Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affiche les résultats de 1 à 10 sur 17

Sujet : Le dorama, miroir de la société ?

  1. #1
    Modérateur Avatar de TB
    Inscrit
    août 2002
    Lieu
    Paris
    Messages
    1 138
    Merci
    1
    Remercié 4 Fois dans 3 Messages

    Par défaut Le dorama, miroir de la société ?

    « J'ai termine un dorama avec Kimura Takuya, Concerto (1997). Je suis toujours frappe par certains evenements dans les doramas. Imaginez un architecte de renom, qui dessine une bibliotheque prestigieuse et qui se voit retirer toute responsabilite sur l'ouvrage sur decision personnelle d'un entrepreneur. Le Japon ignorerait il les droits d'auteurs ? Les rapports sociaux seraient ils ignorant des legislations ? Ce qui est frappant dans les doramas est le degre d'acceptation. La police qui n'arrive qu'apres un carnage et n'arrete personne, les coupables qui attendrissent les policiers, les victimes prises a parti et suspectees de porter une part de responsabilite dans ce qui leur arrive... C'est un portrait sans complaisance (bien involontairement) sur les disfonctionnements de toute la societe que les doramas montrent a l'oeil de l'etranger. Une societe de lachete paree de bons sentiments suintants ou personne ne fait confiance a personne et ou les crimes des "dominants" s'amendent avec les annees et les regrets, au mepris total des victimes soumises. Il y a des fois, je me demande si les jeunes qui ne sortent pas de leur chambre (estimes entre 5 et 10%) ne sont pas les plus normaux. A l'ecole, l'intimidation commence tres tot. Brimades, bousculades, mepris : l'ijime (harcelement) est la norme dans une societe qui fait de la vie en groupe la base meme de l'identite des individus. [...]



    Au Japon, un eleve victime d'ijime est ostracise. Kusai !, il pue... Shine !, creve... Vous imaginez, a sept ans, huit ans... Les informations regorgent de ces faits divers d'enfants assassines par d'autres enfants, d'enfants qui se suicident, parfois en groupe apres s'etre donne rendez vous sur un site internet... Les medias s'interrogent sur les moyens de proteger ces enfants, mais tres souvent l'ijime est vu comme une faiblesse de la part de celui qui en est victime, qui s'enferme alors encore plus dans sa honte. Un jour, il/elle ne peut plus aller a l'ecole, s'enferme a la maison dans une depression nerveuse d'adolescent (les pires), faisant porter le poids de la honte sur la famille entiere.

    Bien entendu, ce n'est pas une categorie dominante au Japon, mais c'est un phenomene typiquement Japonais. En Europe, l'ijime frappe avant tout les jeunes homosexuels et n'est pas, heureusement, aussi socialement admis qu'au Japon. L'ijime, ici, se continue ici sous des formes divers dans l'age adulte. Le groupe fait pression sur celles et ceux qui ne sont pas maries. On ostracise les meres celibataires et les divorces (qui finissent par demissioner de leur entreprise tant la pression est alors insupportable : travail degradant, surtravail, blames, exclusion des activites du groupe, etc) ainsi que leurs enfants quand la situation s'ebruite parmi cette force sociale de la conservation, les "meres" (certaines ecoles demandent au parent de retirer leurs enfants pour ne pas ternir l'image de l'etablissement). La encore, bien entendu, les exceptions existent, mais ce penchant de la societe et du groupe de s'immiscer dans la vie des individus est le plus fort, meme dans une ville comme Tokyo. Ainsi, il y a 15 ans, une manager japonaise a Paribas Tokyo a ete menacee d'etre renvoyee apres qu'elle eut divorcee car, d'apres le directeur, Japonais, elle salissait l'image de la maison. Elle a pu heureusement obtenir une mutation a Londres, elle s'est remarie et... elle a remplace celui qui voulait la renvoyer. Sa chance etait de travailler pour une grande entreprise internationale.

    La passivite des individus dans les doramas ne laisse de me surprendre. J'y vois un reflet, bien involontairement compose, d'une societe ou le plus fort domine le plus faible, ou le plus faible se sent responsable, voire coupable de sa situation et ou la masse intermediaire tente par tous les moyens de ne pas basculer dans le camps des plus faibles en acceptant les mariages arranges, les heures supplementaires non remunerees, les soirees karaoke avec le chef qui chante mal et le dernier metro manque, les enfants qu'on ne voit jamais parce que le chef veut qu'on aille aussi travailler le samedi, les ecoles de bachotage qui accueillent les eleves de 18 heures a 22 heures et coutent une fortune que les parents paient quand meme parce que si on ne le fait pas ni les voisins ni les camarades de classe ni les autres parents d'eleve ne les comprennent... » — Lu sur le blog de Suppaiku.


