PDA

Afficher la version complète : Travailler au Japon - Proposition pour les Français souhaitant visiter ou travailler au Japon



Pages : 1 [2]

GFTE
16/03/2015, 10h42
Wiseed est très particulier. C'est un site fait pour les investisseurs souhaitant réduire leurs impôts avant tout.
Il y a du financement participatif ("crowdfunding") au Japon. J'ai lu un article expliquant que des entrepreneurs japonais avaient créé une entreprise appelée "Music Securities". Son principe est le suivant : des groupes de musique se produisent en public, dans un lieu passant (fourni par Mitsubishi, qui est le sponsor de Music Securities). Les passants qui sont séduits peuvent acheter le CD ou financer le groupe. Comme ça a bien marché, ils ont décidé de créer un site de financement participatif, axé essentiellement sur...le saké et la nourriture. Mais je ne connais pas d'autre site de financement participatif au Japon.

Pascal, si tu avais une vraie formation scientifique, tu saurais qu'il ne faut pas vouloir que quelque chose soit vrai, puis chercher uniquement les informations qui pourraient faire penser que ce quelque chose est effectivement vrai. Un bon scientifique évalue les deux hypothèses (le discours est stupide ; le discours est intelligent). Personnellement, j'ai fait Maths sup'-Maths spé (avec succès bien sûr). Donc je sais à peu près ce que sont les mathématiques.
Je dis que tu as fait une démonstration parce que tu voulais prouver quelque chose. Comment aurais-dû la qualifier ? De démonstration d'épicier ? Cela aurait été insultant. Donc j'ai pris un mot neutre, "mathématique", en considérant que les raisonnements impliquant les nombres pouvaient être considérés, au moins dans le langage courant, comme mathématiques. C'est quand même curieux cette volonté de voir uniquement ce qu'il y a de négatif ou maladroit dans mes propos, et d'aller jusqu'à l'argutie pour essayer de prouver que je suis un crétin.
Ben, si tu avais lu les messages 2 et 3 correctement, tu aurais compris :
a) que je savais ce que je voulais importer (des produits inconnus au Japon)
b) que je ne remettais pas "100 dans le juke box" en parlant deux fois d'importation dans les deux premières phrases, mais que je répondais à la question du message numéro 2 ! C'est quand même plus poli de répondre aux questions quand quelqu'un a la courtoisie de répondre gentiment au post original.
Effectivement, je me retranche derrière un plan secret après chaque message sceptique, pour la raison suivante :
- au départ, j'espérais trouver un peu d'aide ou d'encouragement
- ensuite, j'ai vu que les retours étaient plutôt pessimistes ; j'avais deux possibilités : soit déballer toutes mes idées pour essayer de convaincre les gens, soit m'en tenir là ; mais il n'y avait aucune urgence à tout déballer, et en plus, même dans ce cas, je n'étais pas certain de convaincre, donc j'ai choisi l'option numéro 2.
- puis, j'ai eu des retours positifs ; du coup, il n'était plus du tout nécessaire de convaincre les gens ici, donc il n'y avait plus trop d'intérêt à dévoiler mes batteries
Si tout à coup, les gens commencent à être plus positifs ici, je serai sans doute plus disposé à partager mes idées. Mais rien ne presse.
Je n'ai pas dit que j'avais les moyens de lancer l'entreprise, mais que j'avais (vraisemblablement) les moyens de lever les fonds. Donc je ne change pas "au gré des sondages". La situation est la même. Simplement, pour trouver des partenaires, j'ai eu d'abord comme idée de venir sur un forum, ensuite l'idée d'utiliser cette fameuse méthode.
Quand je dis "que je viendrais comme un touriste", c'est une expression pour dire que je n'aurais pas évalué les conséquences, et que j'attendrais béatement que l'avenir me sourie.
Créer son entreprise en n'ayant même pas les fonds pour la faire vivre est tout simplement stupide. Donc, en effet, il est d'usage de lever les fonds d'abord, et de créer l'entreprise ensuite. Deux techniques principales existent :
a) les business angels (à condition d'avoir fait une étude de marché)
b) le financement participatif (qui a néanmoins le défaut d'être devenu très concurrentiel)
Quand je dis "quand on a un peu plus les moyens", c'est une phrase qui décrit une vérité générale. Je ne dis nulle part que j'aurai plus que nécessaire.
Si tu te bases sur des faits sans faire aucune hypothèse, pas de spéculation, pas de marchés financiers, et donc des centaines de milliards de dollars en moins dans l'économie mondiale, sans oublier des milliards de profits en moins. J'ai étudié la finance de marché, et ce qu'on apprend quand on l'étudie, c'est que la valeur d'un actif est égale à sa valeur vénale plus les flux futurs actualisés. Donc se baser uniquement sur ce qui s'est passé et ce qui a 95% de chances de se passer est extrêmement réducteur. Si tu veux gagner de l'argent sans aucun risque, en te basant uniquement sur des faits, tu t'exposes à ne toucher que de faibles rendements, sans même te garantir contre les pertes, parce que le passé ne permet pas de prédire l'avenir (sinon, aucune banque ne ferait jamais faillite).
Quand je dis que c'est une discussion intelligente, je fais allusion aux réponses de mes interlocuteurs, pas à mon post original. Tu dis que tu t'appuies sur des faits, mais là, tu affirmes quelque chose sans aucune preuve (parce que tu places la charrue avant les boeufs, tu veux absolument que je sois un abruti ou un escroc).
Je ne suis peut-être pas convaincant pour les membres de ce forum, mais j'ai été convaincant pour des personnes qui ne sont pas sur ce forum. Donc j'aurais tendance à dire que les gens sur ce forum sont moins réceptifs que la moyenne.
Je n'ai pas compris ton paragraphe commençant par "C'est un grand classique de la culture japonaise". Veux-tu dire que je me fierais à des retours de la part de Japonais ? Je sais très bien que les Japonais ont une culture de l'harmonie et qu'ils considèrent le mensonge comme un acte tout à fait normal pour garantir cette "harmonie". Je parle de retours de la part de personnes qui n'ont pas de culture asiatique.
Mon discours n'est pas "j'ai une idée géniale, mais je ne vous la dis pas". C'est : "J'ai peut-être une bonne idée, mais à quoi bon la révéler puisque d'autres y sont beaucoup plus réceptifs" ? Je n'ai jamais dit que j'avais de l'argent. J'ai dit que j'avais une stratégie pour en avoir.
Donc bref, ô grand expert de la pensée scientifique, tu as peut-être quelques progrès à faire en raisonnement rigoureux.

