Page 1 sur 22 12311 ... DernièreDernière
Affiche les résultats de 1 à 10 sur 217

Sujet : Les voraces traversent le Japon

  1. #1
    Modérateur Avatar de TB
    Inscrit
    août 2002
    Lieu
    Paris
    Messages
    1 138
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut Les voraces traversent le Japon

    Cela devait arriver un jour, il fallait s'y attendre. Comme le fast food franchisé, le virus de la grippe aviaire et les poussières diluées des accidents nucléaires, Heiho et TB ont fini par atteindre le Japon. C'est avec la complicité d'Air France que les deux spécimens ont été introduits dans le pays, par l'aéroport du Kansai pour être précis. Grâce à la Japan Airlines ils ont été immédiatement déportés vers Hokkaidô, là où le froid inhiberait certainement leur virulence, espérait-on...

    Sur les liaisons avec le Japon, Air France propose aux passagers de la classe prolétaire deux menus, l'un typé européen, l'autre japonais. Nous avons eu droit à un teriyaki avec du riz, de qualité bouffe industrielle réchauffée, mais quand même assez correct relativement à mes souvenirs malheureusement impérissables sur des compagnies à bas prix. N'importe quel PNC vous le dira : l'ingestion de boustifaille et le visionnage de quelques gros navets cinématographiques sont les deux meilleurs moyens de faire se tenir tranquille une cargaison de Bidochons dans un avion. Il est donc possible, voire recommandé, de grignoter au fil des heures quelques mini-sandwichs mollassons au quasi-fromage, des glaces insipides avec un bâton pas fameux au milieu, et des nouilles instantanées. Les nouilles sont fournies par la JAL (c'est écrit sur l'emballage), on s'attendrait donc à ce qu'elles manifestent un certain savoir faire japonais en la matière. Las, si le bouillon est raisonnablement satisfaisant dans sa catégorie, les nouilles ont la consistance cartonneuse d'un ticket de métro mal cuit. D'après le couvercle, ce sont les « udon de Sky ». Et bien franchement, Skydiver, les nouilles c'est pas ton truc.

    Quelque part dans la nuit sibérienne, on aperçoit des lumières au milieu du rien. Ou peut-être est-ce la Chine, allez savoir ?

    Après une brève escale à l'aéroport du Kansai et une petite conversation avec la douane (j'y reviendrai plus tard), nous avons poursuivi jusqu'à la nouvelle Chitose, dans l'île d'Hokkaidô, par un vol intérieur de la JAL. Vu du hublot, le Japon ressemble à une vaste toile imprimée de zébrures géométriques et percée de montagnes noires triangulaires. Pas de repas sur un vol aussi court, juste de malheureux rafraîchissement. Sauf que les petites mémés nippones, plus prévoyantes que nous, s'étaient procurées à l'aéroport d'appétissants bentô. Elles purent donc faire leur déjeuner tranquillement alors que nos estomacs patientaient jusqu'à Sapporo.

    À suivre...




    › Lire Plus: Les voraces traversent le Japon

  2. #2
    Senior Member
    Inscrit
    avril 2004
    Lieu
    Belgique
    Messages
    177
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Cool ça.

    On attend les photos
    La cuisine japonaise en Belgique & ailleurs: www.cuisinejaponaise.be avec son blog et Twitter

  3. #3
    Modérateur
    Inscrit
    mai 2001
    Lieu
    Le monde entier
    Messages
    14 337
    Merci
    0
    Remercié 385 Fois dans 337 Messages

    Par défaut Bande de nouilles

    Ce n'était pas la Chine mais la Sibérie.

    Les passagers Japonais adorent les dites nouilles industrielles (il n'y en a jamais assez) que je n'apprécie que modérement.

  4. #4
    Senior Member Avatar de Jiraiya-19
    Inscrit
    décembre 2005
    Lieu
    Yokohama - puis Shinjuku Sanchome
    Messages
    305
    Merci
    2
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut

    Ce qui est frappant c'est que TB écrit plus qu'il ne parle...

    à bientôt
    We will Stand and Fight...

  5. #5
    Senior Member Avatar de ptitjoji
    Inscrit
    juillet 2004
    Lieu
    Paris > Edinburgh > Strasbourg > Aix > [Yokohama] > ...
    Messages
    1 295
    Merci
    2
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    oui j'avais remarqué aussi

    Y'en a qui ont de grandes gueules, d'autres ont de gros doigts.
    働き過ぎにはご注意下さい

  6. #6
    Senior Member
    Inscrit
    avril 2005
    Lieu
    Paris
    Messages
    907
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    TB, il ne parle pas beaucoup, mais qu'est-ce qu'il mange !

  7. #7
    Senior Member Avatar de Jiraiya-19
    Inscrit
    décembre 2005
    Lieu
    Yokohama - puis Shinjuku Sanchome
    Messages
    305
    Merci
    2
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut

    Nouveau pseudo de TB : The Voice....

  8. #8
    Senior Member Avatar de asagiri
    Inscrit
    juin 2002
    Lieu
    here there and everywhere
    Messages
    5 925
    Merci
    14
    Remercié 102 Fois dans 86 Messages

    Par défaut edito

    bonjour
    Tres Bon style edito

  9. #9
    Modératrice
    Inscrit
    septembre 2002
    Messages
    1 017
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    Ben oui, maintenant qu'on a eu les hors d'oeuvre du "menu Sky"... on attend goulument la suite qui sera sans doute bien plus savoureuse!

    Pourquoi dès qu'on parle manger, même si je suis à table déjà entrain de manger... ca me donne faim moi!

  10. #10
    Modérateur Avatar de TB
    Inscrit
    août 2002
    Lieu
    Paris
    Messages
    1 138
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut

    Tout juste débarqués à Shin Chitose d'un aéronef promis à une désinfection aussi imminente que nécessaire, les deux baroudeurs aux pieds plats du japon.org se sont rendus au bureau de la Japan Railways le plus proche (celui de l'aéroport) pour échanger leur preuve d'achat contre un JR Pass en bonne et due forme (c'est à dire avec une reproduction métallisée de la vague de Hokusai sur le dessus, et les tampons de la JR sur le dedans). Le JR Pass est un forfait ferroviaire exclusivement réservé aux étrangers, et encore, seulement s'ils sont de passage. Cela permet au touriste de promener sa mine de ragondin suffisant à travers tout le pays pour une somme fixée selon la durée souhaitée, le plus souvent celle du séjour, tandis que les Japonais doivent acquitter le prix de leur transport à chaque voyage. Dégoûtée par cette scandaleuse discrimination autant que par l'aspect repoussant de la paire d'hurluberlus accoudés à son bureau, l'employée des chemins de fer a salué leur départ d'une bordée d'insultes bien senties, quelque chose comme : « dômo arigatô gozaimashita ».

    Premier constat : « Ça caille », dixit Heiho. Bien que Sapporo soit à une lattitude presque méditerranéenne, le climat est aussi froid qu'en Europe du nord. En ce début mars il restait plus d'un mètre de neige, déposée là sans doute par les vents venus de Sibérie si on en croit Wikipedia qui ne dit pas que des conneries. Nous avons trouvé le gîte dans une auberge de jeunesse, Ino's home, confortable et accueillante. Pour le couvert, à cette heure avancée de l'après-midi et loin des grandes rues commerçantes, nous nous sommes rabattus sur le konbini le plus proche — de l'autre côté de la rue. Le konbini est une sorte de croisement entre l'épicerie arabe et la supérette de quartier. Ce n'est pas le lieu idéal pour débuter un périple gourmand au Japon mais, hé, on avait rien becqueté depuis le petit-déjeuner dans l'avion... Nous avons acheté pour moins d'un euro pièce des brioches « chinoises », mais belles et bien japonaises, de consistance légère et mousseuse, chaudes et farcies de choses surprenantes (surtout pour des illettrés pas fichu de comprendre les étiquettes). Par la suite nous sommes souvent allés dans les konbini, en particulier le matin, pour trouver de quoi grignoter dans les transports. Évidemment, pour des touristes le konbini est en soi une petite attraction typique du Japon. Mais sérieusement, la bouffe de konbini est assez bas de gamme. Difficile de trouver dans l'étalage de pains briochés quelque chose qui ressemble à une honnête viennoiserie (même de grande distribution) pour accompagner sa canette de « café au lait » (en français sur l'emballage). Les dits cafés étant tous des variations sur le modèle nord-américain de ce que l'on appelle couramment en France du « jus de chaussette ». Tiens, on devrait proposer ça comme marque à un fabricant nippon. C'est français, c'est chic, ça plairait. Ce que les konbini font de mieux, ce sont les encas typiquement japonais : oden, susdites brioches, onigiri avec la feuille de nori emballée à part pour qu'elle reste craquante. Côté boisson, il y a surtout des ersatz, de la flotte sucrée avec un peu de citron. Même le contenu des bouteilles estampillées Tropicana ressemblent à peine à du jus de fruit. Pas étonnant que les Japonais boivent autant de bière.

    En vadrouille dans les rues de Sapporo, nous remarquons que les coiffeurs japonais ont conservé le modèle d'enseigne autrefois utilisé par leurs confrères occidentaux : des cylindres peints d'une double hélice bleue et rouge. Quand vous aurez besoin d'une coupe, faites attention quand même, elles sont utilisées également par les coiffeurs pour chiens.

    À suivre...

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé