PDA

Afficher la version complète : Oeuvre littéraire Japonaise - Elena Janvier : " Au Japon, ceux qui s'aiment ne disent pas je t'aime "



Catinus
06/03/2012, 21h01
En l’an 1585, le père jésuite portugais Luis Frois fit paraître un essai intitulé : Européens et Japonais, traité sur les contradictions et différences de mœurs.
427 ans plus tard, Elena Janvier revient sur ces comparaisons. Certaines n’ont pas changé d’un kanji (d’un iota, si vous préférez) ; d’autres ont évolué ; d’autre encore se sont ajoutées car maintenant nous empruntons le métro et l’avion, nous manipulons à longueur de journées nos gsm, nous regardons la télé, …
Sous forme d’abécédaire, voici une étude des nos mœurs : a l’est la péninsule nippone, à l’ouest le vaste occident. Le tout avec une minutie, toutefois non exhaustive, mais heureusement truffée d’humour.

Quelques mots-clés : hygiène, jeunesse, religions et kamis, les heures et le temps, nudité et érotisme, poésie et théâtre, les saisons, les bus, les machines à laver, la viande et le poisson, les mangas, …
Se lit avec intérêt et délectation (pour la petite histoire, je n’ai pas tout compris, mais c’en est une autre – d’histoire -).

Quelques extraits pour vous en donner un avant-goût :

- On ne tient pas l’alcool et il y a une raison : une enzyme en moins dans l’organisme de 80 % de la population japonaise (…)

- Au Japon, il n’y a pas d’histoires belges.

- Selon des amies bien informées, l’homme japonais, au bord de l’extase, s’exclame ou murmure, selon : Iku-Iku ! (quelque chose comme : j’y vais, j’y vais !). Autant être prévenue, non ?

- Au Japon, aucune vache ne regarde passer les trains.

- Le premier train à grande vitesse japonais, le shinkansen, s’appelait Kodama (Echo). Puis il y eut un train plus rapide, qu’on appela, Hikari (Lumière), car il allait encore plus vite que l’écho. Il y a maintenant des trains encore plus rapides, bien plus rapide que la lumière. Ceux-là, on les appelle Nozomi : Espoir.
Le prochain train rapide ne s’arrêtera plus nulle part et arrivera avant de partir, mais comment l’appellera-t’on ?

skydiver
07/03/2012, 00h07
Plutôt "iku" que "ike" non? En tout cas c'est que j'ai entendu les femmes s'exclamer lors de l'extase parce que pour les hommes je n'en sais rien (que les mauvais esprits du site s'abstiennent sinon...;))

tcha
07/03/2012, 11h29
Dans la même veine on trouve l'ouvrage en poche sur "L'Empire des signes" de Roland Barthes sur la sémiologie au Japon

http://www.amazon.fr/LEmpire-signes-Roland-Barthes/dp/2757806459/ref=cm_cr_pr_pb_t

Poche: 157 pages
Editeur : Points (11 octobre 2007)
Collection : Points Essais
Langue : Français
ISBN-10: 2757806459 ISBN-13: 978-2757806456

Catinus
07/03/2012, 23h13
Plutôt "iku" que "ike" non? En tout cas c'est que j'ai entendu les femmes s'exclamer lors de l'extase parce que pour les hommes je n'en sais rien (que les mauvais esprits du site s'abstiennent sinon...;))

Oui, Skydiver ! Otan pour moi : je pensais " iku " et j'ai tapé " ike " ( va comprendre ... ) . J'ai corrigé ! Merci !

skydiver
07/03/2012, 23h46
Mon ouïe affinée ne m'avait donc pas induit en erreur mais je vérifierai à nouveau sous peu...;)