PDA

Afficher la version complète : Oeuvre littéraire Japonaise - Le loup bleu, Inoue Yasushi



Ujisato
16/11/2004, 20h10
Le Loup bleu
La biche, le bâtard et la Grande Muraille
Yasushi Inoue

Les plaines aux herbes ondoyantes des hauts plateaux de Mongolie, balayées par les vents. Sous les yourtes de peaux, les peuples nomades des steppes : Mongols, Ouïgours, Tatars..
Déchirés par les luttes fratricides, les clans violent et pillent dans une heureuse et farouche misère, à l’ombre de la Grande Muraille au-delà de laquelle s’étend le vaste et prospère royaume de Kin. A la lueur des veillées, un jeune garçon, Temujin, écoute avidement les légendes contées par son grand père, les récits de ses glorieux aïeux, les fils du Loup bleu et de la Biche blanche. Ce petit bâtard, enfant de rien, sait déjà que son destin le mènera aux confins du monde connu, qu’il fera de lui le souverain du plus vaste empire que la Terre ait porté, et que tous connaîtront le nom de Genghis, le Grand Khan des Mongols.
Hanté par la vision prophétique de ses guerriers, ceux qu’il nomme les loups, escaladant l’inexpugnable muraille pour soumettre la Chine, il n’aura de cesse de guerroyer pour unir dans sa poigne de fer les tribus des plateaux avant de les lancer à la poursuite d’une insatiable soif de conquête, plus loin que jamais auparavant, jusqu’aux rives du grand océan du Sud, jusqu’à la Perse aux richesses fabuleuses, jusqu’aux potentats de Russie, gouvernés par des princes à la peau blanche.
Sous la plume simple et magnifique de Yasushi Inoue, le lecteur revit cette fabuleuse et vaine épopée, qui livre une explication originale et émouvante à cet inextinguible désir de régner sur le monde. Il rend aussi justice à Genghis-Khan en rappelant ses talents d’administrateur hors-pairs, bienfaiteur de ses sujets mais impitoyable à l'égard de ses ennemis, peut-être mort de chagrin plutôt que de cette mystérieuse hémorragie entrée dans l’histoire. Mort aussi d’avoir compris qu’une victoire par les armes n’apporte que la domination, et qu’on peut être vaincu par la compromission et l’abandon de ses idéaux, même par ceux qu’on avait eu la vanité de croire soumis à sa propre volonté. Un beau livre à recommander aux amateurs d'épopées historiques, traversé par les rêves à la fois clairs et confus d’un homme en quête d’absolu, malheureux en amour, toujours victorieux mais à jamais seul, en forme d’hommage à ces peuples cavaliers, hommes dignes dans leur fruste sauvagerie, qui furent presque les mêmes sur tous les continents, et à travers les âges.

skydiver
18/11/2004, 22h01
La meilleure oeuvre de Inoue Yasushi à mon sens. Admirable en tous points.

Ujisato
18/11/2004, 23h25
C'est également mon avis.
Très supérieure, et je le regrette, à la suite "Vents et Vagues", qui compte la première et vaine tentative d'invasion du Japon par les armées mongoles, vue par l'oeil de Kubilaï Khan. Bien que ce soit aussi un roman qui vaille le détour... Les malheurs sans fin du peuple de Corée...