Page 22 sur 22 PremièrePremière ... 12202122
Affiche les résultats de 211 à 217 sur 217

Sujet : Les voraces traversent le Japon

  1. #211
    Modérateur Avatar de TB
    Inscrit
    août 2002
    Lieu
    Paris
    Messages
    1 138
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut

    C'est notre dernier soir au Japon et nous le passons dans le quartier de Dōtonbori. Nous sommes venus directement du tournoi de sumō, à pied, en empruntant sans discontinuer des galeries commerciales toutes pleines de boutiques, de marchandises et de chalands. De chaque côté partent d'autres galeries tout aussi commerçantes, longues et animées. C'est la quintessence du centre-ville japonais : du commerce, du commerce, du commerce, et encore un peu de commerce pour faire bon poids.

    Notre camarade autochtone (la fan de roupillon devant les matchs de sumō), nous entraîne vers une machine qui gobe des pièces et restitue des autocollants (non, nous ne sommes pas dans un temple, pourquoi ?). On choisit à l'écran les illustrations, noms et devises qui orneront bientôt la feuille plastifiée. Pour faciliter son utilisation, la machine nous cause en japonais, tout en poussant régulièrement des couinements kawaii sur fond de koto synthétique. Je dois dire que cela ne nous aide pas autant que nous l'aurions souhaité. Finalement, notre hôtesse effectue les choix certainement les mieux appropriés et nous repartons chacun avec notre petite plaquette, dont mon avatar actuel sur lejapon.org est extrait (j'ai bien rentabilisé). En passant, j'ai appris que taupe se disait mogura. Un jour ou l'autre, j'arriverai à le replacer dans une conversation.

    Un peu pris de cours par le temps, je regrette de ne pas avoir parcouru un peu plus attentivement les boutiques. Il se trouve que je comptais ramener... Alors je demande à Mlle Gurododo... Et nous voilà partis à vivent allure dans le dédale des galeries, à la remorque de notre p'tit boy qui a l'air de savoir où aller. C'est ainsi que j'ai pu acquérir sans me donner la peine de chercher l'intégrale de Kaze no tani no Nausicaä, le manga de Miyazaki, au prix d'un seul volume de la version française. Cela sert d'avoir un guide qui a tenu de nombreux baito dans diverses chaînes de magasins !

    C'est curieux, je ne me souviens plus de ce que nous avons mangé ce soir là, sauf que nous avons hésité longtemps dans les galeries pourtant riches en bouffe rapide (ne me dites pas que nous sommes retournés à Amataro ?). Comme un acte manqué au moment de partir, une mémoire qui traîne des pieds pour ne pas mettre le doigt sur la finitude des meilleurs choses, j'ai un trou. La prochaine fois, je trouverai sûrement encore quelque chose à vous raconter, et ce sera vraiment le dernier épisode des Voraces traversent le Japon.



    À suivre...


    › Lire Plus: Les voraces traversent le Japon

  2. #212
    Modérateur Avatar de Heiho
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Sur sa moto...On the road again
    Messages
    1 699
    Merci
    1
    Remercié 2 Fois dans 2 Messages

    Par défaut

    P'tain j'ai faillit chialer en lisant ces lignes

    Bon je vois ce que je peux faire pour les photos.
    Les gros cu..
    Aie ça pique !
    Et vous, vous vivez sans ?

    Cigares
    IPhone

    私は他の興味を見つけるために酒を飲む !

  3. #213
    Modérateur Avatar de Heiho
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Sur sa moto...On the road again
    Messages
    1 699
    Merci
    1
    Remercié 2 Fois dans 2 Messages

    Par défaut This is the end...

    J'ai bien peur mon ami de ne plus savoir moi non plus ou nous avons passé notre dernière soirée.

    Pour ce qui est des photos les dernières prisens sont celle avec la miss Guroddo au resto l'Amataro.

    je te laisse finir.

  4. #214
    Modérateur Avatar de TB
    Inscrit
    août 2002
    Lieu
    Paris
    Messages
    1 138
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut

    Le Japon.org est (pas très) fier de vous avoir présenté :

    Les voraces traversent le Japon

    Deux vedettes francophones au sommet de leur gloire, six mois de préparation, un millier de kilomètres parcourus en chemin de fer, vingt-deux mille en avion, cent vingt sept millions de figurants, un bocal de cassoulet, boisson à volonté. Du suspens (« Je suis sûr que c'était là. Ils ont dû bouger l'hôtel pendant qu'on était sorti. Ils en sont capable ces enfoirés. ») ! De l'aventure (« C'est normal que ton plat gigote encore des tentacules ? Mademoiselle, on peut avoir un couteau ? ») ! De la passion (« J'ai fait Kirin ou Asahi la dernière fois ? Bon alors une maxi-Kirin et un umeshu à suivre. ») !

