• Arts Martiaux Flux RSS

    le 05/09/2013 11h49  Nombre de lectures: 14577 
    Prévisualisation de l'article

    J'aimerais vous présenter la nouvelle édition d'un livre de judo venant tout juste de paraître chez Yugen éditions.
    Il s'agit d'un ouvrage mythique dont la plupart des pratiquants ont entendu parler…sans jamais pouvoir le voir en raison de son extrême rareté ! Publié en 1911, il a été écrit par les premiers élèves de Jigoro KANO, Sakujiro YOKOYAMA et Eisuke OSHIMA et traduit par l'enseigne de vaisseau LE PRIEUR.
    Si vous êtes passionné(e) par le judo et l’esprit de ses origines, ce livre vous comblera par sa simplicité, mais aussi parce qu’on découvre que le judo transmis par Me Kano était bien différent, par certains aspects, de la discipline sportive que l’on connait aujourd’hui.
    Dans une période de large diffusion du judo à travers le Japon, Jigoro Kano, son fondateur, exprime une forte volonté de le faire connaître à l’étranger. C’est dans cet esprit que ce livre fut écrit, puis traduit : il s’agit ainsi du premier ouvrage d’expertise à décrire la méthode du professeur Kano en français. Une multitude de détails permettra aux pratiquants d’approfondir et de perfectionner leurs techniques de judo, car les bases fondamentales y sont expliquées : échauffement et chutes, travail debout, au sol, atémis… Au-delà de l’aspect technique, la richesse de cet ouvrage réside dans l’esprit qui l’anime.
    ...
    par  Nombre de lectures: 8738 
    Prévisualisation de l'article

    Le site lesumo.fr spécialiste des vidéos de sumo, nous propose dès aujourd'hui une version pour smartphones. Les amateurs de sumo ou les curieux pourront avoir accès à plus de 4000 vidéos de sumo, ce qui représente la quasi intégralité des combats de ces deux dernières années en division makuuchi, ainsi que des vidéos montrant les diverses cérémonies (remises de coupes, présentation par le rijichô, yokozuna dohyo-iri, présentation de shin-deshi, etc...).
    Plus aucune excuse maintenant pour ne plus être au courant des dernières victoires de Hakuhô, le yokozuna Mongol.
    Ceux qui souhaiteront en voir encore plus pourront toujours visiter le site lesumo.fr avec leur PC ou leur Mac, ou plus de 10.000 vidéos sont en ligne (les tournois de sumo depuis 2006 à maintenant).
    En attendant voici à quoi ressemble ce site sur un iphone 4.
    ...
    par  Nombre de lectures: 12838 

    La préoccupation de vouloir prouver à tout prix, qu'un aïkido est vrai en relation à un autre, qui est faux (comme s'il s'agissait d'une marque de détergent), est le signe évident d'une énorme agitation. Sans agitation, la vie change substantiellement, mais la permanence dans cet état d'esprit n'est pas garantie. Dans l'aïkido il n'y a pas (ou il ne devrait pas y avoir) de phénomène de monopole ou d'exclusion. À partir d'une expérience personnelle chacun peut vivre un "absolu" comme tel sans avoir à ouvrir une "guerre sainte" pour empêcher les autres d'avoir leur propre trajectoire.
    Si nous comprenons "le vrai aïkido" comme quelque chose d'absolu et personnel, sa certification conforme peut prendre facilement des contours de supercherie. Vouloir imposer un point de vue aux autres, prétendre enseigner "la vraie méthode Morihei Ueshiba" ou n'importe quelle méthode infaillible, n'aide pas à maintenir la sérénité nécessaire à la pratique de l'aïkido.
    ...
    par  Nombre de lectures: 15324 

    L'aïkido adopte des principes universels qui ne sont pas particulier à l'aïkido, pouvant ainsi amener un pratiquant (avec des bases solides) à l'écoute de cette caractéristique fondamentale, à progresser avec inspiration.
    Je conçois un enseignement traditionnel, ouvert au monde et à notre époque, qui essaie de préserver ce qui peut être préservé, sans dogme religieux, scientifique ou autres, inclusive des attitudes artificiellement rigides, mais plutôt activé par une connaissance et une pratique qui se veut tendanciellement désintéressée.
    ...

