PDA

Afficher la version complète : Cinéma - Film - a voir : Densha Otoko



burisu
22/11/2005, 06h33
voila tout est dit dans le titre du post.
il s'agit d'une romance entre un otaku harpentant harajuku et d'une (jolie) OL qu'il aide alors qu'elle etait importunee par un salaryman ivre dans le train...
le film est recent mais je ne connais malheureusement pas le titre japonais :cry: .
ce que je peux vous dire, c'est que vous pourrez le voir en empruntant un vol sur l'asie via EVA AIR (compagnie taiwanaise)... mais bon, ca fait peut-etre un peu cher le film :lol:

la derniere fois que j'avais ete autant touche par un film c'etais pour "yomi......" aaaaaaaaaaarggg j'ai oublie le titre alors qu'il est passe a la tv il y a moins de 2 mois (au japon, je sais pas pour l'europe).
je raconte l'histoire, peut-etre que qqun l'a deja mentionne auparavant, dans ce cas je m'excuse de polluer le site avec un post inutile, j'avoue ne pas avoir fais de recherches auparavant... gomen, gomen, gomen...
c'est l'histoire de gens qui reviennent a la vie et retourne aupres des etres qui leur etaient cher: moments emouvants garantis et la scene finale lors du concert est tout bonnement inoubliable.
bonne recherche et bonne vision

ps: n'oubliez pas de rester a distance raisonnable de votre ecran afin de ne pas abimer votre vue :P

torea
22/11/2005, 07h38
trainman doit surement etre "densha otoko", inspire d'une histoire vraie et declinee en livre, film et enfin drama tele pendant l'ete dernier au japon.
le drama etait sympathique sans plus, par contre je n'ai pas vu le film..

TB
22/11/2005, 23h35
L'idée narrative qui fait fonctionner le dorama c'est que l'antihéros raconte quotidiennement ses antiexploits amoureux sur un forum d'otaku dans son genre. Les messages s'envolent au dessus du Japon nocturne comme des hanabi et l'on plonge dans l'intimité grimée de ses correspondants : l'otaku du train, de l'armée, des avions, etc. J'en passe, des plus gratinés et des plus normaux. Maintenant, j'imagine les membres du japon.org différemment (hé hé !).

Itô Misaki est ravissante comme jamais ; le défilé de jolies petites robes y est un peu pour quelque chose.