PDA

Afficher la version complète : Les pérégrinations culinaires de Heiho et TB



Pages : [1] 2 3 4 5 6 7

TB
05/10/2006, 16h00
_Sommaire_

Kirara, rue des Moulins, Paris
Aki, rue Sainte Anne, Paris
Higuma, rue Sainte Anne, Paris
Matsuda, rue Saint Roch, Paris
Zen, rue de l'Échelle, Paris
Jûjiya, rue Sainte Anne, Paris
Kintaro, rue Saint Augustin, Paris
Shun, rue Bachelier, Toulouse
You, rue Sainte Anne, Paris
Korin, rue Sainte Anne, Paris
Takara, rue Molière, Paris
Sapporo, rue Sainte Anne, Paris
Mangetsu, rue de la Fourche, Bruxelles
Yakiniku, rue Sainte Anne, Paris
Naoko, rue des Abesses, Paris
Lai Lai Ken, rue Sainte Anne, Paris
Kadoya, rue Sainte Anne, Paris
Miyoshi, rue Danielle Casanova, Paris
Higuma/Edokko, rue Saint Honoré, Paris
Sapporo, 276 rue Saint Honoré, Paris
Fast Don, 53 rue des Petits Champs, Paris
Minamoto Kicchoan, 17 place de la Madeleine, Paris
____________________

Profitant de la proximité de notre lieu de travail parisien avec le quartier vaguement japonais et indubitablement dispendieux de la rue Sainte Anne, Heiho et votre serviteur sacrifient leur pause de midi pour aller défricher les restaurants prétendument nippons de la ville des lumières et des crottes de chien...

Au banc d'essai ce jour : Kirara, une minuscule échoppe de la rue des Moulins (en face du passage de Choiseul). Nous n'avons pas le numéro, on ne la trouve même pas dans les pages jaunes, mais on ne peut rater sa devanture bleue maritime et son enseigne en forme de poisson.

C'est un restaurant aussi petit que familial, dont le personnel est garanti 100% japonais de père en fils. (Nous n'avons pas enquêté sur les liens familiaux susceptibles d'unir le patron à la serveuse mais il est manifeste qu'elle parle japonais incommensurablement mieux qu'elle ne comprend mon français.) Au rez-de-chaussée se trouve le comptoir d'une demi-douzaine de tabourets et au premier les tables pour une dizaine de convives au grand maximum.

Le Kirara est spécialisé dans le sushi et autres sashimi, pratique des tarifs assez peu économiques, mais avec l'intention affichée de servir du vrai, du très bon, du nippon. Inutile de réclamer la « sauce sucrée », on n'est pas chez les sino-pakistanais ici. J'ai choisi un tako-su (poulpe mariné avec des algues) suivi d'un unagi-don (anguille grillée sur bol de riz). C'était plutôt bon et exotique par rapport au menu habituel des restaurants dits japonais. La soupe au miso était sans intérêt particulier mais c'est comme les baguettes et les serviettes, on est toujours content de l'avoir. Pour finir j'ai poussé avec un gâteau à la pâte de haricot rouge, sans grand intérêt gustatif lui non plus, on est pas chez Toraya. De même, on peut terminer par une glace au thé vert que mon camarade Heiho commentera plus en détail, mais il ne s'agit probablement pas d'une glace maison. Les menus incluent un thé vert, vraiment vert avec le thé au fond du pot et une amertume modérée.

Nous en fûmes pour un peu plus de trente euros par tête, en comptant les boissons. En somme, le Kirara est un tout petit restaurant à sushi aussi japonais que possible, mais avec des prix parisiens hélas.

Pour qui ? Pour quoi ?

Pour des amateurs de poissons et autres spécialités de la mer ne renaclant pas à débourser pour un petit peu de fraîcheur et d'originalité en plus. Si vous allez au Kirara, ne vous cantonnez pas à votre assortiment de sushi habituel, essayez plutôt, à la carte, des plats qu'on ne vous propose pas ailleurs. Si vous ne voulez pas trop dépenser, dîtes vous que vous pourrez toujours aller vous taper un grec-frites quelque part après une petite dégustation ici — n'est-ce pas là une approche typiquement japonaise du rapport gustation / addition ?

watanabe
05/10/2006, 16h34
Bonne initiative que ce compte rendu des resto japonais!
Merci à vous deux! :D

tk2003
05/10/2006, 16h49
Salut.

