• Actualités Flux RSS

    par le 01/12/2014 15h43  Nombre de lectures: 5453 
    Prévisualisation de l'article

    Quelle est la meilleure solution et surtout quelle banque applique les frais les moins élevés quand on retire des yens dans un distributeur automatique au Japon? La question revient souvent quand il est question d'argent au Japon et nous allons essayer de faire le point ici.
    Tout d'abord il faut rappeler qu'une carte de retrait internationale simple (Visa par exemple) est insuffisante au Japon car le plafond de retrait de ce type de carte est trop limité, à moins de l'avoir négocié auparavant avec son banquier.
    On trouve sur Internet des tableaux comparatifs sur les banques mais ils ne sont pas forcément à jour, alors voici un comparatif concernant seulement les frais appliqués par les principales banques pour des retraits dans les DAB hors zone Euro.
    Comme on pouvait s'en douter, ce sont les banques en ligne qui sont les moins chères puisque pour un retrait de 100€ elles ne prennent que 2€ de frais, alors que les banques traditionnelles en prennent environ 6€. On pourra décerner la palme de la banque la plus chère à la BNP, avec 7,90 € de frais...
    ...
    par le 03/10/2014 08h02  Nombre de lectures: 5199 
    Prévisualisation de l'article

    Au Japon plus qu’ailleurs, le cinéma est intimement lié à la littérature : au cours de la période des grands studios (de 1930 à 1970), une armée de scénaristes spécialisés a eu pour tâche d’adapter les écrivains populaires, auteurs principalement de romans historiques : Matsutaro Kawaguchi, Jiro Osaragi, Eiji Yoshikawa ou Shin Hasegawa dont les justiciers et autres hommes d’épée - Tengu Kurama, Mito Komon, Tange Sazen, Miyamoto Musashi, Zatoichi, etc - ont été portés des centaines de fois à l'écran. Parallèlement, des réalisateurs de premier plan, comme Kenji Mizoguchi, Teinosuke Kinugasa, Akira Kurosawa ou Kon Ichikawa, n’ont cessé d’adapter des œuvres de la grande littérature, proposant ainsi des monuments cinématographiques bâtis sur des fictions puissantes.
    ...
    par le 01/10/2014 08h53  Nombre de lectures: 3824 
    Prévisualisation de l'article

    Je souhaiterais vous présenter ici le nouveau livre sur une partie très particulière du Japon – Okinawa. Si vous êtes passionné(e) par les facettes moins connues de l’archipel nippon, ce livre satisfera vos attentes par sa complétude, clarté et richesse, sans parler d’abondance de photographies saisissantes par leur réalisme et profondeur.
    Si vous vous ne contentez plus des informations partielles et partiales disponibles sur Okinawa connue superficiellement dans le monde comme le berceau du karaté, une terre de longévité ou le lieu d'accueil des bases militaires états-uniennes, vous pourriez y trouver comme moi l’essentiel sur son passé et présent.
    ...
    par le 27/04/2014 14h15  Nombre de lectures: 5656 
    Prévisualisation de l'article

    She, le solo dansé par Rihoko Sato et dirigé par Saburo Teshigawara, nous emmène dans une dimension complètement nouvelle de l’improvisation dans la danse, en lien avec la lumière et le son. L’expressivité physique et la sensibilité exceptionnelle de Rihoko Sato ont permis à sa danse de se développer dans une voie qui lui est propre tout en se nourrissant de la méthode enseignée par Teshigawara. Une occasion inédite de découvrir cette artiste qui est aujourd’hui le pilier de la compagnie de Teshigawara.
    ...
    par le 30/03/2014 14h26  Nombre de lectures: 5743 
    Prévisualisation de l'article

    Leonard Eto, ancien membre de la célèbre compagnie Kodo, est aujourd’hui un des joueurs de tambour taiko les plus innovants. Désigné Ambassadeur de la culture japonaise par l’Agence nationale japonaise de la Culture, il multiplie actuellement les collaborations avec des artistes européens.
    Il jouera « Blendrums » aux côtés de Budgie, ancien batteur de Siouxsie and the Banshees, et de Roxane Butterfly, figure de proue du tap dance (claquettes) contemporain avec laquelle il a récemment fait sensation au Festival de Carthage. Un trio débordant d’énergie qui met le rythme à l’honneur !
    Leonard Eto présentera également avec quatre danseurs du Ballet National de Marseille leur création « TAMAGO » chorégraphiée par Yasuyuki Endo. La beauté et la puissance des corps y sont sublimées par les rythmes traditionnels ou plus groovy des tambours.
    ...
    par le 26/01/2014 09h01  Nombre de lectures: 5476 
    Prévisualisation de l'article

    L'exposition ISSEN, " l'éclair " présente les oeuvres et la technique singulière de Naoki MAEDA.
    Ses créations uniques sont le fruit d'une longue recherche et expérimentation à partir de matières typiquement japonaises : l’argile creux et l’urushi (laque japonaise traditionnelle). Sur la base d’une réflexion autour de la dualité relative, l’artiste réalise des oeuvres en mariant les propriétés opposés de ces deux matières : l'argile creux rejetant l’eau et l'urushi absorbant l'humidité.
    L'univers de Naoki MAEDA a intrigué de nombreux publics lors d’expositions internationales au Japon, en France, Italie, Finlande,Taiwan, République Tchèque … Il a été également invité dans des hôtels de prestige, notamment à Cannes, et a participé à des émissions de télévision japonaise, NHK.
    Entre le 'Sombre' et la 'Brillance', les oeuvres de MAEDA nous révèlent des instants inspirés et éclairés....
    ...
    par le 16/09/2013 15h24  Nombre de lectures: 7270 
    Prévisualisation de l'article

    Okinawa est l’île principale de l’archipel des Ryûkyû, ex-royaume devenu département situé entre l’île de Taïwan, l’archipel nippon et la Chine. La danse y tient depuis des siècles une place majeure et ce n’est pas sans raison qu’au Japon, on l’appelle « l'île aux danses et aux chansons »…
    On peut classer les danses d’Okinawa en deux catégories : les danses classiques de Ryûkyû, divertissements courtois qui étaient à l’origine présentés à la cour du château de Shuri pour accueillir les ambassades impériales venues de Chine, et les danses traditionnelles folkloriques pratiquées à l'occasion de fêtes de village et autres festivals, et étroitement liées à la vie quotidienne de la population okinawaïenne.
    Ces arts traditionnels sont propres à Okinawa, mélange unique né de la rencontre entre des danses autochtones, des instruments de musique chinois et diverses influences venues d'Asie du sud-est, de Chine ou du Japon.
    ...
    le 05/09/2013 10h49  Nombre de lectures: 5572 
    Prévisualisation de l'article

    J'aimerais vous présenter la nouvelle édition d'un livre de judo venant tout juste de paraître chez Yugen éditions.
    Il s'agit d'un ouvrage mythique dont la plupart des pratiquants ont entendu parler…sans jamais pouvoir le voir en raison de son extrême rareté ! Publié en 1911, il a été écrit par les premiers élèves de Jigoro KANO, Sakujiro YOKOYAMA et Eisuke OSHIMA et traduit par l'enseigne de vaisseau LE PRIEUR.
    Si vous êtes passionné(e) par le judo et l’esprit de ses origines, ce livre vous comblera par sa simplicité, mais aussi parce qu’on découvre que le judo transmis par Me Kano était bien différent, par certains aspects, de la discipline sportive que l’on connait aujourd’hui.
    Dans une période de large diffusion du judo à travers le Japon, Jigoro Kano, son fondateur, exprime une forte volonté de le faire connaître à l’étranger. C’est dans cet esprit que ce livre fut écrit, puis traduit : il s’agit ainsi du premier ouvrage d’expertise à décrire la méthode du professeur Kano en français. Une multitude de détails permettra aux pratiquants d’approfondir et de perfectionner leurs techniques de judo, car les bases fondamentales y sont expliquées : échauffement et chutes, travail debout, au sol, atémis… Au-delà de l’aspect technique, la richesse de cet ouvrage réside dans l’esprit qui l’anime.
    ...
    par le 06/08/2013 16h38  Nombre de lectures: 4584 
    Prévisualisation de l'article

    Le groupe de chanson française rock-poétique au nom évocateur d’« Uchronie » se produit actuellement jusqu'au 10 août devant 4000 personnes au Parc Motamachi d’Hakodaté dans le cadre du Festival Musiques et Danses du Monde (World Music & Danse Festival).
    La 6ème édition de ce Festival programme en plus des représentations publiques sur la scène d’Hakodate, des ateliers et actions de sensibilisation au sein de la ville. Organisé par l’Association « World Meet Japan », le festival a déjà accueilli en l’espace de cinq ans plus de 1000 artistes venant de plus de 30 pays et 100 000 festivaliers.
    C’est la diversité des rencontres avec le public japonais qui a motivé le groupe à y participer il y a deux ans pour diffuser une chanson vivante, à textes en français, riche musicalement, intégrée dans un univers fantaisiste et décalé.
    ...
    par le 18/05/2013 09h39  Nombre de lectures: 5131 
    Prévisualisation de l'article

    Vous ferez peut-être un salto arrière après avoir vu Fukurokuju dans cette position; Fukurokuju est une des sept divinités de la chance au Japon et l'artiste Tomoyuki l'a représenté dans une position pour le moins inhabituelle. Fukurokuju dont le nom signifie "joie, prospérité et longévité" est présenté en équilibre sur les mains mais les symboles qu'il représente sont bien reconnaissables. Son front énorme symbolise la grande sagesse qu'il a accumulée à travers le temps. Tomoyuki dans ce netsuke a donc ajouté souplesse et force à la sagesse de Fukurokuju. Son grand age et sa sagesse n'ont pas inhibé son amour de la vie visible sur son visage souriant.
    ...
    par le 18/05/2013 08h41  Nombre de lectures: 3376 
    Prévisualisation de l'article

    Alors que l'on admire cet objet d'art, on se retrouve finalement nez à nez avec un netsuke. Dans un tour de force de sculpture , le maître Seimin (1868-1911) a réussi a sculpter des douzaines de masques du théâtre japonais. Et Seimin l'a fait sur une simple coquille de noix. Voilà de quoi réconcilier avec l'art du netsuke ceux qui s'en sont détournés en pensant à l'ivoire des pauvres éléphants.
    Chacun des masques est parfaitement reconnaissable et représente une figure emblématique du théâtre Noh ou des pièces de Kyogen. Parmi ces figures familières et appréciées du théâtre japonais on retrouve Okame (divinité de la gaieté et de la bonne humeur), Okina (le vieil homme dans la danse de sambaso), Hannya (qui représente la jalousie dans une pièce du théâtre Noh) et l'énigmatique kitsune déguisé en moine bouddhiste. Les détails de ces sculpture sont encore mis en valeur avec l'incrustation de métal à certains endroits pour représenter les yeux de certaines figures.
    ...

    Page 1 sur 10 1 2 3 4 5 6 7