    › Lire Plus: Le dorama, miroir de la société ?

  2. #2
    Modérateur Avatar de christian
    Inscrit
    avril 2001
    Lieu
    paris and around, but not over the rainbow
    Messages
    1 204
    Merci
    165
    Remercié 41 Fois dans 37 Messages

    Par défaut

    Qu'en penser? D'une part nous avons une question (les dorama sont ils le reflet de la société) et une illustration (ou mise en lumière) de certaines parties de ce reflet avec l'excellent texte de suppaiku.

    Sur la question générale, je crois que toute fiction comporte une part de reflet de la société dont elle est issue, mais qu'effectivement ce fait a l'air plus prégnant dans les doramas: certaines de ces fictions (car la plus part restent quand même uniquement du divertissement) des questions de société très variées.

    Pèle mêle de thèmes pas franchement évidents et courageux à aborder (plus innovants que les thématiques des séries française, peut-être): boku no aruku michi (intégration dans la société d'un autiste), mahiru no tsuki (comment surmonter l'épreuve d'un viol),etc...

    Il me semble par contre que certains thèmes ne restent jamais abordés tel tous ceux qui concernent les étrangers ou personnes d'origine étrangères et leur vision de l'intérieur...

    EDIT: Dans les dorama, l'apparition des personnages étrangers sont surtout: le touriste (voyage d'affaire ou d'agrément) qui demande son chemin (fukumaru ryokan, meguri ai)... Une fois dans sentô no musume un black qui semble habiter dans le coin et parle toujours en anglais dans un bar d'amis. La communication ne se fait pas. L'autre reste un visiteur extérieur (touriste, stagiaire, professeur).

    Les absences de traitement de sujet reflêtent aussi une société...

  3. #3
    Senior Member Avatar de pichan
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    134
    Merci
    0
    Remercié 0 Fois dans 0 Messages

    Par défaut intéressant

    Comme tu disais Christian pas de gaijins dans les drama (en tout cas je n'en ai jamais vu).
    Les Japonais ne sont ils pas près à aborder toutes les questions qui dérouleraient de leur présence dans les dramas (couples mixtes, racisme, grosses drague des étrangers...) où plutôt est ce que la télévision japonaise préfère réserver les rares gaijins vus à la télé à des émissions de "divertissement" où on se moque de leur japonais ?
    Les gaijins qui parlent assez bien japonais pour jouer dans un drama existent pourtant.

  4. #4
    Modérateur Avatar de Heiho
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Sur sa moto...On the road again
    Messages
    1 699
    Merci
    1
    Remercié 2 Fois dans 2 Messages

    Par défaut

    Citation Envoyé par TB Voir le message
    « J'ai termine un dorama avec Kimura Takuya (...)les autres parents d'eleve ne les comprennent... » — Lu sur le blog de Suppaiku.
    TB porte-parole de Suppaiku en France

    Citation Envoyé par pichan Voir le message
    Comme tu disais Christian pas de gaijins dans les drama (en tout cas je n'en ai jamais vu).
    Tu trouveras un prof d'anglais dans My Boss My Héro par exemple
    Les gros cu..
    Aie ça pique !
    Et vous, vous vivez sans ?

    Cigares
    IPhone

    私は他の興味を見つけるために酒を飲む !

  5. #5
    Modérateur Avatar de christian
    Inscrit
    avril 2001
    Lieu
    paris and around, but not over the rainbow
    Messages
    1 204
    Merci
    165
    Remercié 41 Fois dans 37 Messages

    Par défaut

    Mais le prof d'anglais est justement là pour enseigner sa langue, non? Il n'est pas montré inséré dans la société, si? (je n'ai pas vu ce dorama). Parle-t-il japonais?

  6. #6
    Modérateur Avatar de Heiho
    Inscrit
    mai 2004
    Lieu
    Sur sa moto...On the road again
    Messages
    1 699
    Merci
    1
    Remercié 2 Fois dans 2 Messages

    Par défaut

    Citation Envoyé par christian Voir le message
    Mais le prof d'anglais est justement là pour enseigner sa langue, non? Il n'est pas montré inséré dans la société, si? (je n'ai pas vu ce dorama). Parle-t-il japonais?
    Oui il est prof d'anglais ce qui parait assez évident, il n'a pas non plus un rôle très important certes mais on peut tout de même l'entendre parler japonais

  7. #7
    Modérateur Avatar de christian
    Inscrit
    avril 2001
    Lieu
    paris and around, but not over the rainbow
    Messages
    1 204
    Merci
    165
    Remercié 41 Fois dans 37 Messages

    Par défaut

    Je parlais, du point de vue de sa fonction dans l'histoire: un forgeron est là pour forger et un professeur pour enseigner sa langue, bien sûr. Mais utiliser ces personnages dans une intrigue n'est pas vraiment neutre: ils ont une fonction.