Effectivement TB, d'ailleurs j'avais déjà signalé ce restaurant lors de son ouverture à l'époque :

http://www.lejapon.org/forum/threads/402-Restaurent-japonais-a-paris

asagiri
05/10/2006, 16h52
bonjour

avant c`etait un autre resto ,j`ai oublie le nom ,mais c`etait pas cher , il y faisaient du Nabe pas mal, c`etait un peu sombre et il y avait un drole de chien croise avec un Tosa , qui venait a cote de vous en esperant qu`on lui donne un morceau

cela etant merci レガpour l`info

Heiho
06/10/2006, 18h55
...ne vous cantonnez pas à votre assortiment de sushi habituel...
C'est pourtant ce que j'ai fais :wink: , et je ne le regrette aucunement, car au delà de la qualité bien supérieure des poissons que l'on retrouve habituellement comme le saumon, daurade, et autre thon rouge, j'ai particulièrement aimé la sèche et les noix de saint jacques.
Tous cela servi avec une bol de riz (en sus) et relevé d'un Wasabi digne de ce nom: heureusement qu'en tant qu'alcoolique chronique, j'ai au préalable et comme à l'accoutumé pris soin de commander une Kirin excessivement fraîche.
J'ai finis cette agape par une glace au thé vert (une peu trop congelée) et qui n'avait pas le crémeux de celles que l'on déguste à Kyoto.

En remerciant vivement TB cet incomparable gourmet de m'avoir choisi comme cobaye.

Heiho...

tcha
07/10/2006, 19h00
Je reconnais là le professionalisme de TB grand spécilaliste du...j'ai testé pour vous
Pour l'avoir eu plusieurs fois à ma table je puis vous dire que son oeil critique est impitoyable !
une référence en la matière
Bonne initiative à poursuivre par tous.
Heiho nous n'avons pas encore eu le plaisir de nous rencontrer autour d'une Sapporo mais je ne doute pas que ce jour viendra.

Bonne recherche gustative

TB
08/10/2006, 21h53
Vous vous faites hélas rare à ma table, maistre Tcha. J'ai gardé le meilleur souvenir de notre première rencontre, avec Tampopo, à l'incomparable salon de thé de la rue gracieuse, près de la place Monge, lieu que j'ai découvert sur votre généreuse invitation. Vous aviez choisi dans la carte d'une demi-douzaine de pages un thé au jasmin à infusion tiède et longue ; j'avais été enchanté par un thé à infusion courte et brûlante (celle où l'on noie la théïère elle même dans l'eau chaude (http://www-rocq.inria.fr/syndex/iwl.html#gongfucha)), dont l'arôme rappelait subtilement... le chocolat !

keya
21/10/2006, 11h51
Hier soir, à l'occasion d'une soirée, je me suis offert ce resto. L'accueil a été sympatique, en effet, d'autant plus que le resto est, je suppose, nouveau. Il est vrai, petit, familial et cie.

Comme le rapportent le témoignages ci-dessous, les poissons sont effectivement frais. Cependant, le rapport qualité/prix est, à mon avis, un peu trop juste. Ce n'est pas le meilleur des sushis que j'ai pu apprécier en France (pour le moment, le meilleur en France est à Aix ou Séville dans le contexte continental, et celui au Japon est à Yotsuya). La soupe est bonne, mais sur la base d'un produit industriel (on le sens…), peu digne d'un resto spécialité sushi.

Je remarque aussi une certaine maladroiteté dans la présentation du plat en bateau : trop de décorativisme gratuit par le remplissage de persils, lequel est à l'opposé de l'art de table à la japonaise. Celui-ci est d'autant plus critiquable puisque ce n'est pas la carence des produits, problème majeur dans la restauration japonaise en France, mais l'esprit de cuisiner qui est en jeu. Une telle tendance baroque s'entrevoit dans quelques pièces de sushi, rempli de graine de sésame, ou de makis composites, qui ne méritent pas, à mon sens, un applaudissement spontané.

Quant aux tempura, ils sont caractérisés par la monotonie : seulement quelques baignets de crevette. J'aurais préféré 2 baignets de grande crevette (je les ai déjà vu en France), avec quelques baignets de légumes de saison. C'est ces derniers qui devrait donner harmonie tant gustative que visuelle au plat de tempuras (pour l'effet visuel faudrait-il un autre élément de plus, normalement). L'état de cuisson n'est pas très professionnel (peut-être ne pratique-t-il pas la règle d'or, à savoir de tremper les ingrédients dans le "bain glacé" ou le choix de farine ou la dosage de farine-eau, tous liés à une cuisson optimale, ne sont-ils pas mis au point ?).

L'entrée salade (avec une classique sauce huile de sémame-vinaigre-sauce de soja) ou haricots cuits restent des éléments hétérogènes par rapport à l'ensemble. Il me semble que dans la carte, il n'y avait pas de ouf à la vapeur en bol de thé (chawan-mushi), item indispensable à un quelconque restaurant de sushi. Porte-fauille déjà vide, je n'ai pas prix de dessert.

Vue le prix pratiqué, en conséquence de quoi, je ne retournerais pas dans ce resto…

keya, à la recherche d'un resto japonais

asagiri
21/10/2006, 12h23
bonjour

Sushi Ya
12 rue Pradier 75019 Paris


et

okonomiyaki à Paris !
Ouvert depuis à peine deux semaines, le restaurant Aki propose pour la première fois à Paris une carte d'okonomiyaki, ces galettes nippones à base de farine de fourrées de chou, de viandes, ou de fruits de mer... dont les Japonais raffolent ! L'okonomiyaki est en effet un plat très populaire dans l'Archipel, une recette typique d'Osaka et d'Hiroshima à déguster en famille ou entre amis.
Sur la carte d'Aki : des okonomiyaki au porc, aux crevettes, au calamar, aux asperges (environ 12 euros le menu avec soupe miso et salade), que le chef cuisine devant vous sur un teppan (plaque chauffante). Regardez-le disposer le chou râpé, les ignames et la garniture, avant d'ajouter à la galette obtenue des copeaux de bonite séchée, de la sauce sucré otafuku, de la mayonnaise et le gingembre. Comptez environ 15 minutes de préparation en fonction du nombre de clients (70 couverts sur 2 étages).
Et si vous n'êtes pas mordu des galettes japonaises, Aki propose aussi des nouilles soba (menu à 12 euros environ avec soba, porc pané tonkatsu, légumes, riz, poulet), des domburimono (bol de riz accompagné de porc, de poulet...), et divers plats à base de curry.
Aki, 11 bis rue Sainte-Anne
Paris 1er.
01 42 97 54 27

je viens de recevoir l`info , je n`y suis pas encore alle

Sushiya le patron.

http://img137.imageshack.us/img137/9094/138237nb4.jpg

TB
31/10/2006, 16h26
Profitant du laxisme scandaleux de leur employeur et d'une pause déjeuner nuisant gravement à la productivité de la France, Heiho et TB s'en sont retourné rue Sainte Anne pour boulotter nippon. N'écoutant que leur courage et leur intuition ils ont opté tout à fait par hasard et sans même avoir lu le ci-devant message de maistre Asagiri pour le restaurant Aki, alléchés par la perspective de se taper — devinez quoi — un okonomiyaki.

Aki est un établissement pimpant et relativement grand, les okonomiyaki étant sis en son vaste et clair sous-sol. Les deux préposés, magnifiques dans leur costume immaculé, officient au comptoir tandis que de gentilles donzelles aux yeux en amandes s'empressent de vous servir (la notre était du signe de la cochonne dans le calendrier chinois...).

L'okonomiyaki est une sorte de bouillie de plein de trucs en partie indéfinissables pour un occidental de surcroit peu exercé à l'art culinaire. Une fois cuit cela ressemble à une mini-pizza, une gallette super-complète, une sorte de gratin de quiche en sauce ou une tartiflette bretonne, allez savoir. L'okonomiyaki est un plat rustique, riche et goûtu, qui vous cale un ventre de prolétaire pour la demi-journée.

Le menu de base : soupe miso, salade, okonomiyaki aux lamelles de porc est à 12,50 euros. Attention, Aki ne prend pas la carte bleu — un très mauvais point pour moi (les chèques sont acceptés cependant).

Pour qui ? Pour quoi ?

Pour qui veut manger des okonomiyaki pardi ! Et si vous n'aimez pas, il y a bien d'autres choses sur la carte (nouilles, curry, etc.).

Heiho
31/10/2006, 21h01
Sincérement heureux d'avoir, ne serait ce que pour le déjeuner, pu jouir du faste que m'offrait à nouveau TB, je profitais une fois assis à sa table pour faire bombance.


La Wafu Salade: Salade (bin quoi c est vrai) composée à la mode japonaise dont le pêle-mêle bigarré des couleurs n'a d'égal que la richesse de sa saveur.

http://img304.imageshack.us/img304/7734/wafusaladefx7.jpg

L'Ohitashi: Retaille d'épinard déposée sur une flaque de sauce de soja.

http://img506.imageshack.us/img506/6445/ohitashigs7.jpg


L'okonomiyaki est une sorte de bouillie de plein de trucs en partie indéfinissables pour un occidental de surcroit peu exercé à l'art culinaire. Une fois cuit cela ressemble à une mini-pizza, une gallette super-complète, une sorte de gratin de quiche en sauce ou une tartiflette bretonne, allez savoir. L'okonomiyaki est un plat rustique, riche et goûtu, qui vous cale un ventre de prolétaire pour la demi-journée.

Tout est dit !

http://img406.imageshack.us/img406/4666/okonomiyakift6.jpg


Attention aux amoureux de sucreries et autres desserts nippon car vous n'en trouverez chez AKI !

TB
24/11/2006, 17h15
N'écoutant que leur témérité et leur estomac, Heiho et TB délaissent à nouveau la quiétude douillette de leur entreprise bien aimée pour s'aventurer sous la pluie dans le quartier du péril jaune et des bols de nouilles (ils n'ont donc pas des nouilles de couards). Mais où vont-ils encore se fourrer ? Tiens, pourquoi pas chez Higuma.

Higuma, au 32 bis de la rue Sainte-Anne, est une enseigne bien connue des nippophages parisiens. Les avis sont partagés entre ceux qui détestent et trouvent que « c'est une cantine » et ceux qui adorent et trouvent plutôt que « c'est une cantine ». On y sert principalement des ramen et des donburi, et parfois des choses inattendues comme du kimchi (un plat coréen à base de chou). Je me demande si la réputation de Higuma n'est pas due à une implantation relativement ancienne, c'est à dire remontant à une époque où les restaurants japonais servant autre chose que du sushi étaient encore plus rares. Le cadre n'est pas très ravissant, mais le nombre de places est plus élevé qu'il n'y parait grâce à deux salles attenantes. Les cartes bancaires sont acceptées à partir de 23 euros.

J'ai pris un menu shôyu ramen et gyôza (les divers menus oscillent entre 9 et 12 euros) et un... flûte, je n'ai pas mémorisé le nom (trop de « y » d'un coup), enfin c'était du tofu avec des copeaux de poisson séché et de la ciboulette. Je ne suis pas très enthousiaste pour la cuisine de Higuma. On a mangé correctement mais vraiment sans plus. Les ramen ne sont pas beaucoup mieux que ce que j'arrive à faire moi-même, ce qui ne saurait passer pour un compliment. Finalement, la meilleure description de ce restaurant qui me vienne à l'esprit est : « c'est une cantine ».

Avis aux amateurs de bière : Higuma ne sert que de l'Asahi. Mais à quelques pas d'ici, à l'angle de la rue des Petits Champs et de la rue Méhul, le Ventadour sert de la Kirin à la pression !

Pour qui ? Pour quoi ?

Pour manger des ramen, en attendant de trouver une meilleure adresse s'il s'en présente. Ou pour revenir essayer les donburi, mais en tout cas pas pour faire un repas japonais mémorable. Comme dirait les journalistes professionnels : « Higuma, c'est nippon ni mauvais » (source : Mille et un calembour pour la presse, ed. Feignasse et Fils).

Heiho
24/11/2006, 23h08
et un... flûte, je n'ai pas mémorisé le nom (trop de « y » d'un coup),
Yiyayako :wink:

Je me suis laissé également tenter par un Yiyayako, accompagné d'un Chasyu-Negi Ce sont des tranches de porc grillées sur lesquelles sont posées de la paille de poireaux arrosée de sauce d'huîtres.

J'ai trouvé cela un tantinet salé. La bière elle, égale à elle-même était parfaite !

http://img461.imageshack.us/img461/8093/tbhrestoaki011vb2.jpg
http://img461.imageshack.us/img461/1707/tbhrestoaki012vj7.jpg
Je partage le sentiment de mon ami TB le restaurant "Higuma" reste un resto correct qualité/prix mais le p'tit truc en plus n'y était pas !


A suivre...

CapRay
25/11/2006, 01h49
Hiyayako ?

Lequel des deux écoutent-ils d'abord lors de ces sorties, leur témérité ou leur estomac ?...

:roll:

kuritsuko
25/11/2006, 09h24
Peut-être leur bonne humeur et leur sympathie.

En lisant vos aventures culinaires, j'ai l'eau à la bouche et une forte envie de partager encore un repas avec vous.

Au plaisir de vous revoir Heiho et TB.

burisu
26/11/2006, 11h25
mille merci pour votre initiative, j'espere que vous arriverez a tous les faire avant que le portefeuille ne soit vide...
on devrait faire la meme chose a bruxelles... je suis partant pour le repas, mais pas pour la redaction du compte rendu :wink:

TB
26/11/2006, 21h40
Nous espérons secrètement que les restaurateurs, impressionnés par le pouvoir prescripteur grandissant de nos critiques, finissent par nous offrir le repas (et le digestif, merci).

TB
15/12/2006, 17h13
Profitant de l'excessive bienveillance de leur hiérarchie à l'approche des fêtes, Heiho et TB se sont rendus une fois de plus du côté de l'Opéra, dans ce quartier de débauche saturé d'employés de banque à l'air louche et de nymphettes asiatiques à l'air facile, pour s'y goberger honteusement. Plusieurs incidents ont cependant émaillé la descente des deux compères dans les bas-fonds. D'abord Heiho est arrivé en retard, occupé qu'il était à conclure l'un de ces petits trafics inavouables qui lui permettent de maintenir ce train de vie scandaleux que son emploi honnête ne saurait suffire à justifier (en l'occurence il s'agissait d'expédier au Japon du nougat de Montélimar et du savon de Marseille importés de Turquie en échange de figurines Gundam et de poupées gonflables Ayanami Rei fabriquées à Taiwan). De plus, ils ont été rejoints par TK2003 qui a su rapidement décourager les convives du beau sexe que les deux autres zouaves étaient parvenus a entrainer dans ces lieux de perdition. Que de temps perdu à errer, oisifs, dans ces rues sinistres où les vitrines crasseuses des bijoutiers suintent la misère autant que celles des couturiers dégoulinent de vulgarité plébienne.

C'est ainsi que nous nous sommes rabattus sur le Matsuda, au 19 de la rue Saint Roch, lequel avait déjà eu les honneurs d'une très officielle soirée du japon.org il y a quelques temps. À l'époque, je n'avais pas été particulièrement emballé par ce restaurant qui propose principalement des assortiments de sushi. Il se trouve que nous avons commandé sans concertation un chirashi « standard », un « supérieur » et un « nouvelle façon ». Le chirashi est un bol de riz vinaigré recouvert de tranches de poisson. C'est souvent la formule la plus nourrissante pour le prix dans ce type de restaurant. Le « standard », commandé par TK2003, est inclu dans un menu avec de la soupe miso et un thé brun. Il faut passer au « supérieur », comme l'a fait Heiho, pour avoir droit aux délicatesses indispensables que sont l'anguille, le thon gras et quelques pièces moins fréquentes que le sempiternel saumon (ne croyez pas que je m'en lasse). Si j'iti toi, j'y prend l'supirieur sans ziziter. Le chirashi « nouvelle façon » est comme une salade de poisson, de concombre et d'omelette avec une sauce mal identifiée. Je ne trouve pas que ce soit une formule de gourmet, car cela masque les nuances et les particularités des ingrédients (c'est le principe même des salades...). Cependant, la surprise causée par ce plat valait bien d'en faire l'essai. Quand on ajoute à cela qu'il nous a été servi en guise d'apéritif des tranches de racines de lotus bien relevées, je ne peux que revenir sur l'impression initiale de banalité que m'avait laissé le Matsuda.

Pour ceux que cela préoccupe, on y sert indifférement de l'Asahi et de la Kirin. Les cartes bleues sont acceptées, les prix sont raisonnables eu égard au lieu et aux prestations.

Pour qui ? Pour quoi ?

Pour manger du poisson cru de bonne qualité quand les sushiya plus raffinées sont pleins ou que les convives sont nombreux, en commandant de préférence quelque chose d'un peu moins évident que ce que propose tous les « restaurants japonais » chinois.

asagiri
15/12/2006, 17h24
bonsoir

j`etais a l`ombre des pyamides ,en attendant ces chers Go et Miyo :wink:

tk2003
15/12/2006, 18h38
Cher TB, je comprends ta critique et je reste un grand admirateur de ta plume... J'en redemande ! :P

PS : Bientôt des photos...

Heiho
15/12/2006, 23h35
Bonsoir,

Pour commencer toutes mes excuses pour ce petit 1/4 d'heure de retard,
Ensuite comme vous avez pu le consater nous devions TB-San et moi-même avoir en "Guest" un très populaire mais néamoins contreversé membre qui n'est autre que le cruel "El Dictator" alias TK2003.
Mais nous aurions dû avoir à notre table le plus fameux Kitsuné du forum autant apprècié que discret j'ai nommé ASAGIRI-San.
(Je ne comprends pas comment tu as pu ne pas les remarquer)
Quelle déception vraiment, nous étions exités tels des adolecents limite pré-pubère attendant la viste des coulisses d'un concert de Kyo...
Ce n'est que partie remise ASAGIRI-San !

Sinon voici comme toujours quelques photos :arrow:

http://img322.imageshack.us/img322/2407/groupenblx7.jpg

Et ce qu'ils ont mangé :arrow:

http://img322.imageshack.us/img322/7673/misosoupecu4.jpg http://img322.imageshack.us/img322/8972/racinedelotusny2.jpg
http://img342.imageshack.us/img342/690/chirashistandardax9.jpg http://img342.imageshack.us/img342/188/chirashisuperieurfk9.jpg
http://img342.imageshack.us/img342/4154/chirashinflg7.jpg voilà qui est fait !

J'ai particulièment apprécié les racines de lotus c'était divin, et comme c'était un peu "Hot" pour mon fragile estomac, devinez ce que j'ai pris pour calmer le feu qui me brûlait la bouche :?:

tcha
16/12/2006, 11h12
Mais comment faire pour parvenir à faire partie de votre tablée!!!!
Vous êtes des nantis ou des rentiers pour pouvoir aller au resto le midi en pleine semaine!!!!!!

sniffffffff

Heiho
16/12/2006, 11h56
Mais comment faire pour parvenir à faire partie de votre tablée!!!!


Lire ses MP :wink:

Novitche
16/12/2006, 12h13
L'estomac dans les talons; nul doute que l'envie me presse de monter m'encanailler à la capital afin affirmer ainsi mon role de cinquieme roue du carosse... Il me reste un peu moins de 30 jours pour jouer la quintescence parmis vous car apres je pars 3 mois au pays du dragon : le Vietnam. Aussi n'hésitez pas à me tenir au courant par MP (que je lis moi) histoire de prévenir qui de droit pour me loger quelques jours. Sauf bien sur si vous tenez absolument à me garder dormir, comme dans cette émission sur la cinquieme (encore le chiffre 5 !!!).

J'ai appris à manger en faisant du bruit aussi vous ne devriez pas avoir trop honte de moi dans ces bas fond pyramidaux ( 4 coins + 1 sommet = 5).

asagiri
16/12/2006, 12h57
bonjour

non ,non, le midi les restos de la rue st anne et environs on des formules entre 10 et 15 euro, par contre il y a du monde , et meme la queue assez importante sur le trottoir , comme j`ai vu vendreddi 15 devant chez kunitoraya , un grand nombre de ``non japonais``qui on compris que au lieu
de se dechirer les tripes chio(u) wo yaburu :lol: avec des ``aliments`` industriels avales debout dans , les courants d`air , ou assis sur une borne en beton , au ras des pots d`echapements , se gardant des assauts d`odieux colombides generateurs de stress , il fallait mieux deguster un bon oyako don par ex ou un chirashi comme dans cette sympathique image ou je ne figure pas (wink) ,dans une atmosphere conviviale et animee

tk2003
16/12/2006, 13h04
Merci Heiho pour ces photos et en particulier la première qui à mon sens reflète bien de l'ambiance qu'il y avait...
Quel talent ! 8)

zzozzo
28/12/2006, 11h31
hier soir et après vous avoir lu :) j'ai emmené mon cher et tendre chez Kirara et nous nous sommes régalés, les poissons, wasabi et thé etaient vraiment succulents, l'accueil très convivial, les tempuras et carpaccio de mon chéri délicieux. Merci merci

TB
03/01/2007, 23h11
Point de pérégrination en cette première semaine de l'an de grâce 2007, Heiho et TB jeûnent en récitant des soutras et méditent sur la vanité de toute chose en ce bas monde. Les bonnes résolutions ne durant qu'une semaine, ils seront bien sûr présent à la prochaine soirée du site pour se taper la cloche avec un appétit redoublé.

http://perso.orange.fr/orbite/temp/zen_gyuudon.jpg

À propos de soirée parisienne, j'inscris dans nos tablettes le restaurant le Zen, 8 rue de l'Échelle, 75001 Paris, métro Pyramides, où s'était tenue la précédente. Le Zen est un restaurant japonais vraiment japonais avec un comptoir a sushi, des ramen, des donburi et du curry. Ne vous laissez pas impressionner par le décor « vachement dix-ânes », blanc et un peu froid : les tarifs sont tout à fait normaux pour ce type de restaurant dans le quartier (c'est à dire des plats dans la fourchette dix-quinze euros). Il est à noter que contrairement à notre impression lors de la soirée, le service est généralement efficace. De plus, le Zen est ouvert le dimanche, pour le plus grand régal des gens qui n'ont pas fait les courses le samedi...

http://perso.orange.fr/orbite/temp/zen_glace.jpg

J'y suis retourné plusieurs fois et je trouve la cuisine décidément très bonne (je n'ai pas encore essayé les sushi). De passage avec un camarade bec-sucré, celui-ci a eu la bonne idée de s'enquérir d'éventuels desserts. Ô surprise, le Zen a une carte des desserts ! Entre autres choses on y trouve des glaces (thé vert, sésame, etc.), et de la salade de fruits frais. Japonais ou pas, tous les restaurants devraient permettre de finir le repas par des fruits.

http://perso.orange.fr/orbite/temp/zen_fruits.jpg

Pour qui ? Pour quoi ?

Pour des soirées à plusieurs, car la salle est assez grande comparée à la plupart des gargotes japonaises du quartier, et parce que la variété des plats servis permet à chaque convive de trouver quelque chose à son goût. Où bien comme ça, sans raison, juste parce qu'on a la dalle en pente et la bave aux lèvres en pensant « yakinikudon ».

http://perso.orange.fr/orbite/temp/zen_yakinikudon.jpg

TB
05/01/2007, 22h49
Ils vous ont menti ! Loin d'avoir fait retraite dans quelque congrégation bouddhique ou l'ascèse et la prière auraient atténué quelque peu la noirceur de leur karma, les Dupont et Dupond de la gastronomie nippone à Paris sont retournés, impénitents, dans la rue Sainte Anne (« Ne les vois tu pas venir ? — Non, mon ignare enfant, car vous me confondez avec "sœur Anne" »). Et comme nous entrons dans l'année du porc, ils se sont crus autorisés à se goinfrer de même, sous l'œil désolé de Keya. Pauvre France, toi dont le nom était autrefois synonyme de courtoisie et de raffinement, où donc se sont envolées tes exquises manières de table ?

http://perso.orange.fr/orbite/temp/juujiya_comptoir1.jpg

C'est sur Jûji-ya, le bouffe-vite japonais du 46 de la rue Sainte Anne, que nous avons cette fois jeté notre dévolu (garanti incassable). Jûji-ya est un établissement à part : on y trouve à la fois un rayon épicerie, des livres et des cassettes au premier étage, un tout petit nombre de places assises (voire debout...) et un comptoir-cuisine hyperactif où le chaland affamé trépigne brièvement avant de ressortir avec son bentô. Car c'est là la caractéristique la plus saillante de la boutique : le pique-nique japonais. Laissez-moi vous dire que les qualités gustatives et roboratives des bentô que l'on vend ici laissent loin derrière le pauvre sandwich jambon-emmental hors de prix commun à toutes les boulangeries parisiennes (et tout autant le thon-crudité nordique mou et dégoulinant si c'est cela votre pitance habituelle en situation nomade — vous avez des goûts douteux mon petit). Ah ! Qu'est-ce qu'on a bien bouffé ! Dans mon assortiment « moyen modèle » il y avait : du porc pané, de l'omelette, du saumon grillé, des boulettes de poulet, quatre ou cinq salades de légumes et autres algues, et une bonne portion de riz. On a aussi pris des boulettes comme on en fait à Ôsaka, avec la même sauce que sur les okonomiyaki. Le yakuza en chemise bigarrée n'est pas fourni cependant.

http://perso.orange.fr/orbite/temp/juujiya_tb.jpg

La plupart des bentô sont entre neuf et quinze euros. Jûji-ya accepte la carte bleue, mais seulement à partir de seize euros... Le rayon épicerie permet de boire des choses improbables ailleurs, tel le Pocari Sweat (si vous y tenez vraiment).

http://perso.orange.fr/orbite/temp/juujiya_keya.jpg

Pour qui ? Pour quoi ?

http://perso.orange.fr/orbite/temp/juujiya_comptoir2.jpg

Si vous souhaitez manger sur place, il vaut mieux y aller tout seul car le petit espace dévolu aux consommateurs est généralement plein comme un œuf, cela d'autant plus que les gens qui travaillent dans le quartier, même sans inclination particulière pour la culture japonaise, ont depuis longtemps repéré la bonne adresse. À deux on trouve encore à se placer. À trois comme nous l'avons fait aujourd'hui, cela devient difficile. En revanche, Jûji-ya se consacrant principalement à la nourriture à emporter, c'est le fournisseur idéal des piques-niques de toute taille. Il y a quelques années avait ainsi eu lieu un déjeuner lejapon.org au Palais Royal tout proche. Une idée à reprendre à la belle saison !

http://perso.orange.fr/orbite/temp/juujiya_heiho.jpg

Pour quoi ? En plus de l'aspect commode (rapidité, emportabilité) et du bon rapport qualité * quantité / prix, la cuisine de Jûji-ya est une expérience originale dans le contexte parisien. Cerise sur le gâteau, une petite télévision vous serinera du enka pendant que vous ferez la queue, et plus si vous mangez sur place. C'est peut-être le secret de Jûji-ya pour que le consommateur n'accapare pas sa place trop longtemps.

http://perso.orange.fr/orbite/temp/juujiya_onigiri.jpg

Heiho
05/01/2007, 23h42
Nous avions le privilège d'avoir avec nous comme invité, le trop occupé , Keya, je te remercie d'avoir pris le temps de venir te joindre à nous pour ce moment qui fut nous n'en doutez plus, exquis !

"Les boulettes de poulet"

http://img296.imageshack.us/img296/1416/boulettenq8.jpg


TB[/color]](...)On a aussi pris des boulettes comme on en fait à Ôsaka (...) Le yakuza en chemise bigarrée n'est pas fourni cependant. je ne vois pas du tout de qui tu parles :wink:

"Takoyaki"
http://img158.imageshack.us/img158/5980/bouletteosakamr1.jpg http://img296.imageshack.us/img296/6805/otakupa8.jpg

Après ces quelques jours de pénitence et comme si je pouvais racheter quelques peu la noirceur de mon âme, je me suis laisser tenter par un assortiment végétarien 8O ou l'on trouvait, haricots verts aus graines de sésames (écrasées) des navets en lamelle (Kiriboshi-Daikon)un peu relevés, s'y touvaient également, de toutes petites algues Hijiki (Keya corrige moi si nécessaire :oops: ) excellentes, une sorte d'aubergine coupée en deux et garnis d'un je-ne-sais-quoi de fameux ! Il y avait aussi des petites nouilles froides.
Et comme l'a dit TB la portion était tout à fait digne de nous.

http://img441.imageshack.us/img441/310/tbkeyaetmoicourtekb0.jpg
Un très bon point pour ce restaurant/boutique/librairie qui au premier regard n'inspire pas grand chose.
En vous disant à "Bento"

Edit: Corrections faites !