Bonjour,

Titre : le bambou nain
Auteur : Nagai Kafû
~160 pages


Resumé:
Un peintre raté et opportuniste vivotant d'expédients et de complaisance, un antiquaire véreux, la famille suspecte d'un ancien gouverneur de province, le fils débauché d'un peintre illustre, des geishas de bas étage, tels sont les personnages de ce célèbre roman de Kafû. Au gré des rencontres, les destins se tissent, s'entremêlent et se défont ; de rebondissement en rebondissement, l'auteur nous entraîne dans le sillage d'un homme ordinaire, louvoyant tant bien que mal dans les eaux corrompues du nouveau Japon avant de devenir patron d'une maison de rendez-vous. Galerie de portraits surprenants, peinture satirique et féroce d'une nouvelle société bourgeoise oublieuse des valeurs traditionnelles de l'ancien Japon.

Mon avis :
Meme si ce livre se presente comme une peinture satirique d'un Japon traditionnel en fin de vie,on ne peut s'empecher de ressentir un gout d'inachevé a la fin de ce dernier.
En effet,Le Bambou Nain est long a démarrer,et des qu'une intrigue semble se mettre en place,le suspense-le mot est fort- retombe aussitôt.
Vous l'aurez donc compris,amateur de polars passez votre chemin.
Néanmoins,la description des moeurs nippon de l'epoque tranche avec l'idée que s'en font les occidentaux.On y decouvre ainsi des geisha qui n'ont de geisha que le titre,des personnages de la haute-société libérés,pour ne pas dire libertins,gangrénés par la corromptution.
Un autre mythe qui tombe est celui de la légendaire sacro-sainte propreté:les maisons de rendez-vous étant décrite-entres autres- comme de sales bicoques ou seul l'argent semble avoir de l'interet.

Un monde où le paraitre est souverain.

On pourra également s'interroger sur la position de la femme dans cette société.
Mais je ne vous en dirai pas plus.

Ce que j'ai apprécié : la vision décalée du Japon que l'auteur propose.

A noter,une préface ou Kafû explique le choix de son titre.
Fait rarissisme qui mérite d'etre souligné.




› Lire Plus: Le Bambou Nain