    Ainsi du professeur d'anglais étranger: pourquoi ne pas choisir un professeur half ou japonais mais connaissant très bien la langue? Je crois que derrière les réponses que l'on peut y apporter on trouve la portée, la fonction du personnage dans l'histoire.

    EDIT: on pourra sans doute énumérer plein d'autres dorama (je n'en ai pas vu beaucoup) où il existe des rôles de personnages étrangers comme le dit shigu en dessous, mais pour moi il n'ont que fonction de décors et non un rôle essentiel, participatif dans l'intrigue.
    Dernière modification de christian, 14/12/2008 à 20h21

  8. #8
    Senior Member Avatar de Shigu
    Inscrit
    juillet 2004
    Lieu
    Sendaii, Miyagi, parce que ça" bouge" ici !
    Messages
    464
    Merci
    6
    Remercié 8 Fois dans 7 Messages

    Par défaut

    Comme tu disais Christian pas de gaijins dans les drama (en tout cas je n'en ai jamais vu).
    Un français dans Hana Yori Dango....parlant français.
    Un autre français dans un autre dorama, avec Konishi Manami pour le lead role.

    Concernant le très bon article de Suppaiku, comme hier, j'ai pas grand chose à dire. Son article, pour sa seconde partie du moins, explique grosso modo ce qu'est la société japonaise par rapport à l'ijime, et ce, avec justesse.

    De là à voir un reflet entre les dorama et les comportements sociaux.... bin en fait, j'aurais tendance à avoir le même avis.
    Mais ce n'est pas pour auatnt surprenant dans la mesure où les dorama ou tout autres séries télévisées se basent sur la vie qutoidienne, le reflet est donc explicite à mes yeux. Comme une part de vérité inébranlable...
    おいでませ!

  9. #9
    Senior Member Avatar de rasen
    Inscrit
    octobre 2003
    Lieu
    Genf
    Messages
    1 207
    Merci
    29
    Remercié 41 Fois dans 40 Messages

    Par défaut

    Je rajoute à la liste des doramas avec gaijin parlant japonais : OL Nippon (dont la diffusion vient de s'achever) avec 3 des personnages principaux chinois parlant (plus ou moins bien) japonais.
    "Il faut être économe de son mépris en raison du grand nombre des nécessiteux"
    Chateaubriand.

  10. #10
    Modérateur Avatar de christian
    Inscrit
    avril 2001
    Lieu
    paris and around, but not over the rainbow
    Messages
    1 204
    Merci
    165
    Remercié 41 Fois dans 37 Messages

    Par défaut

    Comme je le disais plus haut on peut trouver quelques exemples de présence d'étrangers dans un dorama, mais ceux ci ne concernent pas la majorité (On pourrais rajouter kuitan SP maintenant que j'y pense) à mon avis et leur fonction dans une intrigue est en générale périphérique (l'autre reste en effet un visiteur extérieur temporaire: touriste, stagiaire ou salarié étranger, professeur... ).

    Mais cet avis n'est qu'un détail dans le sujet principal, les dorama sont ils un reflet de la réalité: Supaiku y voit un reflet des rapports sociaux hiérarchisés (pressions sociales :fort sur le faible, ijime...).
    Dernière modification de christian, 15/12/2008 à 19h14

sujet d'information

Utilisateur(s) parcourant ce sujet

il y a actuellement 1 utilisateur(s) parcourant ce sujet. (0 membres et 1 visiteurs)

Sujets similaires

  1. Dorama Les dorama de l'insouciance (années 80)
    Par christian dans le forum Dorama japonais
    Réponses: 3
    Dernier message: 19/03/2011, 21h22
  2. Dorama Les dorama de la bulle
    Par TB dans le forum Dorama japonais
    Réponses: 10
    Dernier message: 01/11/2010, 20h09
  3. Dorama dorama : vous en consommez?
    Par Jean_hugues dans le forum Dorama japonais
    Réponses: 50
    Dernier message: 26/10/2008, 22h35
  4. Dorama Article sur les dorama
    Par skydiver dans le forum Dorama japonais
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/12/2007, 14h19
  5. Dorama Dorama: haru to natsu
    Par JM dans le forum Dorama japonais
    Réponses: 12
    Dernier message: 29/12/2006, 18h08

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé