax entrants qui ne sont pas liés au travail de quarantaine seront détruits." Quelques semaines après que je sois arrivé dans Kobe, j'ai identifié que plusieurs de mes lettres avaient été ouvertes. J'ai dit à mes supérieurs qu'ils avaient violé la loi, et je les ai menacés par la poursuite. Ils ont cessé d'ouvrir mon courrier. En dépit de ce harcèlement, que mon avocat réclame est une violation de mes droits de l'homme comme incorporée dans la constitution, le ministère a insisté sur le fait que c'était juste un transfert courant de personnel.

    En septembre, 1994, Kodansha a édité le livre de Miyamoto en anglais, sous la société de camisole de force de titre. La poussière-veste porte un texte de présentation par les jachères en James, qui ont écrit:

    [ ceci ] est un livre-drôle extraordinaire, touchant, et politiquement perspicace tous en même temps. Dr. Masao Miyamoto a découvert dans le monde entier des vérités cruciales pas simplement au sujet de la situation fâcheuse moderne du Japon mais au sujet de la lutte plus grande entre de grands, rigides organismes et individus bizarres et irrepressibles. Ce livre sera un agréable s'intense lu pour n'importe qui intéressé aux individus de manière peut lutter en arrière contre les bureaucraties qui menacent souvent de les presser.

    Pour Miyamoto personnellement, la vie à son ministère est devenue bien plus difficile. En novembre, 1994, il écrit:

    J'ai été invité à être l'orateur principal à une conférence commanditée par la bibliothèque des ETATS-UNIS du congrès avril suivant, mais la bureaucratie japonaise a exprimé ses inquiétudes que peut-être je n'étais pas l'orateur le plus approprié pour cette conférence. Ils ont essayé de m'enlever en tant que haut-parleur principal mais ont échoué. Cependant, j'ai été également censé parler lors de la réunion annuelle de l'association pour l'échange et l'enseignement du Japon, mais le placement de l'organisateur a été menacé par le gouvernement japonais, et ils ont décommandé mon discours. Récemment j'ai parlé à la tête d'une agence japonaise de production de TV et elle m'a informé que des cadres supérieurs de TV avaient été pressurisés par le ministère de la santé et du bien-être, un commanditaire important de plusieurs stations de TV, pas m'a laissé apparaître sur leurs programmes. Ces incidents indiquent que la bureaucratie est craintive d'avoir la réalité du Japon connue de non-Japonais, et c'est un signe que l'existence du système est menacée. Ironiquement, ces incidents renforcent seulement la validité de mes commentaires, contrairement à l'intention de la bureaucratie de me critiquer.

    En conclusion, en février 1995, le ministère a mis le feu à Miyamoto. Il est, aujourd'hui, un ronin sur le circuit mondial de conférence, et JPRI projette bientôt éditer un article qu'il a commissionné de lui sur Aum Shinrikyo. Mais jusque-là, les lecteurs devront être contents avec son livre et cette anecdote délicieuse d'une conférence qu'il a donnée la première fois 15 juin 1995, à la chambre de commerce américaine au Japon:

    En trois dernières années, je me suis appelé un membre de l'école révisionniste. Les révisionnistes sont connus pour déclarer que les Japonais sont différents des Occidentaux, socialement, politiquement et économiquement. Je ne me considère pas un révisionniste, mais je dois dire que le Japon car un système est tout à fait différent de l'ouest. Comment différent ? Le Japon est une société conformiste.

    Laissez-moi vous donner un exemple. L'incident suivant a eu lieu au prince Hotel d'Akasaka. Il était autour 18 h. et j'attendais pour rencontrer un ami. Il m'avait demandé de l'attendre à la barre sur le plancher supérieur. Depuis que je suis arrivé tôt je me suis assis au compteur. Un serveur est venu demander ce que je voudrais boire. J'ai noté une bouteille ouverte de vin blanc dans un glace-seau derrière le compteur, et ce qui suit était notre dialogue :

    "je voudrais avoir un verre de vin blanc."
    "je suis désolé mais nous ne pouvons pas vous offrir le vin blanc"
    "pourquoi ne peux pas j'avoir un verre de vin blanc?"
    "il n'est pas sur la liste de boissons."
    "mais je vois une bouteille ouverte de droite de vin blanc là-bas."
    "je vous apporterai une liste de vin et vous pouvez choisir une bouteille de là."
    "mais je veux seulement un verre de vin."
    "j'ai peur que vous devrez commander une bouteille."
    "mais tout que je veux est un verre de vin."
    ". . . " (silence)
    "pourquoi ne peux pas j'avoir un verre de la bouteille qui est déjà ouverte?"
    "je suis désolé, je devrai parler à mon supérieur."

    Après l'attente d'un couple des minutes, le serveur est revenu avec un homme dans un smoking.

    "monsieur, je suis désolé mais nous n'offrons pas le vin par le verre dans cette barre."
    "si c'est le cas, pourquoi y a il une bouteille ouverte de vin blanc là-bas?"

    Il va chez le barman, qui chuchote dans son oreille, revient alors à moi.

    "ce vin est employé pour faire des cocktails."
    "quel genre de cocktails?"
    "le cocktail s'appelle Kir. Nous le mélangeons à la liqueur de Cassis, monsieur."
    "je vois. L'ok, me donnent alors un Kir sans Cassis."

    Le régisseur de plateau de rayon a pensé cela pendant un en second lieu, avec un regard légèrement confondu sur son visage.

    "je suis désolé mais nous ne pouvons pas faire cela."
    "pourquoi pas?"

    Son regard de perplexité accru.

    "je devrai parler au directeur adjoint de l'hôtel. Veuillez nous excuser."

