PDA

Afficher la version complète : Enseignement au Japon - Enseigner au Japon



ced77
11/09/2006, 17h48
Bonjour à tous,

Je ne suis pas certain que cette partie du forum concerne le travail au Japon, si ce n'est pas le cas, je m'en excuse auprès des modérateurs.

J'ai donc une petite question concernant l'enseignement au Japon.

D'après ce que j'ai pu lire le job de professeur de français est en vogue auprès des jeunes expatriés. (apparemment un diplôme de Français Langue Etrangère n'est pas toujours nécessaire).

En ce qui me concerne, je ne pense pas que cela soit une bonne idée car je n'ai jamais enseigné le français et je pense que cela demande plus de compétences que le simple fait d'être français.

Je me demandais donc si des sections de langue française d'universités ou certains instituts de langue et culture française pouvaient faire appel à des francais (diplomés dans ces domaines ) pour enseigner des matières spécifiques telles que l'histoire de France ou le droit français par exemple.

J'aurais donc souhaité avoir votre avis sur la question.

Je vous remercie

zarkis
11/09/2006, 18h05
Si tu n'as pas de diplome de prof d'histoire où de droit français, je pense que tu peux autant prétendre enseigner ces matières en France qu'au Japon, c'est à dire pas dutout.

De plus je doute que le programme des Japonais est une matière spécifique concernant la France, à part l'apprentissage de langue, mais cela ne doit pas être la majorité des japonais.

Peut-être que je me trompe, atendons l'avis des autres.

ced77
11/09/2006, 18h25
je citais histoire ou droit à titre d'exemple.
Me concernant j'ai un DEA de droit privé, ce qui en théorie est suffisant en France pour s'occuper d'un cours de travaux dirigés.
J'ai eu cette idée (peut être saugrenue) après avoir donner des cours particuliers pour une boîte privée et après mêtre aperçu que l'enseignement était quelque chose qui m'intéressait.

Novitche
11/09/2006, 18h30
Mais comme de bien entendu il n'y a pas de regle dans la vie... Autant tu pourrais etre bardé de diplome et ne rien trouver, autant si tu as un dico et quelques bescherelles, un bonne tete et que tu es débrouillard tu peux te faire une clientele au black sans trop de soucis... Par contre annonce la couleur par honneteté : "non je n'ai pas de diplome, par contre je te fais le premier cours gratos (ou moins cher) et si ça te vas on travaille à 2000 yen la séance".

Pour ma part j'ai échangé des cours de français contre des cours de japonais... on ne m'a pas demandé mes diplomes mais j'en ai un peu quand meme... Je n'ai donc pas gagné d'argent (quoique mes éléves se sont quotisé pour me faire des cadeaux quand meme mais bon ;) ).

skydiver
11/09/2006, 18h36
A priori, selon un de mes contacts universitaire francophone à Tôkyô, les matières que tu évoques ne sont pas enseignées au Japon en faculté et les instituts privés n'entrent pas dans de telles spécialisations.
Maintenant, il ne s'agit que d'un avis...

ced77
11/09/2006, 18h48
Ok, donc selon toi skydiver, il faudrait plutot que je classe cette idée juste comme une possibilité (en attendant de bien me renseigner) que d'en faire un objectif à tout prix. De toute façon, je me doutais bien que les possibilités seraient plus que limitées.
En ce qui concerne les postes de français, ça a quand même l'air dêtre difficile d'en trouver ? non ?

skydiver
11/09/2006, 19h54
Plutôt selon ce que l'universitaire qui m'a répondu en pense.
En faire un "objectif à tout prix" semble délicat en cas d'impasse confirmée.

Les professeurs de français (ou supposés tels...) sont effectivement nombreux dans les Ecoles privées; le marché semble bien encombré. Néanmoins si le turnover est important des places sont peut être à prendre. Cela étant dit, au niveau salaire, niveau et perspectives cela n'a plus rien à voir avec une carrière universitaire. Et enseigner le français dans ce dernier milieu requiert un haut niveau d'études en France, pour commencer.

Bon courage dans tes investigations.

keya
11/09/2006, 23h17
…les postes de français, ça a quand même l'air dêtre difficile d'en trouver ? non ?
pour ce qui est du poste titulaire dans l'enseignement supérieur, sans thèse, ce n'est pas la peine d'y songer… (auparavant j'ai exprimé mon point de vue sur ce sujet).
Par contre, dans une école privée, ce pourrait être jouable, sous certaines conditions. Avoir des expériences professionnelles en est une. Peut-être un exemple? Ce n'est pas le même cas d'espèce, il s'agit de mon prof d'anglais :

- Tutor, private school of English
- University of Aukland, Spanish proficiency A
- Cambridge University, certificae of English teaching for foreign language
- Biennale of Sydney, Marketing manager
- London Film Festival, marketing manager
- Head of Press, Marketing, London Center for film, Video and Digital arts
- Marketing Officer, Head of marketing, institute f contemporary arts, London
- Exhibition administrator
- Freelance designer, producer
- Gallery internship
- University of London, history of arts
- Institute of linguists' advanced certificate in French (class A)
- University of Aukland, BA in linguistics, Arts

Après avoir alterné les périodes professionnelles et estudiantines, il enseigne maintenant l'anglais dans une école privée. Ça lui plaît beaucoup, comme tu le dis. Puis, il était un excellent prof.

keya, ami des prof de langues

ced77
12/09/2006, 12h16
Merci à tous de vos réponses.
Je crois que je vais donc continuer mer recherches.