motode
16/03/2015, 14h32
j'ai pas tout lu, mais j'ai quand même du chercher "sérendipitaire". donc merci pour ma culture gé :)

fengrim
17/03/2015, 16h02
Ca fait plaisir de lire du Pascal.

icebreak
18/03/2015, 07h46
Traduction du message d'icebreak supprimé par moi (JM):

"Pascal a très bien répondu et de toute évidence GFTE n'a pas du tout apprécié sa réponse.

GFTE
18/03/2015, 10h46
J'aurais pu rapporter ce message, étant donné qu'il ne respecte pas la charte du forum (ni la loi je suppose, à moins que l'insulte soit devenue légale).
Ceci dit, je préfère laisser les membres du forum décider de ce qu'il faut penser. D'ailleurs, je suis curieux de savoir ce que le modérateur de cette section pense.
Entre quelqu'un qui expose ses arguments clairement, et un autre qui insulte en affirmant des choses sans aucune preuve (je ne vois pas pourquoi j'aurais la rage puisque j'ai eu des retours positifs, ce qui signifie qu'un retour négatif n'est pas grave), qui est le plus digne de considération ? J'ai répondu à tous les points de ce Pascal parce que presque aucun de ses points ne me paraissait tenir la route. Après, si des gens ne savent pas comprendre qu'il y a des fautes de raisonnement dans le discours de ce Pascal, c'est leur problème.

zev
18/03/2015, 15h42
Au fait, on recrute: http://www.lejapon.org/forum/group.php?groupid=18
:cool:

GFTE
18/03/2015, 17h27
Que veux-tu dire zev ? Que tu approuves le fait d'insulter les gens ?

zev
18/03/2015, 17h36
Ohlala, faut pas aller chercher des explications, c'est une boutade. On est des viocs reac sur le forum, faut pas nous en vouloir ;)

GFTE
22/03/2015, 16h39
Bonjour!


Admettons que cette personne ne se goinfre pas trop. On va dire que son salaire net
mensuel brut est de 300 000 yens. Donc ça fait à vue de nez dans les 400 000 yens à
débourser par la boîte. Il faut un local suffisamment grand (avec un coin entrepôt).
Il faut que l'entrepôt soit un minimum réfrigéré si vous voulez conserver votre nutella
quand il fait 40 dehors. Bref, disons que si vous trouvez un local pour 100 000 mensuels,
c'est pas mal. Ensuite, il faut un peu de stock. Combien? Je ne sais pas, je ne suis
absolument pas commercial ni épicier. 5 millions de yens? Tope là.
Ajoutez les déplacements (si vous faites de l'import, il va falloir fatalement visiter
les clients). 100 000 yens par mois? Je dirais plus, mais bon, disons 100 000 yens.
Un aller-retour Tokyo Osaka, c'est déjà près de 30 000, une nuit d'hôtel dans les
7000, + 3 repas, métro, etc... 15000 par jour. 2 déplacements mensuels et vous êtes
à 100 000. Eau, électricité, téléphone... disons 50 000 par mois.
On fait l'addition, rien qu'avec ça?

Stock............5 000 000
Salaire..........4 800 000
Local............1 200 000
Voyages..........1 200 000
Divers.............600 000
--------------------------
Total...........12 800 000

Voilà. Il vous faut 13 millions de BENEFICE annuel. Et je n'ai même pas parlé des
frais de transport de vos marchandises une fois arrivées au Japon. Donc vers chaque
client. Bref, vous devrez donc brasser 30 à 50 millions si vous voulez que ça marche.
Comme ça ne marche pas dès le début (j'ai été dans le rouge pendant 5 ans, c'est long),
vous devez trouver d'abord environ 1 an de chiffre d'affaires. On va être optimiste, on va
supposer que vous pouvez faire une forte marge. Ce que vous achetez, vous pouvez
multiplier par 3 pour le prix au Japon.
Le bénéfice représentant 2/3. vous avez donc besoin de 3/2 du bénéfice, c'est à dire
20 millions.
Pascal

J'avais lu le raisonnement de Pascal en diagonale.
Je n'aurais pas dû, car il contient deux grosses boulettes.
Pascal fait la somme des charges sur l'année (et comme ces charges sont toutes décaissables, de ce qu'il faudrait avancer pour faire marcher l'entreprise pendant un an).
Mais en comptabilité, pour faire un bénéfice, il faut que les produits dépassent les charges, et non que le bénéfice dépasse les charges !
Donc, à supposer qu'on achète directement 5M de stock (pourquoi autant, d'ailleurs ?), et que les charges à l'année soient donc de 12,8M, il faut un chiffre d'affaires de 12,8M, et non un bénéfice de 12,8M !
Soit 100 000 euros de chiffre d'affaires annuel, sachant que le stock vendu avait été acheté pour 40 000 euros (5M de yens). Donc ça signifie qu'il faut vendre les produits 2,5 fois leur prix d'achat. D'ailleurs, si on achète le double, il faut réaliser 17,8M de yens de chiffre d'affaires, soit 140 000 euros, donc le coefficient multiplicateur n'est plus que de 140 000/80 000 égale 1,75. On peut d'ailleurs démontrer que plus les quantités vendues sont élevées, plus le coefficient à appliquer pour fixer le prix diminue.
Autre chose, à supposer qu'il faille avancer de l'argent, je ne vois pas pourquoi il faudrait avancer un an de chiffre d'affaires ! Il faudrait financer un an de trésorerie. Or Pascal, même avec sa montagne de stock, a calculé qu'il faudrait 12,8M de trésorerie sur un an. Du coup, il faudrait lever ce même montant. La question est donc : pourquoi financer un an de chiffre d'affaires au lieu de financer un an de charges ? Comme Pascal suppose qu'on réalise une forte marge, il augmente d'autant plus le montant de chiffre d'affaires à avancer. Donc, quand il dit qu'il est sympathique, et qu'on peut se goinfrer en faisant du 3 fois, en réalité, il rend la tâche plus ardue, puisque le chiffre d'affaires à avancer augmente. Quasiment absurde, puisque ce n'est pas le chiffre d'affaires qui incite les clients à affluer, mais l'inverse (l'afflux de clients provoque une hausse du chiffre d'affaires, c'est sûr).
Au fait, s'il lui a fallu 5 ans pour sortir du rouge, peut-être que c'est parce qu'il n'est pas un génie. Le fait qu'il lui ait fallu 5 ans pour être rentable ne veut pas dire que d'autres n'auraient pas fait mieux. D'ailleurs, vu ses lacunes en comptabilité (ou bien son énorme manque de sommeil, les deux peuvent pousser à faire des erreurs), peut-être que quelqu'un de plus brillant aurait fait mieux.
Pascal nous dit que si on vend les produits 3 fois leur prix d'achat on fait un bénéfice des 2/3. Faux. C'est si on vend les produits 3 fois leur coût de revient qu'on fait 2/3 de bénéfice. Parce que le bénéfice est égal au chiffre d'affaires moins les coûts d'achat moins les coûts de vente (ici, les frais de personnel, les frais de déplacement, et les frais de stockage). [Petite note, au passage : si on acquiert le stock au fur et à mesure des ventes, il n'y a pas beaucoup de frais de stockage, et donc les 100 000 yens par mois n'ont pas de raison d'être]. C'est simple à comprendre : si j'achète pour 5M de yens de stock, et que je fais fois 3, je vends pour 15M de yens. Ce qui me fait un bénéfice de 15M - 5M - 4,8M - 1,2M - 1,2M - 0,6k = 2,2M...
Pour faire un bénéfice des 2/3 du chiffre d'affaires, il faudrait avoir :
k x S - S - 4,8 - 1,2 - 1,2 - 0,6 = 2/3 x k x S
où k est le coefficient qu'on applique au coût d'achat pour fixer le prix de vente, et S le coût d'achat total du stock
L'équation devient :
(k - 1) x S - 7,8 = 2 x k x S/3
(k - 1 - 2k/3) x S = 7,8
(k - 3)/3 x S = 7,8
k - 3 = 7,8 x 3 /S
k = 23,4/S + 3
k = 7,7 (environ)
Donc il faudrait vendre le pot de Nutella (ou quoi que ce soit d'autre) 7,7 fois son prix d'achat au fournisseur. Délirant, sauf dans le secteur du luxe.

Comme quoi, même les calculs d'épicier sont une tâche redoutable pour un "scientifique" (licence de biologie XD ?).

Pascal
23/03/2015, 00h16
Bonjour!

'tain, j'ai une patate, ce matin! Ça doit être le café frais torréfié que je
viens de me couler... Ou alors est-ce Elly Ameling à fond les manettes qui me destine
à du grandiose...



Pascal, si tu avais une vraie formation scientifique,


Nous nous connaissons?
Bon en tout cas, merci de m'avoir enseigné la bonne attitude scientifique. J'en étais
resté au discours de la méthode. Mais vous savez ce que c'est, avec l'écriture ancienne,
ces s qui ressemblent à des f, à chaque fois que je le relis, il me semble qu'il me
manque une dent sur le devant, pour le difcours de la méthode comme pour les effais...



Personnellement, j'ai fait Maths sup'-Maths spé (avec succès bien sûr).


Soldat GFTE, je suis fier de vous, vous félicite et envie votre science. En plus, force
m'est d'admettre que vendre du Nutella après math spé, c'est la voie royale.



tu veux absolument que je sois un abruti ou un escroc).


Je serais tenté de vous répondre que vous vous débrouillez très bien tout seul, sans
que j'aie besoin de le vouloir, mais bon, soyons positifs et rephrasons: j'ai eu beau
me relire, je n'ai vu aucun indice, même subliminal, qui eût pu inciter quiconque à penser
que je vous prends pour ce que vous n'êtes probablement pas. Encore serait-ce le cas,
que vous pourriez vous rasséréner d'une citation de Courteline qui révèle que passer
pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet.

Pour résumer le fil conducteur de ma logorrhée: je doute. Et j'émets des doutes.
Donc des ombres (ça, c'est pour les amateurs de Raymond Devos). J'ai une certaine
habitude d'aller mendier des subventions (助成金), et je sais que même les fonctionnaires
dont ce n'est pas le blé personnel ont tendance à avoir des larfeuilles en peau
d'oursins. Aucune chance sans un plan bien ficelé et bien chiffré. Déjà que même quand
c'est bien ficelé et chiffré, il n'y a pas de garantie d'être sélectionné.

Quant à l'escroquerie, je ne vois pas non plus l'allusion. Pour escroquer, il faudrait
d'abord soutirer de l'argent donc convaincre. Ce que je vous dis, c'est ce que tout
investisseur potentiel dirait. Ou ne dirait pas mais penserait.



a) les business angels (à condition d'avoir fait une étude de marché)
b) le financement participatif (qui a néanmoins le défaut d'être devenu très concurrentiel)


C'est drôle, vous semblez vous exclure vous même. Pour le point a, une étude de marché
pour l'instant inexistante puisque vous dites qu'une stratégie suffit quand on a l'argent
ou la capacité de le lever. Et pour le point b, vous dites que c'est concurrentiel.
Dans ma carrière, j'ai vu beaucoup plus de business devils que d'angels, et on ne doit
jamais s'attendre que l'argent tombe du ciel comme le soufre fondu à Gomorrhe.
Y'a pas de secret, là où il y a du fric, il y a du monde. Le fric est au peuple ce que
les déjections bovines sont aux mouches bleues.

Là, vous subodorez mes origines champêtres. Les paysans, le bas de laine, la
soupe aux choux, le tracteur, le semoir et son mouvement auguste etc...
Vous avez raison, je suis plus adepte de l'investissement prudent, peut-être de la force
tranquille, comme disait Tonton. De même que mes aïeux pas si lointains d'ailleurs, je
vends les produits de la ferme. Les clients viennent, commandent, qui un appareil de
chauffage pour mouches (tiens, les revoilà), qui un érectomètre, qui un appareil à
mesurer la surface des taches de pisse de rat, qui un niveau sans bulle (1), et je les
leur fabrique. Cela contribue probablement à mon côté terre-à-terre. Vous voyez: la terre.
Comme mes ancêtres.

(1) Les exemples ci-dessus sont rigoureusement véridiques.

Bref, non, je ne fais pas d'investissements déraisonnables ni même d'appels à
investisseurs en dehors de la mendicité sus-évoquée. Pas d'emprunts histoire de ne pas
engager ma maison dans la balance, même si en cas de succès je pourrais en acheter une
plus grande avec des tas de fenêtres et peu de murs, et que si c'est pas sûr, c'est quand
même peut-être. Non, je préfère tout faire seul. C'est ce que vous appelez mon côté
gagne-petit, c'est ce que j'appelle mon côté Cyrano.

[...]
N'être pas obligé d'en rien rendre à César,
Et toujours pour soi-même en garder le mérite,
Nom de dieu, j'ai un trou, honte à moi, une fuite,
Dès lors que l'on n'est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.

Mais je pense cependant être au fait de ce qui est possible en matière de financement
extérieur, ne serait-ce que par mes nombreuses candidatures à des subventions et
mendicités diverses. Voir plus haut.



J'ai étudié la finance de marché, et ce qu'on apprend quand on l'étudie, c'est que la
valeur d'un actif est égale à sa valeur vénale plus les flux futurs actualisés.


C'est très bien, vous avez retenu votre leçon. Mais vu le feu d'artifice dont ces
théories fumeuses ont accouché en 2008, j'ai une tendance à la prudence avec les formules
ésotériques. Ceci dit, si vous arrivez, les mains dans les poches, à convaincre un
investisseur de la forte probabilité de vos flux futurs, alors je serai parmi les premiers
à applaudir.



Comme quoi, même les calculs d'épicier sont une tâche redoutable pour un "scientifique"


Ça vous aura au moins incité à calculer.

Bon, ben il va être l'heure que je m'y mette, hein. Sine labore non erit panis in
ore, comme disait Johnny Hallyday. Ou alors c'était Nadine Morano. Les philosophes,
je les confonds tous.

Pascal

GFTE
23/03/2015, 10h41
Bon en tout cas, merci de m'avoir enseigné la bonne attitude scientifique. J'en étais
resté au discours de la méthode. Mais vous savez ce que c'est, avec l'écriture ancienne,
ces s qui ressemblent à des f, à chaque fois que je le relis, il me semble qu'il me
manque une dent sur le devant, pour le difcours de la méthode comme pour les effais...

Digression, qui sert je suppose à essayer de donner une impression finale positive alors même que ma critique vous semblait peut-être trop pertinente pour la laisser sans réponse. Le style et la culture sont deux bonnes choses, mais elles ne servent guère quand on ne sait pas raisonner.


Soldat GFTE, je suis fier de vous, vous félicite et envie votre science. En plus, force
m'est d'admettre que vendre du Nutella après math spé, c'est la voie royale.
J'ai commencé par suivre la voie royale (jusqu'à l'agrégation), mais dès l'école d'ingénieurs, je voulais être un entrepreneur. Vendre du Nutella n'est qu'une façon parmi d'autres de se livrer à l'activité d'entrepreneur.


Encore serait-ce le cas,
que vous pourriez vous rasséréner d'une citation de Courteline qui révèle que passer
pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet.
Le problème, c'est que nous ne sommes pas en train de discuter en privé. Donc vos arguments plus ou moins faux ou tendancieux (du genre, je séduis par mon style et les personnes qui ne savent pas réfléchir trouvent ma réponse plus valable) ont un impact sur la perception par les lecteurs de ma personne. Je pense qu'en vous lisant, certains lecteurs ont pu penser que vous vouliez dire que j'étais un abruti ou un escroc. Faites attention aux implications de ce que vous dites, et n'induisez pas les gens en erreur.


Pour résumer le fil conducteur de ma logorrhée: je doute. Et j'émets des doutes.
Donc des ombres (ça, c'est pour les amateurs de Raymond Devos). J'ai une certaine
habitude d'aller mendier des subventions (助成金), et je sais que même les fonctionnaires
dont ce n'est pas le blé personnel ont tendance à avoir des larfeuilles en peau
d'oursins. Aucune chance sans un plan bien ficelé et bien chiffré. Déjà que même quand
c'est bien ficelé et chiffré, il n'y a pas de garantie d'être sélectionné.
Quel est le rapport avec la choucroute ?


Quant à l'escroquerie, je ne vois pas non plus l'allusion. Pour escroquer, il faudrait
d'abord soutirer de l'argent donc convaincre. Ce que je vous dis, c'est ce que tout
investisseur potentiel dirait. Ou ne dirait pas mais penserait.
Donc, pour vous, je ne suis pas un escroc. C'est déjà ça.
Vous dites ce que tout investisseur potentiel français dirait ou penserait (et encore, je vois mal pourquoi un investisseur penserait des choses qui sont fausses, du genre, qu'il faut faire 13 millions de bénéfices quand on a 13 millions de charges). Mais êtes-vous sûr qu'un investisseur potentiel américain dirait ou penserait la même chose ? Peut-être que vous en avez fréquentés, alors éclairez-nous.


C'est drôle, vous semblez vous exclure vous même. Pour le point a, une étude de marché
pour l'instant inexistante puisque vous dites qu'une stratégie suffit quand on a l'argent
ou la capacité de le lever. Et pour le point b, vous dites que c'est concurrentiel.
Non. J'ai écrit (mais vous avez omis de l'inclure dans la citation), que je mentionnais les deux techniques principales, et non toutes les techniques.
La technique que j'envisage n'en fait pas partie. Peut-être qu'elle est mauvaise, mais nous verrons dans quelques mois.


Dans ma carrière, j'ai vu beaucoup plus de business devils que d'angels, et on ne doit
jamais s'attendre que l'argent tombe du ciel comme le soufre fondu à Gomorrhe.
Je vous rejoins sur ce point, en ce qui concerne les business angels français du moins. Je n'appellerais d'ailleurs pas ces gens des business devils, mais des rigolos. Ils veulent du rendement sans risque, autrement dit, de la magie (ou du Harry Potter si vous préférez).


Là, vous subodorez mes origines champêtres. Les paysans, le bas de laine, la
soupe aux choux, le tracteur, le semoir et son mouvement auguste etc...
Vous avez raison, je suis plus adepte de l'investissement prudent, peut-être de la force
tranquille, comme disait Tonton. De même que mes aïeux pas si lointains d'ailleurs, je
vends les produits de la ferme. Les clients viennent, commandent, qui un appareil de
chauffage pour mouches (tiens, les revoilà), qui un érectomètre, qui un appareil à
mesurer la surface des taches de pisse de rat, qui un niveau sans bulle (1), et je les
leur fabrique. Cela contribue probablement à mon côté terre-à-terre. Vous voyez: la terre.
Comme mes ancêtres.
En d'autres termes, vous dites que pour tout ce qui touche à l'innovation, vous êtes dépassé, non ?


Bref, non, je ne fais pas d'investissements déraisonnables ni même d'appels à
investisseurs en dehors de la mendicité sus-évoquée. Pas d'emprunts histoire de ne pas
engager ma maison dans la balance, même si en cas de succès je pourrais en acheter une
plus grande avec des tas de fenêtres et peu de murs, et que si c'est pas sûr, c'est quand
même peut-être. Non, je préfère tout faire seul. C'est ce que vous appelez mon côté
gagne-petit, c'est ce que j'appelle mon côté Cyrano.
Je vous ai dit qu'en ne vous appuyant que sur des faits, il y avait peu de chances de toucher de hauts rendements, ce que vous avez traduit par "C'est ce que vous appelez mon côté gagne-petit". Mon argument ne visait pas à vous diminuer aux yeux des autres, mais uniquement à contrer l'un de vos arguments. Vous avez eu l'impression que je me montrais méprisant sur ce point, c'est dommage. En réalité, je me suis demandé dès le départ si vous étiez un autre ex-préparationnaire, qui n'aurait néanmoins pas lu le moindre ouvrage sur les fautes de raisonnement que l'on peut faire dans le discours.

[...]

N'être pas obligé d'en rien rendre à César,
Et toujours pour soi-même en garder le mérite,
Nom de dieu, j'ai un trou, honte à moi, une fuite,
Dès lors que l'on n'est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut peut-être, mais tout seul.
Bravo pour votre culture, mais ce n'est pas ce qui remplit les poches.


Mais je pense cependant être au fait de ce qui est possible en matière de financement
extérieur, ne serait-ce que par mes nombreuses candidatures à des subventions et
mendicités diverses. Voir plus haut.

Ce n'est pas parce que vous n'avez pas inventé une méthode qu'elle n'existe pas.


C'est très bien, vous avez retenu votre leçon. Mais vu le feu d'artifice dont ces
théories fumeuses ont accouché en 2008, j'ai une tendance à la prudence avec les formules
ésotériques. Ceci dit, si vous arrivez, les mains dans les poches, à convaincre un
investisseur de la forte probabilité de vos flux futurs, alors je serai parmi les premiers
à applaudir.

Erreur de raisonnement. J'ai cité un point précis de théorie qui est largement appliqué depuis maintenant des décennies. Mais les éléments théoriques qui ont mené à la crise de 2008 n'avaient pas de lien avec ce point de théorie. Au cas où vous l'ignoreriez, ce sont les hypothèses concernant la solvabilité des emprunteurs qui étaient fausses (on partait du principe que l'actif des emprunteurs augmenterait pour déduire qu'ils pourraient rembourser, notamment en revendant ledit actif).
L'une des choses que l'on m'a dit et répété en école d'ingénieurs, c'est que les hypothèses faites pour le calcul mathématique des valeurs des actifs étaient très douteuses.


Ça vous aura au moins incité à calculer.
Votre discours s'arrête là. Je suppose donc que vous n'avez pas les moyens de contrer mes autres arguments, notamment ceux de mon dernier message, où j'expliquais que vous aviez fait deux grosses erreurs dans votre raisonnement d' "épicier", et que si vous n'aviez pas été rentable dans les 5 premières années de votre activité, c'était peut-être que vous étiez un piètre gestionnaire/innovateur.
La question se pose tout de même : de quelle formation scientifique vous prévalez-vous ?

J'attends la réponse d'icebreak. Peut-être que cette fois-ci il ne m'insultera pas.

icebreak
24/03/2015, 01h43
J'attends la réponse d'icebreak. Peut-être que cette fois-ci il ne m'insultera pas.

Moi je ne parierai pas trop la dessus.
D'abord parce que je suis en Finance de Marché et que tu dis des conneries mais que la j'ai du taff, c'est Nendomatsu 年度末 comme on dit.

GFTE
24/03/2015, 10h08
Tant mieux si vous êtes un professionnel de haut niveau et que vous êtes capable d'identifier des erreurs.
Je remarque tout de même que vous avez laissé passer l'argument selon lequel il faudrait faire 13 millions de bénéfice quand on a 13 millions en charges.
Soit j'ai fait moi-même une erreur de raisonnement, l'argument de Pascal était juste, et il était compréhensible (mais répréhensible) de se réjouir comme vous l'avez fait que Pascal ait marqué un point. Soit vous avez failli en ne repérant pas cette erreur, ce qui devrait suffire à faire comprendre aux lecteurs que votre soi-disant haut niveau de compétence est sujet à caution.

J'ai laissé passer la première injure, je ne laisserai pas passer la deuxième.
Il est illégal d'injurier les gens, surtout en public.
Le responsable de ce site peut être poursuivi s'il laisse des propos injurieux en ligne. Je l'ai dégagé de sa responsabilité pour la première injure, je ne le ferai pas pour la seconde.
Le fait que vous usiez des injures (et que vous envisagiez de continuer à les utiliser) donne l'image d'une personne arrogante, sans scrupules et malhonnête (donc peu professionnelle).

rasen
24/03/2015, 11h52
Soit vous avez failli en ne repérant pas cette erreur, ce qui devrait suffire à faire comprendre aux lecteurs que votre soi-disant haut niveau de compétence est sujet à caution.

Soit il a autre chose à faire que de lire le forum tous les jours. Entre la fin d'année fiscale (年度末), période notoirement chargée, sa femme et son enfant, cela peut se comprendre...



Il est illégal d'injurier les gens, surtout en public. Le responsable de ce site peut être poursuivi s'il laisse des propos injurieux en ligne. Je l'ai dégagé de sa responsabilité pour la première injure, je ne le ferai pas pour la seconde.

JM sait à quoi ce qui est publié sur ce forum l'engage, et intervient chaque fois qu'il le juge nécessaire. Chaque message possède par ailleurs un petit bouton permettant de le signaler aux modérateurs, au cas ou il aurait échappé à la vigilance d'iceux.
Je ne vois pas où Icebreak t'insulte dans son dernier message. Il émet un jugement sur tes propos, pas sur toi. C'est donc au mieux de la diffamation.


DéfinitionUne injure est une invective, une expression outrageante ou méprisante, non précédée d'une provocation et qui n'impute aucun fait précis à la victime. Le qualificatif attribué ne peut pas être vérifié.
Lorsque les propos concernent une entreprise, ils sont une insulte uniquement s'ils visent un membre du personnel ou l'entreprise en elle-même. Une critique même excessive d'un produit ou d'un service d'une entreprise ne constitue pas forcément une injure. C'est le cas si une personne critique même vulgairement un plat consommé au restaurant mais sans s'en prendre au chef. Ces propos peuvent constituer en revanche un dénigrement relevant du tribunal civil et non pénal.
Si les propos imputent un fait précis et objectif à la victime (une infraction pénale par exemple), c'est une diffamation (http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F32079.xhtml).

GFTE
24/03/2015, 13h26
Peut-être que tu n'as pas regardé les messages précédents.
Je fais allusion, non au dernier message d'Icebreak, mais à son message précédent.
Dans le message en question, il m'insulte en s'appuyant sur un message de Pascal. En gros, il dit "bien envoyé, Pascal", mais dans une version injurieuse.
Or, c'est dans ce message de Pascal que je crois avoir détecté deux erreurs.
Tout cela signifie qu'Icebreak a forcément lu le message de Pascal. Sinon, il n'aurait pas pu apprécier comme il l'a fait la qualité du message de Pascal.

Deuxièmement, j'ai répondu au message contenant l'insulte en disant que j'aurais pu le rapporter (usage du petit bouton), mais que je préférais qu'on laisse ce message visible, pour que les personnes puissent juger de la personnalité d'Icebreak. Si "JM" a lu ma réponse, il a certainement compris que je le déchargeais de la responsabilité de supprimer ce message. Par contre, si Icebreak réitère dans l'injure, je demanderai au modérateur de prendre des sanctions contre Icebreak, qui n'est pas au-dessus des lois, et à qui le statut de membre de longue date ne donne pas le droit d'insulter les nouveaux.

skydiver
24/03/2015, 16h54
JM, qui n'est pas un modérateur mais le webmestre, sait ce qu'il doit faire. Tu peux toujours lui "demander" de prendre des sanctions et il avisera, en tant que seul responsable au final.

Juger de la personnalité d'Icebreak...? Inutile, il écrit sur les fora du site depuis bien longtemps.

Et si on passait maintenant à autre chose?

GFTE
24/03/2015, 17h35
Je pense que maintenant les lecteurs ont pu se faire une opinion sur ma proposition.
Donc je comprends que tu veuilles qu'on s'arrête là.
Cependant, si j'accepte ta proposition, certains risquent de dire que je me suis défilé devant l'opposition.
Je ne peux donc pas accepter.
Quand la querelle entre moi et Icebreak sera réglée, il me sera possible de laisser le sujet de côté.

Les personnes qui parcourent ce forum n'ont sans doute pas lu toute la littérature d'Icebreak. Par conséquent je doute que tout le monde sache qui est cet Icebreak.

zev
24/03/2015, 18h23
Du coup, tu aurais peut etre du te renseigner un peu sur Ice.
Il a vecu pendant longtemps au Japon, il a de l'experience en ce qui concerne le monde de l'entreprise au Japon, ainsi que sur la création d'entreprise.

Si y'a bien 2 membres sur ce forum qui s'y connaissent dans le domaine, c'est bien Ice et Pascal.

Apres tout reste des experiences personnelles, mais ce sont des avis a ecouter je pense.

Ice est parfois un peu "brutal" sur ses piques, mais je te trouve un peu susceptible...
Je me suis deja pris des vents avec lui (par exemple comme tous ceux qui osent dire "visa touriste"*) , c'est pas pour ca que j'en fais un combat personnel...

* je suis sur qu'il a une notification automatique sur ce mot clef :cool:

skydiver
24/03/2015, 18h42
Il ne s'agit pas d'une proposition de ma part. Je me borne à rappeler que le webmestre agira selon ses décisions. Si querelle il y a, elle n'intéresse pas nécessairement les autres membres du site et peut se poursuivre par MP afin de reprendre, sans le polluer plus avant, le fil de cette discussion au demeurant intéressante.

JM
24/03/2015, 22h49
Le responsable de ce site peut être poursuivi s'il laisse des propos injurieux en ligne. Je l'ai dégagé de sa responsabilité pour la première injure, je ne le ferai pas pour la seconde.

Je prends donc ça pour une menace. Ce site existe depuis presque 17 ans et Icebreak est ici depuis au moins 12 ou 13 ans, tout comme Pascal d'ailleurs. Quand on est habitué aux forum, on doit savoir s'adapter et connaître ses interlocuteurs. Je pense bien les connaître, au moins les plus anciens et tout se passe correctement avec les petites dérives propres aux polémiques et au style de chacun. Icebreak a son style et ses excès de langage; je supprime quelques fois ses messages pour cette raison, mais c'est rare.
Je laisse donc GFTE répondre une dernière fois sur ce sujet avant de le fermer - je doute d'ailleurs que cela apporte quelque chose de plus. Et je demande à GFTE d'aller poster sur d'autres forum où il sera sûrement mieux accueilli et moins "insulté".
Enfin je précise quand même que Pascal que j'ai déjà rencontré à Osaka, est lui aussi un scientifique, qu'il connait très bien le Japon pour y habiter depuis au moins 20 ans et qu'il dirige sa propre société la-bas depuis longtemps. Icebreak a lui aussi habité longtemps au Japon et y a créé une (peut-être plus?) entreprise la-bas.
Leurs conseils, sont à prendre en compte à leurs justes valeurs.

Au revoir GFTE, je n'accepte pas d'être menacé par quelqu'un qui a posté un seul sujet ici, qui n'a semble-t-il aucune expérience du Japon et peut-être même aucune dans la création d'entreprise.

GFTE
25/03/2015, 11h41
Ce n'était pas une menace. Je m'adressais à Icebreak (tout le message lui était adressé) pour lui faire comprendre qu'il vous mettait en danger en ne respectant pas la loi.
Quelqu'un m'a dit que j'étais susceptible, mais j'ai quand même été assez cool : j'ai laissé passer la première injure, et je n'ai commencé à hausser le ton que quand Icebreak a laissé entendre qu'il était susceptible de recommencer à m'injurier.
Par contre, vous, cher JM, vous avez l'air très susceptible, puisque vous avez pris pour vous quelque chose qui ne vous était pas destiné, sans même me demander ce que je voulais dire.
Maintenant, ma patience a des limites. Je demande donc à JM de supprimer le message injurieux d'Icebreak. Edit : cela a été fait, parfait.
Je connais d'autres fora, et j'ai vu des membres bannis pour moins que des insultes. Demander à quelqu'un de s'adapter face à un discours insultant est non seulement déplacé, mais aussi d'une légalité douteuse (ça revient à cautionner les insultes). C'est l'hôpital qui se moque de la charité. Normalement, c'est la personne qui insulte qui est priée de s'adapter (à la charte et à la loi). J'ai lu la charte, et il y est bien précisé que les insultes sont interdites. Donc, JM, appliquez votre charte.
Voulez-vous dire que le fait d'être sur le forum depuis longtemps absout des écarts commis ?

J'ai passé 60 jours au Japon, en 5 séjours. Je ne suis donc pas un expert, mais quand même quelqu'un qui connaît le Japon.
Cela fait des années que j'essaie de créer une entreprise, mais ce n'est que récemment que cette possibilité est devenue plus réaliste.
Avant, j'étais tombé sur un tas de gens comme Pascal et Icebreak, qui voulaient absolument que mes idées soient mauvaises.
Je sais faire un business plan, j'ai l'habitude des contacts avec des gens du monde des affaires.

Le fait que Pascal et Icebreak aient une très bonne connaissance du Japon n'a jamais été remis en cause dans ce sujet, il me semble.
Le fait d'avoir créé une entreprise donne une expérience, mais cela ne signifie pas que les autres personnes créant une entreprise vivront la même expérience, surtout si les secteurs d'activité diffèrent.

Avoir une formation scientifique ne garantit pas contre les raisonnements faux. Il y a différentes formations scientifiques de niveaux très divers en France. De plus, les sciences étant des domaines très larges, il est quasiment impossible de toutes les maîtriser. Un scientifique, que ce soit moi ou Pascal, n'est pas infaillible parce qu'il connaît des choses dans l'un ou plusieurs de ces domaines.

JM
25/03/2015, 13h27
GFTE a pu répondre, on peut donc fermer ce sujet.
Pour info, le message d'icebrek était déjà corrigé... Par moi.