Affiche les résultats de 1 à 4 sur 4

Sujet : Ajaze (mythe bouddhique)

  1. #1
    Junior Member
    Inscrit
    septembre 2005
    Messages
    1
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut Ajaze (mythe bouddhique)

    bONJOUR
    Je suis à la recherche d'informations sur Ajasé, la weblittérature en muette en la matière, quelqu'un connaitrait il ce mythe?
    Merci




    › Lire Plus: Ajaze (mythe bouddhique)

  2. #2
    Senior Member
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    142
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    les mêmes interrogations me sont venues pendant le documentaire un peu bizarre d'hier soir (12/09/2005) sur Arte...

    je pense qu'il faut chercher à "ayase" (et non "ajase").

    d'après ce que j'ai compris il s'agirait d'une légende concernant un "oedipe" (au sens psychanalytique) dans la philosophie bouddhiste ?

  3. #3
    Senior Member
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    142
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut erratum

    il s'agit du complexe d'Ajaze (mythe bouddhique).

    un topic du japon.org y a deja fait allusion :

    http://www.lejapon.org/forum/threads...iete-japonaise

    c'est le professeur Keigo OKONOGI qui a developpe cette theorie pour expliquer les relations mere-enfant et la "socialite masculine" a l'occasion des "beuveries de sake".

    d'autres infos a cette adresse :
    http://www.tokitsu.com/presentation/...psychique.html

    extrait :

    "L'interprétation en profondeur de ce type de relation renvoie-t-il à une structure psychique et à une forme d'intégration de la sexualité spécifiques ? C'est ce que pensent actuellement un certain nombre de chercheurs japonais qui entendent construire à partir de la réalité japonaise, leur cadre d'interprétation. Ils s'inscrivent contre le courant dominant jusqu'ici, qui s'attachait à transposer les concepts et schémas d'interprétation venus de l'Occident. Ne trouvant pas le schéma freudien du triangle oedipien satisfaisant pour une interprétation en profondeur de la psychologie japonaise, plusieurs auteurs développent actuellement leurs analyses en s'appuyant sur le complexe d'Ajazé (Davoine et Gaudillère, 1983). Il s'agit d'une interprétation élaborée à partir d'un mythe d'origine bouddhique, entièrement centrée sur les relations mère-enfant, l'interprétation du meurtre fantasmatique du père étant rejetée. Dans un ouvrage récent, K. Okonogi (1982) interprète ainsi le mythe d'Ajazé :

    1) Dans la relation mère-enfant existe d'abord l'union avec l'image maternelle : l'enfant, en se différenciant de la mère, continuera de chercher chez celle-ci le vécu de l'union (amaé) (7) ;

    2) Cette union était une illusion, il éprouve donc un très fort ressentiment : pulsion de meurtre dirigée vers la mère car celle-ci a tenté de le tuer pour sauvegarder sa propre vie et l'amour de son mari ;

    3) Lorsque la mère assume de nouveau sa maternité, elle pardonne à son enfant qui lui a manifesté son ressentiment et l'enfant, comprenant les peines de sa mère, lui pardonne. La reconnaissance du crime et le pardon sont réciproques.

    Okonogi dégage de cette interprétation trois éléments structurants de la psychologie des Japonais :

    - l'union de type japonais (amaé) avec sa réciprocité ;
    - le ressentiment et le masochisme dans leurs modalités japonaises ;
    - le pardon à double sens et la conscience de culpabilité.

    Selon K. Okonogi, la relation de type fusionnel développée entre la mère et l'enfant sert de matrice à l'ensemble des relations dans la société japonaise, qu'il s'agisse de relations entre personnes de sexe opposé ou de même sexe. Il développe notamment ce point à propos de la socialité masculine, si importante au Japon, en prenant l'exemple des beuveries au saké. Ce qui importe est le plaisir de la réciprocité, le caractère d'union que comporte le fait de boire avec quelqu'un (on ne se réjouit pas seul mais en superposant son plaisir à celui de l'autre). En constatant réciproquement le degré d'avancement dans l'ivresse, s'approfondit la communication des sentiments. Ceci permet notamment d'extérioriser son mécontentement ; ce qui est difficile dans une situation normale (relations hiérarchiques et donc situation asymétrique des interlocuteurs) est selon une convention implicite admis dans les beuveries au saké. Dans cette forme de socialité, ce qui importe n'est pas l'intérêt de la conversation mais le fait d'aller dans la même direction que l'autre, la convergence des sentiments. Dans la sphère féminine, le terme d'idobalakaigi (littéralement : discussion autour du puits en faisant la vaisselle ou la lessive) désigne une forme de conversation où les sentiments montent un peu de la même façon, les femmes y trouvant l'occasion d'extérioriser leur mécontentement ou leur curiosité.