    Je remercie sincèrement l'éducation nationale pour m'avoir appris, au cours de ma longue et cafardeuse traversée des boyaux du système scolaire, à délayer indéfiniment des kilomètres de dissertations formellement cohérentes et cependant d'une vacuité sidérale. Sur ce point, ne vous moquez pas trop de l'école, cancres pré-acnéïques encore à la charge de vos vieux parents affligés, l'art d'écrire n'importe quoi sur un sujet sans le moindre intérêt auquel on ne connaît rien pour satisfaire le crétin auquel on se trouve subordonné est l'une des rares compétences acquise au cours de vos études qui vous servira tout au long de votre vie active.

    Et voilà, nous sommes revenus au point de départ : là où nous étions arrivés deux semaines plus tôt, c'est à dire dans l'aérogare de KIX, l'aéroport du Kansai. Déconfits d'avoir à nous lever tôt pour attraper le vol du retour et retrouver le bureau lundi -- rien que pour ça nous serions bien restés encore un peu -- nous avons regardé encore un peu le Japon depuis le train de banlieue qui nous emmenait vers notre Dejima aéronautique. Quelle impression étrange... poireauter exactement au même endroit où, quelques jours auparavant, nous attendions tous frétillants un vol intérieur vers Sapporo, notre première étape. Il ne nous reste plus qu'à traîner le long de la baie ensoleillée en contemplant le décollage des boites de conserves à bestiaux humain semblables à celle que nous allons emprunter pour retrouver nos pénates en quelques heures inconfortables et froides. Il est grand temps de claquer notre reliquat de monnaie, par exemple en achetant ces assortiments de gâteaux aux emballages pastels, le souvenir idéal selon moi : joli, vraiment exotique, compréhensible par nos relations les moins orientalistes et surtout périssable (vous vous voyez devoir accepter poliment et conserver en cadeau un Pikachu, une casquette Hello Kitty ou un sumô péteur ?).

    Je m'en voudrais de terminer ce récit sans aborder une question de première importance, si fréquente dans les comparaisons entre la France et le Japon -- pour ne pas dire (littéralement) récurrente. Je veux parler de l'état de propreté des lieux publics. C'est un fait avéré et rabâché, le Japon c'est propre. Pas parfaitement et pas partout, mais très nettement plus propre que la France (et sans doute la plupart des pays). On s'accorde à penser dans les milieux autorisés à se permettre de réfléchir que cette propreté collective pourrait être grandement facilité par le soucis individuel des autochtones de ne pas salir (ou plus exactement de ne pas se laisser voir en train de salir). Sur ce point, les experts les plus optimistes n'envisagent pas que la population française accomplisse de significatifs progrès civiques avant l'épuisement total des ressources pétrolières, des réserves d'uranium et le retour des dinosaures. Cependant, quelle que soit l'humilité de l'empreinte sanitaire du citoyen japonais, elle ne suffit pas à expliquer que des villes, des gares et des gogues parcourues quotidiennement par des millions de gens laissent généralement au visiteur français la même impression d'ordre et de fraîcheur qu'un palais de conseil régional le jour de son inauguration (je veux dire, avant la ruée sur le buffet). Les Japonais ont donc un secret que notre administration, nos collectivités et nos entreprises devraient leur envier fiévreusement. Et ce secret quel est-il ? Nous, le lieutenant-colonel Heiho et le maréchal-des-logis-chef TB, partis en mission chez les pas-comme-nous-très-loin au péril de notre cycle de sommeil, nous nous sommes livrés, entre une assiette de sushi et un plat de nouilles, à un espionnage en règle des pratiques locales. Nous sommes à présent en mesure de révéler aux forces vives de notre patrie bien aimée (maires, responsables de la voirie, chefs de gare, gérants de supérettes, patrons de bistrot, etc.) par quelle prodigieuse innovation cette peuplade défavorisée par la nature et les muses de la civilisation gréco-latine a pu atteindre et maintenir ce haut degré d'hygiène. Dirigeants du secteur public et du privé (qui bien souvent êtes les mêmes), veuillez à présent approcher votre oreille de l'écran pour que nous puissions vous susurrer ce Secret d'Or rapporté d'Extrême-Orient. Ça y est ? Vous y êtes ? Encore un peu plus près... là. Et bien, voyez-vous, si les Japonais ont des lieux publics propres, c'est tout simplement...
    PARCE QU'ILS NETTOIENT !
    Aussi souvent que nécessaire, c'est à dire très souvent. C'est étonnant comme les idées géniales peuvent être simples, n'est-ce pas ? Il n'y a plus aucun doute, à présent la France va se hisser au sommet de l'Olympe sanitaire. Je suggère à nos décideurs petits ou grands de commencer par les chiottes, merci. Pour rétribution de notre mission de renseignement nous ne demanderons que le privilège de présider la cérémonie de lancement de la campagne parisienne de dynamitage des infâmes bidons à caca de JC Decaux (prévoyez un imperméable et des bottes).

    Maintenant, il va de soi que la permanence de la propreté publique et les divers menus services qui font le charme du frénétique tissu urbain nippon ne sont pas accomplis par l'opération du Saint Esprit et des kami réunis. Tout cela repose sur l'existence de millions de petits boulots minables occupés plutôt par des jeunes côté contact avec le public, plutôt par des vieux côté balai. Ce sont les jeunes gars semi-commateux qui veillent au kombini, les filles arborant leur meilleur sourire larbin de présentoir à prospectus (et sans doute aussi aux postes les plus subalternes des entreprises), les petites dames fripées que l'on croise à la descente du Shinkansen pour le coup de nettoyage rapide avant le départ imminent du train, les petits vieux qui font la circulation aux abords des chantiers -- si ce n'est pas pour éviter de finir dans une cabane de toile plastique bleue c'est au moins pour mettre un peu de porc dans les ramen. Est-ce juste une impression de voyageur, entachée par l'ignorance des subtilités sociales du Japon, ou la vie matérielle n'est-elle pas un chouïa plus âpre pour le Japonais de base que pour le Français du bas ? D'un autre côté, les millions de Français dans la dèche ne nous sont-ils pas rendus invisibles par la simple habitude prise de ne pas leur prêter attention ? Disons qu'il y a quelque chose dans l'atmosphère économique japonaise qui me rappelle davantage les pays anglo-saxons que l'Europe continentale.

    Et là, j'arrive à une conclusion curieuse. Voyager au Japon m'a donné envie de voyager à travers cette Europe que je connais si mal. Je ne suis pas déçu du Japon, non, je suis mis en appétit par le Japon. Ah, le waterzooï et la glace au speculoos ! Ah, les Berliner Pfannkuchen et les Schlachtschüssel ! La Wiener Schnitzel et le Sacher Torte avec beaucoup de Schlagobers ! Ah les tapas, la cargolade, les almojábanas ! Ah, le thorramatur et la karjalanpiirakka ! Ah, le galaktoboúreko arrosé d'ouzo ! Les hortobágyi palacsinta, le galaretka z drobiu accompagné de placki ziemniaczane ! Et la saltimbocca, les panzerotti, la pana cotta ! Le fish and chips et les huîtres à la Guiness ! Heu... Bon, il y a peut-être des coins plus intéressants que d'autres sur notre petit mais riche continent.

    Il n'est rien qui puisse arrêter l'impétuosité de mon appétit : je me sens un ventre à savourer toute la terre.
    Et, comme Heiho, je souhaiterais qu'il y eût d'autres mondes, pour y pouvoir étendre mes conquêtes culinaires.

    .
    Dernière modification de TB, 18/06/2008 à 21h48

  5. #215
    Senior Member
    Inscrit
    septembre 2002
    Messages
    4 588
    Merci
    163
    Remercié 78 Fois dans 62 Messages

    Par défaut

    Finalement on s'est d'autant plus tous régaler, que je me suis tapé un putain de cassoulet dont je vous dis des nouvelles
    Mais le public et moi sommes resté sur notre faim côté sekkusu.
    Même la demoiselle Gurododo aurait mérité un peu d'attention.

    Très très beau thread !

  6. #216
    Modérateur Avatar de KoYuBi
    Inscrit
    janvier 2003
    Messages
    1 025
    Merci
    14
    Remercié 84 Fois dans 61 Messages

    Par défaut

    Tiens, je n'avais pas remarqué que le sujet avait pris fin.
    Voilà un fil auquel j'ai beaucoup aimé me pendre.
    You Will Learn Respect!

  7. #217
    Modérateur Avatar de TB
    Inscrit
    août 2002
    Lieu
    Paris
    Messages
    1 138
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut

    Mais qui a dit que ce fil avait définitivement pris fin ? Comme dans les films, les affreux peuvent toujours revenir à la faveur d'un rebond scénaristique plus ou moins invraisemblable.

    Qui sait si en 2009...

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé