PDA

Afficher la version complète : Cursus de Japonais - débouchés des diplomes d'Inalco??



nounousa
16/09/2005, 14h08
Bonjour tout le monde,
J'ai une question qui me tient vraiment à coeur et j'attends de vous des réponses s'il vous plait, c'est vraiment important pour moi.
Voilà, je vais commencer ma première année de japonais à Inalco. Ma question est : "Qu'est ce qu'on peut faire aprés n'importe quels diplomes japonais?? Est ce qu'il y a des débouchés?? C'est facile de trouver du travail que ce soit en france ou en japon?? Est ce que les diplomes d'Inalco sont reconnus devant l'employeur??

Merci d'avance de m'aider! :D

waruiko
16/09/2005, 14h49
Salut

Le diplome que tu obtiendras en 2 ans est un Dulco, c'est un diplome d'école.
La 3ème année, tu obtiendras ta licence, là il s'agira d'un diplôme d'Etat.

Apres, à savoir s'ils sont reconnus ou non par l'employeur, moi j'en sais rien...

Ce qui pourrait être pas mal pour toi, c'est de passer le test d'aptitude en japonais.

En comparaison, je pense qu'un employeur se baserait plus sur le score de quelqu'un au TOEFL que sur ses diplômes (deug, licence, etc...). Je veux bien sur parler du niveau de langue.

nounousa
16/09/2005, 14h53
Mais quels sont les débouchés, qu'est ce que je peux faire comme travail avec ce gente de diplome??

Iriakun
16/09/2005, 21h25
La question autre dire j aime le japonais est que ce que tu souhaites faire dans ta vie ?Le japonais c est UNE langue ok mais cela ne suffit pas de loin a t ouvrir toutes les portes et de te dire "je choisirai face aux offres que j aurai"!
Avec le japonais et le FLE, tu peux jouer les profs de francais mais tout le monde veut faire ca actuellement car plus facile que de jouer les commercials au Japon....fais une liste des choses que tu aimes/aimerais faire et tu les entrecoupes avec le japonais pour voir les compatibilites.

MildSeven
20/09/2005, 07h16
Je suis dans ce cas : licence jap (inalco)+maitrise fle.

J'enseigne au Japon, mais quand mon contrat sera fini et que je devrai rentrer en France, si je n'ai pas trouvé de nouveau contrat, je ne sais pas ce que je vais faire. En plus, il faut savoir que le français intéresse de moins en moins de monde au Japon. Les gens sont plus tournés vers le chinois et le coréen. Heureusement pour nous qu'il reste quelques femmes au foyer qui n'ont rien d'autre pour se distraire...

Bref, on peut travailler au Japon de cette manière, mais de là à y faire carrière, c'est autre chose...

Et puis avec un diplôme de japonais, de l'inalco ou d'ailleurs, tu ne feras rien si tu n'as que ça. Sauf si tu vises l'aggreg ou le doctorat. Dans ce cas, tu auras des possibilités dans l'anseignement du japonais mais il ne faut pas rêver.

Personnellement, je ne conseillerai à personne de prendre japonais en tant que cursus principal. Il faut faire autre chose à coté, ou alors viser l'excellence.

Bon courage quand même.

Razgriz3
20/09/2005, 11h57
Wow, faut donc etre optimiste.
Peronnelemnt, je suis egalement en premiere année a L'inalco et je veut juste faire prof de Japonais en Lycée.
Ce n'est en fait pas mon but veritable, je voudaris etre prof de Fac en Histoire (en fait je voudrais me specialiser dans l'Histoire Mediaval: les Eres Sengoku et Tokugawa)

Ce n'est peut etre pas ce qu'il faut pour faire ce que je veut, mais j'ai quand meme l'impression que je vais me faire avoir.

Sinon, il semblerai que le Dulco ne soit pas reconnu par l'etat mais sert quand meme pour les entreprises privée, enfin c'est ce que j'ai crut comprendre.
APres, les autres diplomes comptnet comme les autres je pense.

Iriakun
20/09/2005, 13h43
Sans vouloir trop casser, je doute qu'un DULCO de japonais pour des entreprises japonaises soit plus "parlant" que le Nihongo Nôryokushiken :!:
Maintenant il est clair que je suis d'accord avec beaucoup d'autres pour affirmer que faire QUE du japonais, à moins d'être vraiment vraiment doué, amène à un emploi...

Pascal
20/09/2005, 13h46
Bonsoir!



Personnellement, je ne conseillerai à personne de prendre japonais
en tant que cursus principal. Il faut faire autre chose à coté, ou alors
viser l'excellence.


Exact, on ne le dira jamais assez. Et il ne faut pas faire quelque chos
à côté, mais quelque chose au milieu et du japonais à côté.
Sauf bien sûr en cas de vocation, voir d'obsession.



Sinon, il semblerai que le Dulco ne soit pas reconnu par l'etat mais
sert quand meme pour les entreprises privée, enfin c'est ce que j'ai
crut comprendre.


Ben j'aimerais bien savoir quelle entreprise privée, en tout cas.
Si vous ne faites que du japonais, citez moi une seule entreprise
privée qui ne vous demandera que du japonais...
Dans quel secteur? L'industrie? On vous demandera d'être d'abord
technicien ou ingénieur. L'import-export? On vous demandera de
connaître ce domaine et / ou d'en avoir l'expérience.

À part cela, si vous voulez travailler au japon, personne ici ne
connaît les diplômes français. Il est préférable de passer le
diplôme japonais niveau 1 reconnu partout ici.

Pascal

Pop-kun
20/09/2005, 15h32
Salut!!

