• Shigai

    par  Nombre de lectures: 11529 

    Il y a bientôt dix ans, les adeptes de la secte s’attaquaient au métro de Tokyo. Un éditorialiste de l’Asahi Shimbun fait une analyse anticonformiste de cet événement.

    Lors d’une réunion qui s’est tenue au début du mois d’octobre 2004 et à laquelle participaient une centaine de victimes des différents crimes commis par la secte Aum ainsi que leurs avocats, j’ai remarqué la présence d’un ancien cadre de la secte qui tendait l’oreille aux propos des victimes tout en s’efforçant de se soustraire aux regards. La peine de mort prononcée en février 2004 à l’encontre du gourou Shoko Asahara (de son vrai nom Matsumoto Chizuo) ayant mis fin à dix ans de procédure, les gens s’étaient réunis pour discuter des mesures que l’Etat devait prendre à l’égard des victimes. Je ne sais pour quels motifs, cet homme, qui avait autrefois représenté la secte, avait décidé de participer à la réunion. Presque personne dans l’assistance n’avait remarqué sa présence. Mais, en le regardant de dos, je me suis dit que, s’il avait eu le courage de se déplacer pour sentir de près la douleur des victimes, la société japonaise devait peut-être s’interroger sur ce qu’elle pouvait faire pour réintégrer d’anciens adeptes comme lui.
    ...