• Actualités Flux RSS

    le 12/04/2005 03h30  Nombre de lectures: 7593 

    Consultez le site ikebanaparis.com et laissez vous tenter par l'art floral traditionnel japonais conduit en français par ...
    par  Nombre de lectures: 51946 
    Prévisualisation de l'article

    Souvent appelé « la boisson des dieux » par les japonais eux-mêmes, le saké est fabriqué à partir de riz, d’eau, de « kaji-kin » (une enzyme) et de levure avec un contenu d’environ 15% d’alcool.
    Le saké est brassé comme la bière et se sert comme un vin accompagnant le repas. Les
    meilleurs saké sont généralement servi frais alors que les saké de moins bonne qualité se servent tièdes.

    Origines

    Comme beaucoup de choses touchant à la culture japonaise, on pense que le saké vient de Chine. Ses plus lointaines origines remonteraient aux années -4800 av JC, dans la vallée jouxtant le fleuve Yangtze. Le saké serait ensuite apparu au Japon vers le 3ème siècle, à une époque où les japonais découvraient la riziculture.
    ...
    par  Nombre de lectures: 11520 

    Il y a bientôt dix ans, les adeptes de la secte s’attaquaient au métro de Tokyo. Un éditorialiste de l’Asahi Shimbun fait une analyse anticonformiste de cet événement.

    Lors d’une réunion qui s’est tenue au début du mois d’octobre 2004 et à laquelle participaient une centaine de victimes des différents crimes commis par la secte Aum ainsi que leurs avocats, j’ai remarqué la présence d’un ancien cadre de la secte qui tendait l’oreille aux propos des victimes tout en s’efforçant de se soustraire aux regards. La peine de mort prononcée en février 2004 à l’encontre du gourou Shoko Asahara (de son vrai nom Matsumoto Chizuo) ayant mis fin à dix ans de procédure, les gens s’étaient réunis pour discuter des mesures que l’Etat devait prendre à l’égard des victimes. Je ne sais pour quels motifs, cet homme, qui avait autrefois représenté la secte, avait décidé de participer à la réunion. Presque personne dans l’assistance n’avait remarqué sa présence. Mais, en le regardant de dos, je me suis dit que, s’il avait eu le courage de se déplacer pour sentir de près la douleur des victimes, la société japonaise devait peut-être s’interroger sur ce qu’elle pouvait faire pour réintégrer d’anciens adeptes comme lui.
    ...
    par  Nombre de lectures: 19251 
    Prévisualisation de l'article

    Il y a un an, il était question sur ce site, des dictionnaires français-japonais en rômaji, et j'avais eu la chance de rencontrer Jean-Louis Bages , le co-auteur du Jisho 1, à Tokyo.
    Au cours de cet entretien, il m'avait confié sa volonté de sortir un 2ème dictionnaire en rômaji, mais cette fois japonais-français.

    C'est chose faite depuis moins d'un mois, et le résultat est à la hauteur des espérances. Du même format que le Jisho 1 dont il devient le complément, on remarque immédiatement l'excellente qualité de l'impression et du papier. Très agréable à consulter, ce dictionnaire de 530 pages propose pas moins de 18000 entrées.



    ...
    par  Nombre de lectures: 87829 
    Prévisualisation de l'article

    Miroko porte le kimono tous les jours pour aller en cours. Comme tous les matins, elle se rend dans la plus célèbre école de geisha du Japon, à Kyoto. C'est exceptionnel de pouvoir y filmer.
    Particularisme: ici on ne dit pas geisha, mais geiko.
    Miroko est maiko, c'est à dire apprenti. Dans cette école elle étudie les arts traditionnels japonais, car geiko littéralement veut dire "femme des arts": femme de compagnie capable d'organiser des spectacles pour leurs clients.
    ...
    par  Nombre de lectures: 110065 
    Prévisualisation de l'article

    Ils se tatouent, ils amputent leurs doigts, ce sont les yakuza. Avec plus de 90000 membres, l’organisation criminelle, le mieux structurée du monde est depuis peu, mise sous haute surveillance. Alors la mafia japonaise est entrée dans la clandestinité, les derniers yakuza se retranchent derrière le paravent de leurs grands principes.
    ...

    Judo 

    par  Nombre de lectures: 22447 

    Judo: Voie de la souplesse

    Art martial non violent et non offensif créé en 1882 par Kano Jigoro ( 1860-1938 ), ayant pour base principale les techniques de combat à mains nues utilisées dans le jujitsu. Ce terme, repris par Kano Jigoro, avait déjà été utilisé par l'école Jikishin-ryu de jujitsu pour décrire un art de combat non mortel.
    Selon son créateur, qui désirait faire du jujitsu un "sport martial" pour l'entraînement de la jeunesse, "le but du judo est de comprendre et de démontrer rapidement les lois vivantes du mouvement". A cet effet, Kano Jigoro codifia un certain nombre de mouvements du corps, des bras et des jambes utilisés dans le jujitsu et qui s'étaient révélés très efficaces dans les combats au corps à corps, debout ou au sol. Ces mouvement vise à déséquilibrer (kuzushi) l'adversaire, à l'immobiliser, voire à le neutraliser. C'est un art de self-défense qui peut donc s'apprendre au cours d'études de mouvements de base exécutés avec un partenaire, et d'exercices de combat libres appelés randori, au cours desquels l'adversaire ou "celui qui subit", appelé uke, est projeté au sol et immobilisé par "celui qui projette", appelé tori. Exercices et compétitions se déroulent sur un tatami afin d'amortir les chutes (ukemi). Les pratiquants du judo, les judoka, cherchent à acquérir la souplesse du corps et des membres et la rapidité des déplacements (tai-sabaki). Ils doivent pouvoir être en "état d'alerte permanent" (hontai) sans qu'il se produise, au cours d'une rencontre, de "temps mort" (bonno). Ayant l'esprit discipliné, apaisé et serein, possédant la maîtrise de leur corps et de leurs réactions, ils pourront alors venir facilement à bout d'un adversaire les attaquant.
    ...
    par  Nombre de lectures: 17817 

    Lorsque le Kodokan, littéralement " Maison où on étudie la Voie ", la fameuse Ecole de Judo fondée par le Maître Jigoro Kano Shihan, rechercha les origines lointaines de cet Art il fallut se rendre à l’évidence... Les deux principales écoles du Jujutsu (Art souple des saisies) qui étaient à l’origine de la synthèse imaginée par le Maître Kano étaient d’origine chinoise. Les documents utilisés pour aboutir à cette étrange constatation étaient d’une part le " Bujutsu Ryusoroku " ou " Chronique des fondateurs des différentes Ecoles Martiales " et d’autre part le " Densho Ryusoroku " ou " Archives manuscrites des enseignements secrets des diverses Ecoles Martiales ".
    ...
     Nombre de lectures: 30856 

    Morihei Ueshiba(1883-1969), fondateur de l'Aïkido, fut dans sa jeunesse un homme de faible constitution. Témoin de l'agression de son père pour cause d'opinions politiques divergentes, il jura de devenir fort à travers l'entraînement aux budo (litt.voie guerrières/martiales). Le but de O senseï était alors d'atteindre vigueur et puissance pour se "venger" des assaillants de son père.
    C'est à l'âge de 15 ans que l'adolescent qu'était alors Morihei commença l'étude des arts martiaux. Son corps jusque là petit et gracile se changea en un tout fort et endurant lorsqu'à l'age de 18 ans. Il fit le premier pas sur le chemin de ce qui deviendra pour lui une quête incessante. Mais la force physique ne le satisfaisait pas. Parti à travers le Japon à la rencontre de ryu (écoles) de jujutsu ,art dont il avait abordé déjà différents styles (kito-yagyu) depuis ses 12 ans, il devînt soldat dans la guerre de Russo-japonaise.
    ...
    par  Nombre de lectures: 30149 

    Les habitués du site sauront sûrement que je me suis marié il y à maintenant plus d’un an et demi, au Japon, et ce afin d'obtenir un visa pour y rester et y travailler. En effet, n'ayant pas plus d'affinités avec le mariage, que ce soit pour son côté romantique, social ou citoyen, cela ne nous dérangeait pas de se passer la bague au doigt, après plus de 3 ans vécus ensemble, si cela nous permettait de rester proche l'un de l'autre maintenant, mais aussi dans le futur. Mais voila, tout ne c'est pas vraiment passe aussi bien que prévu et le récit de la galère que j'ai connu pourrait peut-être en aider plus d’un, un jour.
    ...
    par  Nombre de lectures: 11937 
    Prévisualisation de l'article

    L'histoire :
    A Kyushu, au cœur de l’été, une sanglante prise d’otages dans un bus ne fait que trois survivants : Kozue et Naoki, deux écoliers et Sawai, le chauffeur. Traumatisés, les enfants sombrent dans le silence. Sawai, lui, quitte sa famille et part sur les routes. Deux ans plus tard, Sawai réapparaît, retrouve du travail et semble reprendre goût à la vie. Il éprouve alors le désir de revoir les deux adolescents, qui vivent seuls dans la maison familiale depuis le divorce de leurs parents et la mort de leur père .Alors qu’un tueur en série sévit en ville et que la police le soupçonne, Sawai décide de s’occuper désormais de Kozue et Naoki, bientôt rejoint par leur cousin, Akihiko, étudiant en vacances.
    Peu de temps après, Sawai aménage un bus d’occasion en camping-car de fortune et invite les enfants à partir en voyage …
    ...

    Page 14 sur 23 PremièrePremière 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20