PDA

Afficher la version complète : Fac de Japonais - Japonais Aix-en-Provence VS Bordeaux



Zekuu
19/12/2007, 16h27
Bonjour à tous,

Je voulais un peu extérioriser ce que je ressens depuis le début de cette année universitaire 2007/2008. Ceci pourra aider les futurs bacheliers qui souhaitent se diriger dans l'apprentissage de la langue nippone au niveau LEA anglais/japonais.

Je vous offre donc la comparaison entre deux universités : L'université de Provence (Aix-Marseille 1) et l'université Michel de Montaigne (Bordeaux III).

J'ai passé ma première année en LEA à Bordeaux. J'ai très bien réussi cette année avec mention Bien au premier semestre et Assez bien au second. Une moyenne de 13,5 à l'année, j'étais alors considéré comme un très bon élément par mes professeurs.

Nous travaillions sur Minna no Nihongo pour 9h de langue japonaise par semaine.
3h étaient consacrées à l'apprentissage du nouveau vocabulaire et des nouvelles notions grammaticales, sous forme de diapositives. Cette façon de faire était très ludique avec une réelle interraction avec les professeurs. 1h était consacré à la grammaire où l'on faisait surtout du thème. 2h de Kanji (très utile en première année). 2h de Labo, la première, l'on apprenait et mettait en scène des dialogues par groupe de 2 ou 3, la deuxième, nous construisions nos propres dialogues par groupe de 2 souvent, que l'on mettait ensuite en scène. Enfin, 2h étaient utilisées pour l'expression écrite.
Les professeurs étaient vraiment très sympas et assez exigeants au niveau de la régularité du travail. Nous avions quelques devoirs à rendre, notés, dont une expression écrite par semaine. Nous avions donc une sorte de contrôle continu en plus d'un contrôle de fin de semestre.

Je n'ai malheureusement pas pû rester à Bordeaux. J'ai fait mon transfert, je suis donc actuellement en seconde année à Aix-en-Provence.

Et là, le gros changement. Déjà, l'état des lieux est lamentable (sauf si vous aimez faire cours dans des pré fabriqués sur des tables datant d'il y a une trentaine d'années).
Les cours n'ont aucune structure et il nous est arrivé de faire le même point grammatical pendant trois semaines car une de nos professeurs avait du mal à nous expliquer la chose. Nous travaillons sur un manuel réalisé par le corps enseignant de l'université. Ce manuel est un véritable condensé indigeste. Vous avez plusieurs points grammaticaux, des listes de vocabulaire très rébarbatives qui vous permettent de comprendre des textes qui, à première lecture, vous sembleront incompréhensibles (car oui vous commencez par les textes qui sont remplis du vocabulaire et des points que vous devez apprendre dans la leçon).
Quand Minna no nihongo vous fait apprendre les choses en 30 leçons, ce manuel tente (et notez bien l'utilisation de ce verbe) de vous les faire apprendre en 9 leçons !
Il n'y a aucune encadrement. Que vous soyez présents ou absents, peu importe. Dans une langue si difficile à apprendre, vous serez vite surpris de n'avoir aucune travail à réaliser à la maison (ou presque). Mais aussi, aucun cours vous permettant de mettre en application ce que vous apprenez : pas d'expression écrite, une seule heure de labo.

Bref, vous l'aurez compris à Aix-en-Provence, le japonais, c'est pas la joie. Pour vous montrer un peu l'étendu des dégâts, j'en viens à préférer l'anglais au japonais et me surprends à faire "sauter" des heures de japonais qui me semblent désormais inutiles. Je n'apprends pas grand chose, et le peu que j'apprends en cours, je l'apprends très mal.

J'ai d'ailleurs acheté le Minna no nihongo pour apprendre seul. Je me désole de voir que mes anciens camarades de Bordeaux progressent, alors que moi, bah oui... je régresse !

LEA à Bordeaux ou LEA à Aix, mon choix de coeur est fait, c'est Bordeaux.