Je remarque un pessimisme général des memebres du forum quant aux possibilités des diplômes de japonais seuls (sans rien à côté)!

Personnellement, je ne sais pas encore ce que je veux faire de mes futurs (?!) diplômes en japonais! Par contre, je me vois bien pousser très loin mes études! Pourquoi pas un doctorat et/ou un agreg??? Suis-je donc condamné au niveau des emplois ou cela correspond-il à ce que MildSeven appelle "l'excellence"?

Pour ce qui est d'être prof de japonais en France, je ne sais pas trop s'il y a beaucoup de place car j'entends assez rarement parler de lycée où il est possible de faire du japonais (1 à toulouse et 1 à Bordeaux au moins!!) ce qui signifie peu de postes!!

Va vraiment faloir que je fasse autre chose??? Etudiez d'autres langues asiatiques (chinois? coréen?) à travers d'autres diplômes de moindre importance (de type DU par exemple) m'est donc nécessaire? Sachant que je n'ai pas grand intêret pour le commerce et l'industrie et encore moins d'expériences (bon 1 peu quand même mais pas grand chose)!

MildSeven
21/09/2005, 04h24
Wow, faut donc etre optimiste.
Peronnelemnt, je suis egalement en premiere année a L'inalco et je veut juste faire prof de Japonais en Lycée.
Ce n'est en fait pas mon but veritable, je voudaris etre prof de Fac en Histoire (en fait je voudrais me specialiser dans l'Histoire Mediaval: les Eres Sengoku et Tokugawa)


Pour être prof en lycée, il faudra passer l'agreg, vu qu'il n'existe pas de CAPES en japonais. Et pour la fac, en étant doctorant (c'est à dire en train de réaliser ton doctorat), tu pourras peut-être être chargé de cours. Ensuite avec ton doctorat, si tu obtiens les certifications, tu pourras peut-être être maitre de conf, et pour être prof d'université (le statut) il y aura encore d'autre certifications à avoir, des recherches à faire, etc. Et c'est bien d'avoir des relations aussi. De toute façon t'en auras au moins pour 10 ans

Bref, si tu n'es pas un bosseur, soit tu t'y mets tout de suite, soit tu oublis et tu fais autre chose en tant que cursus principal. C'est un peu franc mais je crois que ça reflète assez bien la rélité.

Pop-kun : oui, doctorat ET agreg, les deux, seront fortement conseillés, en plus du 1-kyû, qui est le seul test reconnu par le Japon (donc, c'est mieux de l'avoir). Mais même avec ça, t'es pas sûr d'avoir du taf après. Surtout si tu veux être à la fac en tant que prof. Il y a du copinage...

Pascal
21/09/2005, 07h42
Bonjour!



Je remarque un pessimisme général des memebres du forum quant
aux possibilités des diplômes de japonais seuls (sans rien à côté)!


Ne pas confondre pessimisme et clairvoyance.



Personnellement, je ne sais pas encore ce que je veux faire de mes
futurs (?!) diplômes en japonais!


Ben nous y voilà!



Par contre, je me vois bien pousser très loin mes études! Pourquoi
pas un doctorat et/ou un agreg???


C'est exctement ce qui est dit plus haut. Avec une agreg, vous vous
destinez à l'enseignement. Ou peut-être à la traduction. Mais en ce
qui concerne la traduction, il va falloir avoir des connaissances dans
les domaines où vous usinez, sinon la qualité va s'en ressentir.
Si vous traduisez par exemple de l'électronique et que vous n'avez
qu'une vague idée de ce qu'est de la mémoire flash, ça peut jouer
si ce n'est pas trop technique, précisément. Si vous traduisez par
contre un manuel de programmation de microprocesseur, j'ai bien
peur qu'il ne faille passer par une petite formation pratique avec...
travaux pratiques, précisément.



Suis-je donc condamné au niveau des emplois ou cela correspond-il
à ce que MildSeven appelle "l'excellence"?


Qu'est-ce que vous voulez dire exactement par "condamné au niveau
des emplois"?

Pascal

skydiver
21/09/2005, 08h23
La sagesse des propos de Pascal est avérée, il s'agit bien de clairvoyance et réalisme, pas de pessimisme.
Tout à fait d'accord également pour affirmer qu'il faudra toucher à de nombreux domaines afférents (et les approfondir) pour espérer un niveau d'emploi et de rémunération élevé.

aritomi
21/09/2005, 09h46
De toute facon quand on cherche un job la langue importe peu. On regarde en premier tes experiences professionnelles (difficile quand tu debutes de remplir cette partie du CV), puis tes diplomes ou qualifications, et enfin les langues que tu sais parler.

Tu as etudie le japonais, donc tu te dis je vais chercher un boulot au Japon. Bonne idee, mais si ton seul argument c'est de savoir parler la langue, on risque te repondre qu'il y a ici 120 millions d'autres personnes qui savent la parler aussi bien voire mieux que toi.
Pour etre prof de FLE, on va te demander un diplome de FLE ou une longue experience dans l'enseignement du francais. Le fait de savoir parler japonais ne sera qu'un plus (parfois ca peut etre un moins aussi, car si tu parles trop bien le japonais, tes eleves vont moins faire d'efforts pour communiquer avec toi dans la langue qu'ils etudient).

Iriakun
21/09/2005, 17h53
Entièrement d'accord avec toutes les autres du forum notamment aritomi sur les langues.
Le meilleur exemple: moi :roll:
J'ai fait des études de LEA(langues étrangères appliquées) anglais espagnol japonais et malgré cela, être quadrilingue ne suffit pas!Certes c'est un atout mais d'abord une formation en traduction/commerce internationale/économie via BTS reste plus reconnu dans le monde professionnel.