    Cependant, K. Okonogi reste remarquablement discret sur les implications sexuelles de son interprétation, il emploie les mots union ou fusion pour désigner la relation mère-enfant, évitant de s'interroger sur le fantasme de l'inceste pourtant clairement sous-jacent à son interprétation.

    L'interprétation de Yamamura (1971) converge avec celle de Okonogi pour souligner le rôle structurant de l'imago maternelle et y rattacher la culpabilité. Dans le processus de sublimation où elle est engagée, la mère s'efface devant le désir de ses enfants, et, recevant tout d'elle, ils se trouvent dans l'impossibilité de compenser ce don. ÿtre née d'une telle mère serait une « grâce originelle » (par opposition au péché originel) et, pour les Japonais, tous les hommes reçoivent ce don (qu'il sera impossible de rendre). Cette interprétation apporte deux autres points intéressants concernant la dynamique de l'action et le rattachement de la mort à la figure maternelle. Yamamura constate tout d'abord que les actions difficiles, demandant un effort, sont rapportées à l'image de la mère, qu'il s'agisse d'actes quotidiens ou d'exploits. « C'est pour rendre ma mère heureuse », « C'est pour que ma mère me voit. » La référence au père : « C'est pour que mon père soit fier de moi », n'apparaît qu'exceptionnellement. Lorsque la presse japonaise relate des actes sortant de l'ordinaire, crimes ou exploits, la première question est : « Que ressent la mère ? » K. Yamamura écrit que « la mère est dans le comportement des Japonais une force motrice psychique équivalente à ce qu'était l'esprit du protestantisme pour les entrepreneurs capitalistes dans l'interprétation de Max Weber ».

    Document d'archive écrit en 1984
    par Kenji Tokitsu - publié dans Cahiers internationaux de sociologie. Publié avec le councours du CNRS "
    Dernière modification de JM, 09/08/2013 à 13h22

  4. #4
    Senior Member
    Inscrit
    mars 2005
    Lieu
    déménagé de paris
    Messages
    758
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut

    hum, intéressant, puisque cela touche à l'ethnologie. On voit, dans les arguments, l'influence de "Structure de l'indulgence" de Doi Takeo (publié en 1971 en japonais ; traduction française dispo), classique des japonologues. A ceux qui veulent approfondir cette direction d'un point de vue sociolinguistique, cet article-ci serai bon pour commencer :
    Higashi, "Convergence émotionnelle dans la pratique communicative des Japonais", 1992, Grenoble.
    Sa thèse peut être intéressante à consulter, dans la mesure où elle permettrait d'appréhender l'évolution de la mentalité des Japonais depuis. Par ailleurs, on retrouve un truc similaire sous le nom de "Accomodation theory" dans la sociologie Giles Howard & co des années 70 et 80 (là, il y en a un paquet de références…).
    En m'avançant dans le sentier de montagne, je me dis ainsi…

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Sujets similaires

  1. Divers tranchant du katana...mythe ou réalité
    Par yannjanus dans le forum Katana et Autres questions
    Réponses: 5
    Dernier message: 24/12/2009, 12h41
  2. Média Le français au japon ? Mythe ou réalité ?
    Par Trax dans le forum Société contemporaine
    Réponses: 18
    Dernier message: 13/12/2009, 15h50
  3. Divers le mythe du samouraï....
    Par tcha dans le forum Arts martiaux
    Réponses: 160
    Dernier message: 11/01/2007, 12h46
  4. Divers Un mythe des morts ?
    Par Kalistow dans le forum Histoire et traditions
    Réponses: 11
    Dernier message: 05/01/2006, 02h20
  5. Divers Le mythe de la ceinture noire.
    Par henkki dans le forum Arts martiaux
    Réponses: 90
    Dernier message: 31/08/2005, 03h20

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé