Afficher le flux RSS

JPhDepotte

Du Katakana au Franponais

Noter ce billet
  
Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : Pluto.jpg
Affichages : 5688
Taille : 121.3 Ko
ID : 3256Dans une phrase japonaise, en général, trois alphabets différents sont utilisés. Le premier, le principal, ce sont les Kanjis. En France, on les appelle les idéogrammes. Ce sont les caractères chinois. Il y en a des milliers. Il représentent le sens des mots (la racine).
Ensuite, viennent les Hiraganas. 46 caractères syllabiques. Leur rôle, en général, est d'apporter la grammaire à la phrase (pronoms, conjugaisons, etc.).
Et enfin, l'alphabet Katakana qui se charge de tout le reste. OK, mais c'est quoi le reste ? Ce sont (en gros) les néologismes et les mots étrangers.
Un jour, j'écoutais le discours d'un érudit comme notre beau pays sait en produire. Il racontait que le Katakana était l'alphabet par lequel les Japonais excluent les mots étrangers de leur langage. Sorte de bouclier contre les barbarismes (et la barbarie). L'érudit en question en déduisait une tonne de conclusions fort intéressantes à propos de la civilisation japonaise. Je vous laisse imaginer...

Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : Katakana_1.jpg
Affichages : 481
Taille : 95.2 Ko
ID : 3257Mais en réalité, il se trompait sur toute la ligne. Le Japonais est une langue phonétiquement pauvre. Comprenez : il y a très peu de syllabes différentes, à peine cinquante. Les homonymes sont donc légion et un texte entièrement écrit en alphabet syllabique (disons, en hiraganas) serait incompréhensible. Aussi, l'alphabet utilisé donne une indication au lecteur : sens, grammaire ou mot nouveau ou étranger. Un mot issu de l'américain est écrit en katakana. C'est une façon de dire au lecteur : n'essayez pas de trouver un sens japonais ou grammatical à ces syllabes, prenez le mot comme il est, c'est un mot étranger. C'est un peu (toutes proportions gardées) le problème de l'écriture Texto, c'est-à-dire un français dépouillé de ses éléments grammaticaux et qui sous des airs de simplification rend, en réalité, le texte très pénible à lire.

Le Katakana, fort pratique, n'a donc rien d'un bouclier. Au contraire ! On est surpris, en apprenant le japonais, du nombre énorme d'anglicismes dans cette langue. L'académie française si allergique à l'anglais serait horrifiée ! Ainsi, au Japon, sans complexe, on digère les termes nouveaux et étrangers à la moulinette de l'alphabet syllabique. Et comme les phonèmes y sont peu nombreux, le mot étranger subit souvent quelques contorsions...

Marquise devient Marukizu, Billard devient Biâdo, Renoir devient Runoaru. Après quelques mois passé là-bas, on s'habitue...

Et puis, les Japonais s'approprient tellement facilement le vocabulaire étranger qu'ils en arrivent, ultime étape, à créer leurs propres néologismes français ou anglais. Un comble ! De là est né le Franponais, mélange subtil de français et de japonais. Le français c'est tellement chic !

Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : Franponais_1.jpg
Affichages : 367
Taille : 27.2 Ko
ID : 3258Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : Franponais_2.jpg
Affichages : 395
Taille : 28.7 Ko
ID : 3259Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : franponais_4.jpg
Affichages : 379
Taille : 162.9 Ko
ID : 3260


Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : Franponais_3.jpg
Affichages : 366
Taille : 21.1 Ko
ID : 3261
A propos de l'auteur : je m'appelle Jean-Philippe Depotte, je suis romancier. J'ai vécu avec ma famille quatre ans à Tôkyô. A l'occasion de la publication de mon quatrième roman "le Chemin des dieux", chez Denoël, j'ai décidé de raconter mes impressions japonaises dans ce blog.
Retrouvez-moi sur facebook : facebook.com/LesRomansDeJeanPhilippeDepotte

Mis à jour le 17/07/2013 à 10h11 par JM

Catégorie
Sans catégorie

Commentaires