    J'ai attendu environ cinq minutes, et un homme gris-d'une chevelure est venu. Son premier commentaire était,

    "nous essayons d'adapter à votre demande autant que possible, mais vers le haut jusqu'ici de personne a fait cette sorte de la demande."

    "bien, vous devriez être heureux que je place un précédent pour vous. Chargez-moi pour le prix du cocktail, mais juste donnez-moi un verre de vin."

    "vous voyez, nous sommes heureux de vous adapter avec n'importe quoi du menu de boissons, mais je suis au regret de vous informer que nous n'offrons rien pas sur le menu. C'est notre politique."

    "vous m'avez juste dit que votre travail doit adapter aux demandes des invités autant que possible."

    "oui, monsieur."

    "je ne pense pas que je demande n'importe quoi indigne. Tout que je veux est un verre de vin blanc, et il y a un juste ouvert de bouteille devant nous. Je ne comprends pas votre inflexibilité."

    ". . . " (silence)

    "vous courez un hôtel de première classe."

    "merci monsieur."

    "je crois que la première chose que vous apprenez dans la gestion d'hôtel le cours doit pour essayer de satisfaire les besoins des invités."

    "vous êtes monsieur absolument bon."

    "ainsi vous ne pensez pas cela qui accorde ma demande resteriez dans le principe de la bonne gestion d'hôtel?"

    "qui est correct, monsieur."

    "ainsi si je suis correct, pourquoi ne pouvez pas vous m'offrir un verre de vin blanc?"

    Le directeur adjoint, avec un sourire tendu sur son visage, a répondu,

    "correct, nous vous offrirons un verre de vin blanc, mais avons appris que svp il aura lieu seulement pour aujourd'hui."

    Ai finalement obtenu je ce que j'ai voulu, mais cela a pris plus de 15 minutes. C'est juste un exemple, mais ce genre de comportement rigide est effréné dans la société japonaise. Cette rigidité me rappelle les patients qui exhibent des symptômes du main-lavage fréquent, qui est souvent diagnostiqué en tant que désordre obsédant-compulsif. Il est difficile de penser que tant de personnes au Japon ont des symptômes névrotiques. En fait, la plupart des personnes que je rencontre en privé n'exhibent aucun signe de névrose ; elles sont les individus normaux. La question est alors pourquoi faites ces personnes deviennent rigides dans un arrangement officiel ? Ma réponse à cette question est que ce n'est pas le peuple, mais le système, qui est névrotique.

    Le problème se trouve avec les bureaucrates, les architectes du Japon, inc., puisqu'ils ne se rendent pas compte de leur maladie et ils continuent à instruire, ou pour être plus à la mode, "s'occuper de la commande" le peuple. Une fois que les gens sont dans un arrangement de groupe, ils deviennent des disciples du Japon, inc.. Dans le cas de l'incident au prince Hotel d'Akasaka, le travail du directeur adjoint, au lieu des besoins de clients serviables, doit maintenir des clients dans les limites des règles et des règlements existants.


    -->Source www.jpri.com<--
    Les gros cu..
    Aie ça pique !
    Et vous, vous vivez sans ?

    Cigares
    IPhone

    私は他の興味を見つけるために酒を飲む !

  3. #3
    Senior Member Avatar de Shizukasan
    Inscrit
    mai 2006
    Messages
    831
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Le blog du Monde, mais pas lu => pas le temps !

  4. #4
    Senior Member
    Inscrit
    novembre 2004
    Lieu
    Tokyo - Mejiro
    Messages
    1 089
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Merci beaucoup Heiho !!
    J'avais trouver deja un texte de ce groupe, mais je n'avais pas celui ci ! Il va m'etre d'une grande aide.

    Pour le monde... J'avais deja l'article...

    Mon plus grand probleme est de trouver les articles qu'il a ecrit en anglais ou en Japonais... Je ne trouve absolument rien!
    Et je n'arrive a savoir si c'est :
    -1 Moi le couillon qui sait pas chercher
    -2 Le web ne contien pas l'info...
    -3 Le gouvernement japonais a volontairement travailler a censurer l'info

  5. #5
    Senior Member
    Inscrit
    novembre 2004
    Lieu
    Tokyo - Mejiro
    Messages
    1 089
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    J'etait entrain de me dire que Google traduit en Francais a peu prés comme ma copine quand elle traduit a partir du japonais...
    C'est assez marant... Comme quoi, ca marche pas si mal !

    (L'etrait affiché est une traduction auto pour ceux qui s'en serais pas rendu compte!)

  6. #6
    Senior Member Avatar de nishi
    Inscrit
    septembre 2003
    Lieu
    Au coeur de la Mediterranee, a apprecier le soleil en toute saison...
    Messages
    517
    Merci
    0
    Remercié 1 Fois dans 1 Message

    Par défaut

    Oui sauf que la Google traduit de l anglais en francais

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Sujets similaires

  1. Commerce Vends société au Japon.
    Par capsuletokyo dans le forum Travailler au Japon
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/06/2012, 07h45
  2. Divers Tatouage > Force et Honneur en katana japonais?
    Par Mikos dans le forum Japon - Questions générales
    Réponses: 8
    Dernier message: 21/02/2007, 17h32
  3. Jeux de société au Japon...
    Par watanabe dans le forum Divers
    Réponses: 6
    Dernier message: 22/06/2005, 22h12
  4. Média Le Japon, société camisole de Force. (Miyamoto Masao)
    Par Ludovic dans le forum Société contemporaine
    Réponses: 11
    Dernier message: 02/06/2004, 17h16
  5. Un blog de force de volonte.
    Par hiroette dans le forum Vos découvertes de sites
    Réponses: 12
    Dernier message: 06/05/2004, 02h43

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé