Afficher le flux RSS

Tous les billets

  1. Le moment où la beauté s'efface

    Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : Kudanshita-09-04_11.jpg
Affichages : 912
Taille : 158.1 Ko
ID : 3145Au Japon, le mois dernier, se terminait la période du Ohanami. Hanami signifie "le spectacle des fleurs" et le O, honorifique, précise qu'au Japon on ne rigole pas avec la tradition. Car s'il y a bien une tradition solidement ancrée dans les habitudes des Japonais c'est ce spectacle des cerisiers en fleur. Vers la fin du mois de mars, on l'attend, on guette les branches. A la télévision, une page de météo spéciale suit la progression, sur la carte du Japon, du front de floraison qui monte du sud vers le nord. Et quand la vague arrive, la vague blanche et rose, tout le monde se précipite avec son tonneau de saké et ses poissons grillés sur la moindre pelouse, chacun sous son cerisier.

    Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : ShinjukuHanami2-copy.jpg
Affichages : 857
Taille : 169.2 Ko
ID : 3144Malheur à celui qui arrive en retard, le coin de pelouse se dispute très cher, on a de la chance si on trouve l'ombre d'un arbre, d'un cerisier je ne vous en parle même pas. Pourtant le cerisier est bien l'arbre le plus répandu ...

    Mis à jour le 26/04/2013 à 08h57 par JM

    Catégorie
    Sans catégorie
  2. Sur le chemin des dieux

    Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : CouvertureDefinitive_LeCheminDesDieux.jpg
Affichages : 788
Taille : 171.6 Ko
ID : 3140
    A l'occasion de la sortie de mon prochain roman, le Chemin des dieux, aux éditions Denoël, je me propose de publier sur ce blog un petit billet régulier à propos du Japon tel que je l'ai aimé et tel que je l'aime chaque fois que je le retrouve.
    En 2005, je quittais la France et toutes mes amarres (j'étais directeur de production dans un studio de jeux vidéo) pour aller vivre à Tôkyô avec ma famille pendant quatre ans. Vierge de tout préjugé sur le Japon, insensible à l'imagerie traditionnelle des samurais et des geishas, je me laissais saisir par la modernité de Tôkyô, les lumières de Shinjuku, la foule de Tôkyô central, le charme désuet du mall géant de Sunshine city ; mais aussi, plus insidieusement, par les traces subtiles d'un Japon ancestral : la statue dorée de Kappa à Kappabashi, le temple de Kitsuné à Ginza ou les insectes partout, les cigales, les mantes, les lucioles au milieu même de la plus grande ville du monde.
    Sous le charme, ...

    Mis à jour le 26/04/2013 à 08h53 par JM

    Catégorie
    Sans catégorie
Page 2 sur 2 PremièrePremière 12