• Arts Martiaux Flux RSS

    par  Nombre de lectures: 7180 
    Prévisualisation de l'article

    Asashoryu, 22 ans, vainqueur des deux derniers hon-basho, vient d'être promu au grade de yokozuna. Il est le premier rikishi mongol à atteindre ce grade, et le troisième non-japonais.
    Petit retour sur un début de carrière météorique.
    Asashoryu est né le 27 septembre 1980 à Ulan-Bator, capitale de la Mongolie. Il est issu d'une grande famille de lutteurs de garuda (la lutte mongole traditionelle). C'est au cours de l'année 1997, alors qu'il est venu étudier au Japon, qu'il découvre le sumô, et montre des aptitudes indéniables pour cette discipline.
    ...
    par  Nombre de lectures: 13691 
    Prévisualisation de l'article

    Triste journée pour le sumô ! Takanohana II, un des plus grands yokozuna de l'histoire, a décidé le 20 janvier au matin, de mettre un terme à sa carrière. Au soir de sa défaite contre Aminishiki, les supporters se sont précipités en masse aux alentours de la Futagoyama-beya, pour apprendre la nouvelle qui semblait inéluctable. LE lutteur des années 1990 tire donc sa révérence.
    Mais on ne peut saluer son départ, sans rendre hommage à un homme qui aura fait rêver plus d'une décennie durante les amateurs de sumô.
    ...
    par  Nombre de lectures: 74654 
    Prévisualisation de l'article

    Des sabres à bouton poussoir


    Voici un tanto (poignard, dague), forgé à la main et signé, en tous points conforme à ce que l'on attend d'un tel objet : voyez sur le gros plan en bas à droite, les beaux effets de matière dus au travail de pliage effectué par le forgeron sur l'acier brut, et le hamon (ligne de trempe).

    L'originalité est dans la monture : elle comporte un dispositif qui verrouille la poignée au fourreau, que l'on débloque en pressant un petit bouton situé sur le dessus de la poignée. Et là, ô surprise, la petite tsuba (garde) s'avère n'être qu'une excroissance de l'embouchure du fourreau. Elle abrite une défonce où la poignée vient s'encastrer. (En fait un tanto n'a pas besoin de tsuba.)
    ...
    par  Nombre de lectures: 13922 

    Interview de Jean-Marc Duclos par Pedro Escudeiro, Professeur du groupe "Iwama Ryu Portugal"

    Le début de l'interview parle du parcours de Jean-Marc Duclos, pour peu à peu faire une relation entre l'Aikido Iwama et Aikikai.

    Q1- Pouvez-vous nous donner votre nom, âge et le nom de l'organisation à laquelle vous appartenez ?

    JMD - Jean-Marc Duclos, 47 ans, de nationalité portugaise et française. Je suis actuellement membre et directeur technique de l'Association Portugaise d'Aïkido et Disciplines Associées. Je suis l'élève du maître Mitsugi Saotome depuis 2000, sans grade. Dans le passé, j'ai reçu le 5ème dan d'Aïkido de maître Georges Stobbaerts.
    ...
    par  Nombre de lectures: 6575 
    Prévisualisation de l'article

    Quiconque aura assisté à un tournoi de sumo, que ce soit directement dans l’enceinte du Kokugikan à Tokyo, ou même à la télévision japonaise, aura remarqué ce personnage qui entre chaque combat, vient annoncer d’une voie lancinante, les noms des 2 futurs combattants.
    C’est le Yobidashi : le présentateur ou l’annonceur, comme on voudra.

    En réalité, ce personnage est une figure centrale et importante du sumo, car il a un rôle précis aussi bien pendant le tournoi qu’avant et après.
    ...
    par  Nombre de lectures: 8195 
    Prévisualisation de l'article

    Le personnage vêtu de façon très élaborée, au centre du dohyô, est le gyôji (l’arbitre).
    Historiquement son rôle a été extrêmement lié à celui des Yobidashi (annonceurs), mais la création de deux fonctions distinctes est assez récente. Pendant la période Heian, la division des rôles était très vague et ce ne fut qu’au cours de la période Edo que le rôle spécifique des gyôji est apparu plus clairement.
    Le costume que porte le gyôji est d’ailleurs issu de cette période. Il porte en effet un « hitatare » qui est une tenue de cérémonie portée à la cour pendant la période Ashikaga.
    Le « gunbai » (éventail) qu’il arbore est lui aussi issu de cette période.
    Cependant,, le rôle de ces arbitres n’a été clairement établi que plus tard, quand ils ont pris un rôle décisif dans la hiérarchie du sumo et qu’ils ont créé leurs propres « heya » (centres d’entraînement).
    ...
    par  Nombre de lectures: 27877 

    Les Ecoles de karate (jutsu ou do selon votre vision de la pratique) sont nombreuses; plus d'une trentaine principales. Certaines ne comptent que quelques centaines d'adeptes, d'autres sont implantées largement dans le monde.
    A l'inverse de la France, les ryu (écoles) connaissent une implantation avant tout géographique. Par exemple la shito ryu domine la région du Kansai avec ses diverses branches dont le Tani ha (shukokai) à Suma près de Kobe. La wado ryu occupe plutôt le Kanto avec la wado ryu karatedo renmei basée à Nerima ku (ligne Ikebukuro Seibu) et la wado kai. Idem pour goju ryu avec sa branche japonaise séparée de celle d'Okinawa.
    ...
    par  Nombre de lectures: 7268 
    Prévisualisation de l'article

    Le Aki basho (littéralement tournoi d'automne) 2002, vient de débuter au kokugikan à Tokyo. Cette année ce tournoi revêt une importance particulière car après 7 tournois, un des deux Yokozuna fait son retour en compétition.
    En effet Takanohana, blessé au genoux n'a participé à aucun tournoi depuis 14 mois. La Nihon Sumo Kyokai lui a accordé pendant ce temps la possibilité de se rétablir lentement, ce qui a créé une polémique sur son extrème bienveillance à l'égard du champion. Un yokozuna ne peut être dégradé pour mauvais résultat, et c'est à lui de prendre sa retraite s'il n'a plus le niveau ou s'il est blessé pendant trop longtemps.
    ...
    par  Nombre de lectures: 8415 
    Prévisualisation de l'article

    Musashi Miyamoto est un incontournable du XVII ° siècle . Même si on ne le connaît pas , on en a tous déjà entendu parler. Homme de sabre , génie de la tactique, génie tout court. C ’était aussi un sculpteur , peintre , calligraphe , écrivain .
    Pour en parler , 1 , 2 ou 10 articles ne serait pas suffisant. Je me concentrerais donc juste sur certains points que je considère comme important de sa Vie.

    Mais pour commencer, une chronologie s’impose.
    Précision : Dans le calendrier japonais, on considère qu’un enfant , quand il née , a déjà un an dans l’année de sa naissance. J’utiliserai , pour des raisons pratique de compréhension , le système international , c’est a dire Européen.
    Il faut savoir que la vie de Musashi est rempli d’incertitude , les documents de l’époque se contre-disant ou n’étant que peux fiable.
    ...

    Page 3 sur 7 PremièrePremière 12345 ... DernièreDernière