    Judo 

    par  Nombre de lectures: 21614 

    Judo: Voie de la souplesse

    Art martial non violent et non offensif créé en 1882 par Kano Jigoro ( 1860-1938 ), ayant pour base principale les techniques de combat à mains nues utilisées dans le jujitsu. Ce terme, repris par Kano Jigoro, avait déjà été utilisé par l'école Jikishin-ryu de jujitsu pour décrire un art de combat non mortel.
    Selon son créateur, qui désirait faire du jujitsu un "sport martial" pour l'entraînement de la jeunesse, "le but du judo est de comprendre et de démontrer rapidement les lois vivantes du mouvement". A cet effet, Kano Jigoro codifia un certain nombre de mouvements du corps, des bras et des jambes utilisés dans le jujitsu et qui s'étaient révélés très efficaces dans les combats au corps à corps, debout ou au sol. Ces mouvement vise à déséquilibrer (kuzushi) l'adversaire, à l'immobiliser, voire à le neutraliser. C'est un art de self-défense qui peut donc s'apprendre au cours d'études de mouvements de base exécutés avec un partenaire, et d'exercices de combat libres appelés randori, au cours desquels l'adversaire ou "celui qui subit", appelé uke, est projeté au sol et immobilisé par "celui qui projette", appelé tori. Exercices et compétitions se déroulent sur un tatami afin d'amortir les chutes (ukemi). Les pratiquants du judo, les judoka, cherchent à acquérir la souplesse du corps et des membres et la rapidité des déplacements (tai-sabaki). Ils doivent pouvoir être en "état d'alerte permanent" (hontai) sans qu'il se produise, au cours d'une rencontre, de "temps mort" (bonno). Ayant l'esprit discipliné, apaisé et serein, possédant la maîtrise de leur corps et de leurs réactions, ils pourront alors venir facilement à bout d'un adversaire les attaquant.
    ...
    par  Nombre de lectures: 17011 

    Lorsque le Kodokan, littéralement " Maison où on étudie la Voie ", la fameuse Ecole de Judo fondée par le Maître Jigoro Kano Shihan, rechercha les origines lointaines de cet Art il fallut se rendre à l’évidence... Les deux principales écoles du Jujutsu (Art souple des saisies) qui étaient à l’origine de la synthèse imaginée par le Maître Kano étaient d’origine chinoise. Les documents utilisés pour aboutir à cette étrange constatation étaient d’une part le " Bujutsu Ryusoroku " ou " Chronique des fondateurs des différentes Ecoles Martiales " et d’autre part le " Densho Ryusoroku " ou " Archives manuscrites des enseignements secrets des diverses Ecoles Martiales ".
    ...
     Nombre de lectures: 30095 

    Morihei Ueshiba(1883-1969), fondateur de l'Aïkido, fut dans sa jeunesse un homme de faible constitution. Témoin de l'agression de son père pour cause d'opinions politiques divergentes, il jura de devenir fort à travers l'entraînement aux budo (litt.voie guerrières/martiales). Le but de O senseï était alors d'atteindre vigueur et puissance pour se "venger" des assaillants de son père.
    C'est à l'âge de 15 ans que l'adolescent qu'était alors Morihei commença l'étude des arts martiaux. Son corps jusque là petit et gracile se changea en un tout fort et endurant lorsqu'à l'age de 18 ans. Il fit le premier pas sur le chemin de ce qui deviendra pour lui une quête incessante. Mais la force physique ne le satisfaisait pas. Parti à travers le Japon à la rencontre de ryu (écoles) de jujutsu ,art dont il avait abordé déjà différents styles (kito-yagyu) depuis ses 12 ans, il devînt soldat dans la guerre de Russo-japonaise.
    ...
    par  Nombre de lectures: 18785 
    Prévisualisation de l'article

    Il est remarquable de voir comment en Chine, et au Japon la connaissance de la nature, ou mieux des lois naturelles, pendant des millénaires, s'est fondue dans un tout où religion, vie, philosophie, exercices, arts martiaux, médecine, peinture, architecture, s'interpénètrent intimement au point d'être tous complémentaires l'un de l'autre.
    « L'homme étant l'émanation de la nature universelle, toute connaissance vient et retourne à la nature, qui est pour tous les hommes, le livre commun. »
    Je cherche ici à mettre en évidence cette relation vis-à-vis des arts martiaux par le biais de faits et d’histoire liés aux arts martiaux. Le Bushido ne dit-il pas : Respecter la règle "de la tige et des branches": l'oublier, c'est ne jamais parvenir à comprendre ce qu'est la vertu.
    ...
    par  Nombre de lectures: 56240 
    Prévisualisation de l'article

    En japonais, le mot Kendô 剣道 est composé du kanji 剣 (tsurugi, KEN) qui signifie épée/sabre et du kanji 道 (michi, TÔ, DÔ) qui signifie rue/route/chemin. C'est pourquoi il est souvent traduit en français par "la voie du sabre".
    Le kendô est l'escrime japonaise. Il consiste à utiliser d'une manière naturelle et rationnelle un shinaï (sabre de bambou qui représente le "katana" ou nipponto, sabre traditionnel japonais) tandis que le corps est protégé par une armure appelée Bogu.
    Cette discipline est très enracinée dans la culture Japonaise et y est très populaire. Selon la fédération japonaise (ZNKR, Zen Nippon Kendo Renmei), on y dénombre plusieurs millions de licenciés, contre plusieurs milliers en France. Les équipes de policiers, de militaire et d'étudiants japonais sont d'un très bon niveau et les principales compétitions sont entièrement télévisées.



    Développant les facultés motrices, psychiques et mentales, le Kendô est une activité sportive complète qui peut être pratiquée par tous sans limite d'âge et sans danger.
    Le Kendô est avant tout un art martial mais pas seulement. A travers sa pratique et l’entraînement en salle (dojo) se dégage sa philosophie réelle :

    la recherche de l’équilibre, de la plénitude
    et de la maîtrise de soi dans un esprit de paix.


    ...

    Page 1 sur 7 123 ... DernièreDernière