PDA

Afficher la version complète : Conseil Démontage d'un katana : léger problème



Tenro
11/11/2006, 16h54
Bonjour,
J'ai depuis un petit moment acheté un katana pour commencer le tameshigiri et le temps de son premier entretien est venu ^^
J'ai lu la notice du kit d'entretien, lu les conseils prodigués par ce site ainsi que d'autres mais là je sèche.
J'ai enlevé les deux mekugis avec succès mais je n'arrive pas à séparer la tsuka de la lame >_<
Si vous pouviez m'aider ce serait gentil :P
P.S. Je possède ce katana : http://www.couteaux-center.com/boutique/fiche_produit.cfm?type=187&ref=K300&code_lg=lg_fr&pag=1&num=5&tri=0&marq=0
Merci de votre aide !

gillesC
11/11/2006, 23h36
Avant toute chose, ton instructeur en tameshigiri devrait te montrer comment procéder. Rien ne remplace l'exemple direct.

Sinon, le premier démontage est souvent le plus difficile sur ce type de sabre. Je te conseille de poser le sabre (sorti du fourreau) à plat sur une table qui ne craint rien en laissant dépasser la poignée (tsuka) puis de tapoter sous la garde (tsuba) avec un maillet en bois ou une pièce de bois. le faire symétriquement pour désemboiter la lame.

Pour le remontage, le remboitage se fait en tenant le sabre verticalement et en tapant le pommeau (kashira) dans la paume de la main.

Le démontage suivant se fera soit par la première méthode soit comme le remboitage.

Attention, tout doit se faire fermement mais de manière très controlée. Ne jamais avoir le reflexe de retenir une lame nue qui tombe !

Le habaki peut aussi causer problème au démontage. Bien réfléchir avant d'agir. Dans toutes les manipulations, veiller à ce que le plan de mouvement des doigts ne puisse pas croiser le tranchant de la lame. Un accident est extrêmement vite arrivé.

De plus pour un sabre de peu de valeur comme celui-ci, il me semble inutile de le démonter pour l'entretenir. C'est infiniment plus prudent bien que moins instructif.

Tenro
12/11/2006, 07h42
Merci de ton aide ^^
Quant au démontage c'est plus pour apprendre la structure même du sabre, ainsi que savoir les gestes à faire en prévision de l'achat d'un sabre de plus haute qualité dans un avenir lointain, que pour le nettoyer.

odr78
13/11/2006, 12h53
Ah...

Je fais un petit HS... Car certains d'entre nous se posent la question :

comment se comporte le Fudoshin à la coupe ??

ANGAKOK
15/11/2006, 18h39
Bonjour,

Une technique éprouvée pour le démontage du tsuka, après avoir enlevé le ou les mekugi tenir le sabre pointe en haut de la main droite, bras plié à 90° et se frapper violemment le poignet avec la main gauche fermée. c'est douloureux mais efficace en cas d'échec employer la méthode de la frappe avec une cale en bois sur la tsuba. ne jamais y aller "bourrin".

Tenro
18/11/2006, 09h30
Merci Angakok ^^ je vais essayer.
Pour ce qui est de la question de odr78, je peux pas vraiment vous répondre car c'est mon premier sabre de coupe, je ne peux pas faire de comparaison. Mais pour le prix je pense qu'il est pas mal, juste 1-2 problème de finition mais sinon il va bien (pas trop lourd et bien équilibré).

ANGAKOK
18/11/2006, 10h05
Bonjour,



Ah...

Je fais un petit HS... Car certains d'entre nous se posent la question :

comment se comporte le Fudoshin à la coupe ??

Il est très difficile d'avoir une réponse fiable à ce genre de question car plusieurs éléments entrent en ligne de compte, notamment le degré de compétence de la personne qui va te répondre.

Dans l'ancien Japon vers la fin de la période Edo quand les tests de coupe (tameshigiri) vinrent à la mode, ceux-ci été pratiqués par des essayeurs professionnels (Yamano Kaemon par exemple), le résultat de ces tests étaient ensuite gravé sur le nakago ce qui augmentait la fierté du samourai qui portait ce sabre (et augmentait par la même occasion la valeur de la lame). Un livre, le "Kaibo Kenjaku" fut même écrit en 1815 par Yamada Asaemon Yoshitoshi et recensera 180 lames (parmi celles qui portaient un tameshi-mei) en diverses catégories "Saijo O-Wazamono", "O-wazamono", "Ryo-Wazamono" et "Wazamono".

Bon je sais que cette comparaison avec une chinoiserie est un peu osée mais j'espère qu'elle aura fait comprendre l'inutilité de ce genre de question.

Tenro
18/11/2006, 11h10
J'ai réussi avec la technique de la cale en bois, je n'avais pas eu le temps de le faire avant car j'étais en période d'examens. J'ai pu constater que ma lame était numérotée ... au stylo mais à part ça, ça baigne ^^
Comme le disait gillesC c'est un sabre de faible valeur ^^

elixzoran
05/01/2007, 05h08
J'ai réussi avec la technique de la cale en bois, je n'avais pas eu le temps de le faire avant car j'étais en période d'examens. J'ai pu constater que ma lame était numérotée ... au stylo mais à part ça, ça baigne ^^
Comme le disait gillesC c'est un sabre de faible valeur ^^

Messieur, je ne pratique pas votre art, peu etre cela viendra t'il un jour, pour le moment les katana sont une passion. En lisant vos conseil je me suis lancé dans le démontage d'un de mes sabre... pour le moment j'ai moins de succès que Tenro, je vais persévéré dans la méthode "je me tappe sur le poignet" 8O ... En tous cas merci pour les conseils.

drugun
05/01/2007, 09h43
Bonjour
Tenro, si tu as le temps, peut tu prendre des photos de ton katana car les photos d'internet ou du catalogue fudoshin sont commerciales et toujours vues sous le meme angle.
Ce serait sympa.

Alexpfit
08/01/2007, 17h59
bonjour a tous j'ai le même sabre que toi je trouve qu'il coupe bien et moi pour le premier démontage sa a été difficile aussi, moi j'ai utilisé un marteau de careleur ceux ou la masse est caoutchouter sa a trés bien fonctionnée, sans rien abimer :D . Je meterais moi aussi des photos de mon sabre lorsque je me serais racheté un appareil photo :wink: .

elixzoran
09/01/2007, 22h59
bonsoir messieurs,

personnelement comme je le disais je possède également ce sabre, ayant peur de l'abimer j'ai persévéré dans la technique qui consiste a frapper la tsuka avec le poignet... :? aujourd'hui j'ai un peu trop mal pour continuer et mon sabre n'est toujours pas démonté... ainsi deux question si vous me permettez:

La première ou exactement frapper avec un maillet ? j'ai cru comprendre qu'il fallait frapper sur la tsuba de la tsuka vers la lame mais je ne suis pas certain que ce soit a bonne technique, pouvez vous me le confirmer ?

seconde question, je ne possède pas de kit d'entretient a proprement dit, que puis je acheter comme huile pour entretenir ma lame ? et s cette huile est spéciale avez vous une idée d'ou je pourrais la trouver ? je suis dans la région de bordeaux.

En tout cas merci pour toutes les informations que j'ai pu trouver grace a vous, je dois avouer que moi qui ne prtique pas et qui ai toujours voulu des sabre pour leur beauté et leur symbolique je suis de plus en plus tenter de touché du bout des doigt votre art.

Une dernière question qui n'as rien a voir, je suis photographe et mon rêve a toujours été de faire un reportage photo sur la conception d'un sabre (un pour moi si possible), pensez vous qu'un forgeron japonai accepterai la présence humble et discrète d'un photographe ? 8O

Merci encore.

skydiver
09/01/2007, 23h09
A mon humble avis possible mais pas évident.
Le problème majeur si acceptation: la durée de conception d'un véritable katana. Tu devras être patient et rester longtemps au Japon.

ANGAKOK
09/01/2007, 23h22
Bonjour,

Pour la technique de la cale c'est très simple; enserrer la lame dans un étau après avoir pris toutes les précautions nécessaires pour ne pas rayer la lame, prendre une cale en bois l'envelopper de tissu, le poser sur la tsuba contre le habaki et à l'aide d'un maillet ou d'un marteau taper sur la cale en alternant les cotés à chaque mouvement de recul:

http://img466.imageshack.us/img466/4878/img3249er7.th.jpg (http://img466.imageshack.us/my.php?image=img3249er7.jpg)

je n'ai pas mis le chiffon pour rendre la photo plus lisible.

Pour le kit d'entretien, des mouchoirs en papier non parfumés et blancs, de l'huile de vaseline pure, de l'alcool à 90° pour le nettoyage de la lame suffisent.

Pour le reportage photo, il faudra d'abord convaincre le forgeron et ils ne sont guère enclins à révéler leurs secrets et comme l'a dit Skydiver, sachant qu'un forgeron ne peut forger que 2 lames par mois, t'armer de patience.

elixzoran
09/01/2007, 23h32
Mille merci pour ces précision précieuse, merci pour la photo angakok qui me permet de voir que j'avais mal compris, j'ai assez peur de mettre ma lame dans un étau même protéger mais je vais essayer demain, merci aussi pour les détails sur l'huile. :roll:

Quand a la patience pour la confection d'un katana, pour un photographe la patience est un plaisir donc pas de soucis mais aurais tu un ordre d'idée ? cela se chiffre en semaines, en mois ?

En tout cas merci vraiment, vous etes, dans ce monde ou l'on a du mal a trouver encore des gens de valeur et qui connaisse et respecte ces valeurs, des personnes qui semble douée de respect et bien d'autre art de vivre trop souvent oublier, et en dehors des informations précieuse eh bien ca fait plaisir ... :oops:

Mastergurt
25/09/2011, 16h23
c est pas normal j ai un fudoshin et c est justement parce que c est un fudoshin que les éléments restent bloqués.
ce sujet a 5 ans cela n a pas évolué: en fait les seppas (et souvent la tsuba) dans ce genre de katanas premiers prix sont assemblés tel quel sur le sabre. Ils ont des seppas et des tsubas et des habaki mais au lieu de les adapter à la soie, de les limer un peu, les ouvriers assemblent ça en force. C est aussi pour ça que Fudoshin puisse proposer des katanes forgés à ce prix. Même chose pour les meguki (les petites chevilles en bambou) le mekugi-nuki traditionnel n étaient pas suffisant j ai du aller chercher un marteaux et une pointe pour pouvoir les enlever...
Normalement ces élements doivent glisser aisement de la soie au démontage .