Cependant, il est vrai qu'à Aix, niveau anglais et matières d'application, c'est beaucoup mieux. D'ailleurs à Bordeaux on avait pas de Gestion. La formation d'Aix-en-Provence est meilleure si vous aimez la pluridisciplinité. D'ailleurs à Aix nous avons encore de la civilisation japonaise alors qu'à Bordeaux en seconde année, ils n'en ont plus en LEA.

Mais croyez moi, si vous aimez la langue japonaise, évitez Aix en Provence à tout prix ou vous serez, comme moi, condamner à regretter votre choix d'université !

burahime
19/12/2007, 17h05
J'ai passé ma première année en LEA à Bordeaux. J'ai très bien réussi cette année avec mention Bien au premier semestre et Assez bien au second. Une moyenne de 13,5 à l'année, j'étais alors considéré comme un très bon élément par mes professeurs.

Oula, ca va les chevilles? Avec de meilleurs moyennes mes professeurs ne m'ont jamais considérés comme un "très bon élément"... d'ailleurs ils ne me connaissaient meme pas... Je vais encore me faire flamber par les LEA du coin, mais 13.5 en premiere année c'est bien, mais c'est tout sauf un exploit...

Zekuu
19/12/2007, 17h10
J'ai jamais dit que c'était un exploit. On était trois ou quatre dans le même cas. Mais on était considérés comme de très bons éléments je n'ai pas peur de le dire. Si l'on considère la promo de l'année bien entendu. Je ne vois pas où est le mal.

Petite précision : parlant principalement du japonais, quand je dis que j'étais considéré comme un très bon élément c'était en japonais où j'avais environ 15 de moyenne. 13,5 c'est pour le général.

chiaki
24/12/2007, 10h59
minna no nihongo c'est qu'on utilise au lycée (en seconde)

liptonic
27/12/2007, 23h41
Les professeurs étaient vraiment très sympas et assez exigeants au niveau de la régularité du travail. Nous avions quelques devoirs à rendre, notés, dont une expression écrite par semaine. Nous avions donc une sorte de contrôle continu en plus d'un contrôle de fin de semestre.

Il me semble que tu as été mal informé car l'université en général c'est surtout l'inverse,beaucoup de recherche personelle,c'est d'ailleurs ce qui tranche avec le secondaire.
Si tu cherches un suivi,qui peut-etre pratiqué par certaines facs,tourne toi plutot vers des ecoles de langues.


Déjà, l'état des lieux est lamentable (sauf si vous aimez faire cours dans des pré fabriqués sur des tables datant d'il y a une trentaine d'années).

La aussi fallait t'informer avant de venir.La fac de lettres d'Aix c'est quelque chose !! (et pas qu'au niveau des infrastructures :D )


PS : Ah j'allais oublier,apres 2 ans de japonais (ou un début de niveau L2) je trouve que (faire sauter)
des heures de japonais qui me semblent désormais inutiles (=porter un jugement de valeur) ,n'est-ce pas un peu présomptueux?

En tous cas,bon courage et prends ton mal en patience avant de changer d'horizon (profite donc de cette superbe ville)

JM
27/12/2007, 23h58
Remercions zekuu qui aurait pu garder ses impressions pour lui et qui a préféré partager son expérience avec les autres;
Il n'est pas là pour analyser le rôle de la fac, mais pour donner son ressenti général, aussi bien au niveau de l'enseignement que des infrastructures.
Je trouve son message très instructif.
Il permettra sûrement à d'autres jeunes bacheliers de faire un choix plus adapté à leurs souhaits.
Ou iront les glandeurs à votre avis :D (sous couvert de plus d'autonomie)

bambin0
29/12/2007, 00h07
Bonsoir Zekuu,
J'aimerai que tu m'aide de part ton expérience en LEA a Bordeaux pour une futur décision d'orientation :
J'hésite à intégrer le cursus LEA Anglais-Japonais et j'aimerai que tu partage ton expérience avec moi en ce qui concerne la formation tout au long de l'année. J'entends souvent dire que LEA et synonyme de cul de sac par pas mal d'élève. Etant donné que j'ai une haute ambition d'étude (et de passer un bon moment de ma vie au japon) pense tu que si on travail réellement avec un réel objectif a la fin, la filière LEA peut se révéler une filière enrichissante (notamment pour tenter l'entrée en master "affaire internationale" a science po ou encore le master "affaire asiatique").

Et j'aimerai aussi savoir si cette filière considérée comme beaucoup par une filière dite principalement de langue, offre malgré tout une approche spécialisé en terme d'économie, de droit,... (et autres matières annexes). A travers ce que tu as expérimenté a quel niveau situe-tu l'économie pratiqué ,ainsi que les autres matières.

Merci à toi et à vous autres si vous avez d'éventuel remarque enrichissante.

Zekuu
18/01/2008, 14h28
Désolé de n'avoir pu répondre avant. Je n'ai pas reçu d'avertissement de réponse et je pensais que mon topic n'en avait donc pas reçues.

Tout d'abord, comme le dit JM, j'ai voulu offrir une comparaison entre deux universités pour les futurs étudiants. Personnellement, avant de m'engager en LEA, j'ai longtemps cherché ce type de comparaisons et je n'en avais pas vraiment trouvé. Donc ceci pourra éclairer certains. Désolé si mes propos peuvent être véhéments, c'est un ressenti comme un autre.

@liptonic : Je reconnais que "faire sauter" des cours de japonais alors que je ne suis qu'en deuxième année est présomptueux. Je vais sans doute le payer à un moment donné, c'est sûr. Pendant ces heures ils apprennent certainement un vocabulaire différent de celui que j'apprends seul chez moi. J'en serai donc pénalisé aux examens puisque ces derniers seront basés sur ce vocabulaire étudié en classe.
Je fais aussi sauter ces cours pour des raisons personnelles. Je dois rattraper mon niveau en Droit, Economie, Phonétique anglaise et Economie. Les programmes enseignés étaient totalement différents à Bordeaux, voire inexistant pour la phonétique anglaise, j’ai donc un an de retard dans ces matières (ça s’annonce mal pour moi).

Je suis d'accord que l'université c'est la recherche personnelle etc. Mais, je pense (et ce n'est peut-être qu'une simple conviction personnelle) qu'une langue aussi difficile d'apprentissage que le Japonais, nécessite un travail régulier et soutenu, des moyens de pouvoir pratiquer la langue que cela soit au niveau oral ou au niveau écrit etc. Ce n’est malheureusement pas le cas à Aix-en-Provence (une seule heure d’oral, pas de moyen d’expression écrite). C'est la politique d'enseignement que prône d’un autre côté l'université de Bordeaux. Après, on entend lors des prérentrées les professeurs d'Aix-en-Provence se plaindre du taux d'échec très élevé. Je pense, qu'à l'heure actuelle, les conditions d'enseignement dans cette fac, ne permettent pas de faire mieux. Alors peut-être que les problèmes sont plus profonds comme le manque de moyen et le sureffectif de cette section Japonais à Aix (en première année du moins). Mais peut-être que cela va changer… avec les nouvelles réformes, le fait que le directeur du département Japonais parte en retraite aussi.

Je pense par ailleurs qu'ils ont fait une erreur en faisant ce livre qu'ils utilisent (qui est finalement un condensé de Minna no Nihongo et de Kanji to Kana).

Pour l'état des lieux, j'étais très bien informé. Je suis d'Aix en Provence, j'ai fait un an de sciences et vie à Aix en Provence (la fameuse année de mauvaise orientation des étudiants français). Je connais donc très bien les facs. Mais quand l'on n'a pas le choix, on fait avec... Je ne pouvais faire autrement que retourner sur Aix.

@bambin0 : Je ne pourrais pas te répondre comme tu le souhaites. Je ne suis qu'en deuxième année et je n'ai pas le recul suffisant pour répondre à toutes tes questions.
La section LEA est une formation qui offre des débouchés certains. Après, si tu veux faire de l'enseignement de Japonais en France ou de Français langue étrangère au Japon, devenir professeur en université, ou même traducteur, les débouchés se font rares. Mais c'est toujours la même chose, il faut se donner les moyens d'y arriver. Chacun fait son propre parcours, comme partout.

Ensuite il faut juste faire attention aux fausses motivations du genre "je fais LEA ou LLCE parce que je veux vivre au Japon" ou "J'aime le Japon parce que j'aime beaucoup les manga et les animes" ou "je veux devenir mangaka". Ca peut paraître bizarre, mais beaucoup d'étudiants arrivent avec ces motivations avec de fausses idées de la vie au Japon, surtout façonnées par les mangas.

Bref, si tu as de réelles motivations, tu peux trouver ton bonheur en LEA. LEA offre une solide formation en langues mais il ne faut pas négliger le poids des matières d'application comme le droit ou l'économie.

Malheureusement peut être pour toi, je dirais qu'à Bordeaux les matières d'application sont d'un niveau inférieur. Je suis arrivé à Aix-en-Provence, nous avons une matière d'application en plus qui est la Gestion/Comptabilité. Le droit et l'économie quant à eux sont beaucoup plus poussés (je suis un peu perdu d'ailleurs...). Bordeaux privilégie les langues, c'est certain.
En matière d'application, soit dit en passant, Aix-en-Provence est en tête de liste des facultés LEA.
Le niveau d'anglais est aussi bien inférieur à Bordeaux qu'à Aix. Pas de phonétique à Bordeaux (ce qui est tout de même utile si l’on veut parler un anglais correct), pas de véritables cours de grammaire non plus.

Comme quoi chaque faculté a ses avantages. Après mûre réflexion, je suis peut-être dans la bonne pour ce qui concerne mon projet personnel (par rapport aux parcours proposés). Mais je suis toujours contrarié par la qualité de l’enseignement de Japonais car je suis avant tout en LEA pour le Japonais.

Bref, je conseillerai Bordeaux pour les personnes souhaitant vraiment réussir en Japonais. Après pour ce qui est de science po ou autre je n'en sais strictement rien... Moi j'aimerais être journaliste . :D

bambin0
18/01/2008, 18h45
Merci vraiment de ta réponse, elle m'éclaire la ou il le fallait. :D

toshiina
20/01/2008, 17h35
@ zekuu

Mdr alors toi aussi tu es à Aix ! Comme quoi le monde est petit, hmm moi je suis en 1ere année lea jap comme vous l’aurez deviné sur Aix, je dois avouer que tu n’as pas vraiment tord en ce qui concerne l’état des locaux mais que veux tu c’est le sud mdrr.

Enfin bon bref, personnellement je vais regretter, le départ a la retraite de Delteil-sensei et je suis pas le seule, il est génial ce prof, il explique super bien, met pas 100ans sur un point.

Sinon y’a des points ou je suis pas trop d’accord avec toi, je trouve que ces cours sont super interactif( je parles de cours de Delteil-sensei bien sure, ceux de futa et seko sont tres bien aussi mais ma "promotion" prefere papoter de visu & idole en tout genre plutot que d'ecouter, apres ils se plaignent de leurs note minable).
Prend la parole, tu verras, c’est sur que si tu la prends jamais…

En + en 2eme année vous êtes vraiment pas beaucoup, bon maintenant, c’est que m’a 1ere année, j’ai pas de point de comparaison avec d’autres Univ

Sinon une petite question, est ce que tu as fait t’as demande pour l’échange, si oui est ce que t’as eu la reponse, qu’est ce que ça donne en gros ^-^ (je pense pas que ce soit le bon topic mais bon^^Y )

Sur ce
BYE

Zekuu
20/01/2008, 18h21
Salut toshiina,

Je n'ai pas dit que le départ à la retraite de Mr Delteil sera bénéfique mais il apportera certainement des changements (bons ou mauvais on verra...).

En langue japonais en seconde année nous n'avons malheureusement pas Mr Delteil. Je dois t'avouer que beaucoup de personnes en seconde année n'aiment pas ses cours de civilisation (la seule matière où nous l'avons). Pour ma part, je me régale ! Les cours sur la religion japonaise sont vraiment sympathiques à suivre et le personnage est très agréable. Ses longues parenthèses sont vraiment enrichissantes.

Pour Seko Sensei, je ne sais pas si c'est le fait d'avoir eu de très bons professeurs à Bordeaux, mais je n'accroche pas du tout. Je trouve que les cours sont quelconques, que la méthode n'offre aucun réel moyen d'expression. Mais ça ne vient peut-être pas d'elle mais plutôt de la méthode que le corps enseignant a mis en place.

Concernant Futamata Sensei, je l'aime beaucoup. C'est le seul cours de japonais que j'apprécie vraiment, que cela soit en labo ou en classe. On peut installer une bonne communication avec elle, ses cours permettent de s'exprimer (mais toujours dans une moindre mesure). Mais c'est une personne très agréable. Elle a certes un peu de mal à expliquer certaines notions par rapport à la langue française qu'elle ne maîtrise pas à 100% comparé à Seko Sensei. Personnellement j'adore quand elle peut vanner, sans vraiment s'en rendre compte, les élèves quand ils répondent complètement à côté.

Pour l'échange, non je ne ferai rien. Mr Delteil a clairement dit que l'échange n'était pas un cadeau si on avait des difficultés. Et malheureusement, c'est pour moi le cas cette année. J'ai des mois de programmes (droit, eco, phonétique anglaise) à rattraper à cause de ce transfert. De plus, j'ai trop d'attaches ici pour pouvoir partir un an au Japon. Je préfère prévoir un voyage de 4mois totalement à mes frais avec stage linguistique et culturel. Et, contrairement à la majorité des élèves, je ne souhaite pas y vivre à long terme.

@+

Poulpette
25/01/2008, 23h44
Bonjour bonjour !

Aaahhh, L'université de Provence (version Aix)...
J'y ai passé 3 ans :
1° année LEA Anglais/Japonais [2004/2005]
1° année Maths-Info par téléenseignement + 1° année DU Japonais (il m'aurait été possible de passer directement en seconde année, mais bon, le second semestre de la première année j'avais un peu décroché pour raisons personnelles, alors j'ai préféré repartir sur de bonnes bases) [2005/2006]
1° année LLCE Anglais + 2 mois environ de 2° année DU Japonais [2006/2007]

Bon, et cette année, j'me consacre au piano.

Franchement, les locaux, on peut en parler, car un bon environnement contribue à un travail -normalement -plus efficace.
À l'inverse, un mauvais environnement, ça donne moins envie de bosser (et même avec la bonne volonté).
C'est comme quand on essaie de travailler sur un bureau où on a même plus de place pour mettre une feuille... on bosse nettement moins bien.

Bref.
Moi, la fac d'Aix (j'suis de la région aussi), je l'ai prise en grippe dès le premier jour. Mais je m'y suis accrochée 3 ans quand même.


Au niveau du Japonais, ben c'est simple : ils ont apparemment 3 ans (4 pour les LEA je crois) pour nous faire avaler les kanji les plus utilisés et pour nous rendre capables de « lire le journal » (enfin, les articles pas trop complexes).
C'est certain qu'il faut s'accrocher : j'ai vu l'année dernière lors de l'arrivée de Futa, euh... ça va oui (Seconde année) : Premier texte de l'année → on nous parle du traitement des déchets... C'est déjà pas un sujet courant (voire « évident ») en français, alors en Japonais vous pensez bien.

On sait tout juste lire quelques kanji que Futa nous demande dès le premier cours de lire le texte... J'vous dis pas le nombre de têtes baissées lorsqu'elle a demandé qui voulait bien lire.

Bref.
Delteil, il est gentil, mais moi ses cours j'ai toujours eu du mal. Et en seconde année les cours de civilisation ce fut l'horreur :
Il commence une phrase, fait une parenthèse d'un quart d'heure, contenant elle-même une parenthèse d'un quart d'heure, repasse sur l'idée 1, repart sur l'idée 3...
Bref euh... moi j'ai été m'acheter des bouquins, et j'ai potassé en parallèle chez moi.
Condominas c'est pareil.

Bon maitenant, je trouve que le niveau est quand même « haut » (ne prenez pas au sens trops trict quand même). On a que 7h de cours par semaine, alors il est certain qu'une fois à la maison faut produire au moins le double pour être à l'aise avec les cours.
Un vrai marathon.

Au sujet de la « sélection par l'échec », c'est malheureusement comme ça que ça se passe en France.
À Aix, comme nous avait expliqué Delteil, ils n'arrivent pas (en japonais) à obtenir de nouveaux enseignants. Une espèce de boucle infernale sans fin qui fait que voilà... ils sont 4 pour tout le département...

L'ennui, c'est que ce sont des profs instruits, tout ça, mais pas pédagogues.
Or, la pédagogie sans l'instruction, ça marche pas, mais l'instruction sans pédagogie, lorsque l'on est enseignant, ça marche pas non plus. Et à Aix c'est ce que l'on a.



D'ici quelques courtes années retourner en fac, mais où exactement, je ne sais pas... Le Japonais, je vais m'armer de patience et de motivation, et je vais continuer de le potasser dans mon coin (et peut-être un jour me payer des cours avec un étudiant japonais, pour converser, tout ça), car à Aix, j'ai vraiment du mal.

Cora
27/01/2008, 18h42
ma "promotion" prefere papoter de visu & idole en tout genre plutot que d'ecouter, apres ils se plaignent de leurs note minable

On est dans la même promo apparemment :D
J'avoue que plus de 50% des étudiants en japonais cette année correspondent à cette description...
Moi je vais à tous les cours de japonais, même si parfois c'est rébarbatif, au moins ça permet d'avoir une vision globale des choses étudiées. Maintenant je passe minimum une à deux heures par jour à la B.U à bosser seule, parce que sans ça je pense pas que je pourrais comprendre quoi que ce soit !

Quand je vois que certains ont eu 2 ou 3 au premier partiel, je me dis que c'est quand même une question de volonté, parce que moi avant ce premier partiel je bossais vraiment légèrement par rapport à maintenant (faut dire que c'est ma première année de fac, j'étais pas habituée et je savais pas trop encore comment m'organiser) et j'ai quand même réussi à avoir la moyenne...
Mais bon j'ai quand même stressé et c'est ce qui m'a motivé à bosser le japonais régulièrement.
Lles domaines d'application, je trouve ça sympa car ça élargit un peu notre champ d'études mais franchement c'est pas ma tasse de thé :oops:

Concernant les profs, je connais pas encore Seko car ces cours au premier semestre sont beaucoup trop tard pour moi mais on m'en a dit que du bien; Futamata, ses cours sont un peu lents mais elle est super sympa et vachement marrante sans s'en rendre compte; quant à Delteil, c'est un bon prof mais y'a des moments où il force un peu trop sur l'alcool... Au début on se marre, mais après on s'inquiète ! :?

Pour les locaux, j'avoue que c'est pas génial, mais comme je passe mon temps à la BU, ça me dérange pas des masses :o

worrywort
25/02/2008, 13h02
Hooo non c'est pas vrai Delteil part à la retraite!!
Dommage que j'ai pas pu m'inscrire cette année... :(

Je pense un peu comme Poulpette j'ai toujours eu du mal avec ses cours de langue Japonaise (en civilisation ça va il est bien), mais c dommage quand même....

kessen3
26/09/2011, 19h05
Bonjour à tous,
Je m'appelle Rémi, j'ai 17 ans et je suis en Terminale STCF.
Je suis un peu paumé et j'aurais quelques questions a poser s'il vous plaît.
Depuis 2008, quelle a été l'évolution au niveau des cours, des profs, de la fac en gros?
2) Commencer une licence (LLCE par exemple), c'est directement après le bac c'est ça? Il me suffit d'avoir le bac et je peux directement commencé les 3 années de licences?
3) Le niveau requis? je veux dire ils te prennent que si t'es vraiment bon, par dossier etc... ou ils prennent plus ou moins n'importe qui et c'est "si tu veux, viens, mais débrouille toi"
4) En première année de Licence, on commence a apprendre le japonais du début, ou alors il faut déjà connaitre le japonais pour aller en licence?
5) Tout les cours sont en français sauf ceux concernant le japonais?
6) quelles sont les matières?

Voilà, merci de me répondre s'il vous plaît, je suis assez paumé >.<

Bonne soirée.

kessen3
06/10/2011, 17h57
Quelqu'un aurait-il l'amabilité de répondre à mes questions s'il vous plaît?

milo
06/10/2011, 20h14
L'élève aspirant sur le sentier qui désire ardemment intégrer un Temple Zen doit d'abord apprendre la patience. C'est pourquoi les Maîtres dudit Temple lui opposeront dès le seuil, un refus respectueux mais net. Ceux qui ne sont pas prêts, la plupart disons-le, s'en iront alors de dépit sans demander leurs restes. Les autres toutefois, plus rares disons-le, prendront acte mais tel le roseau qui ploie, ne céderont pas. C'est ainsi qu'ils resteront là sur le pallier, y résidant, y dormant, y mangeant aussi la maigre pitance que toutefois les moines lui octroieront par compassion et ce, l'espace d'un temps indéterminé, celui qui relèvera de leurs bon vouloir, celui qui sera nécessaire pour être sûr...Juste l'affaire de deux ou trois semaines. Comme tu le vois, tu as encore un peu de marge; mais sinon à part ça j'peux rien pour toi, c'est pas mon rayon :-).

kessen3
07/10/2011, 06h05
Attendre ne me dérange pas spécialement, mais disons que j'ai besoin d'avoir des avis pour choisir mon orientation car je suis plutôt perdu... Pas grave merci quand même...

vesicule
09/10/2011, 07h43
Préambule :
Je n'ai pas mis les pieds dans ces facs.
Je ne connais personne qui l'ait fait.
Je ne sais pas quoi écrire d'autre dans mon préambule pour l'équilibrer (un préambule en 2 phrases, ça le fait pas).

2. Oui, il suffit d'avoir le bac pour débuter un cursus de Licence
3 & 4. Va sur leur site internet. Ils devraient y avoir une plaquette téléchargeable (au format pdf) ou un truc du genre où ils précisent si la formation est ouverte aux vrais débutants (je suppose que oui et ça devrait être "si tu veux, viens, mais débrouille toi")
5. Tous les cours sont en français, sauf peut-être les cours avec les lecteurs éventuels (les cours de """conversation""")
6. Va sur leur site internet (tu devrais avoir chaque UE avec leur coeff)

Après, il doit y avoir un centre d'orientation dans ton lycée et il y a à coup sûr un centre d'orientation professionnel dans ces univs (tu passes un coup de fil et tu vois s'ils peuvent t'envoyer la doc).
Enfin, réfléchis à ce que tu veux faire comme job pour pouvoir choisir la meilleure voie.

kessen3
09/10/2011, 15h14
Bonjour, merci pour tes réponses qui m'aident bien! Je vais maintenant réfléchir comme tu le dis sur le job pour pas me tromper d'orientation et regarder leur site internet. Merci et bonne journée!

aritomi
10/10/2011, 07h53
Je ne sais pas si c'est toujours comme ça, mais à Bordeaux III pour les langues dites "exotiques" telles que le japonais, le chinois, etc. comme les lycées les enseignant étaient quasi inexistants (dans les années 90), il y avait 2 à 3 semaines de cours d'initiation un mois avant la rentrée universitaire.